Jørn Lier Horst
L’usurpateur.*
Jørn Lier HORST.

Note : 4, 5 / 5 .
Crimes sans frontières.
Double découverte avec ce roman. L’auteur norvégien Jørn Lier Horst et son personnage récurrent l’inspecteur William Wisting.
Nous sommes en Norvège, dans la petite ville de Larvik en période de Noël. Deux cadavres sont découverts, ils ont au moins un point commun, ils sont décédés depuis plusieurs mois, pour le reste rien ne semble devoir les relier. L’un est Viggo Hansen, un norvégien bon teint, habitant de la ville depuis des années. Etre solitaire, il est mort chez-lui en regardant la télévision. Line Wisting décide de faire un article pour son journal sur cet homme et son décès dans l’indifférence générale.
Le second corps est découvert au pied d’un sapin dans une ferme, lui c’est un parfait inconnu, mais sa mort n’est pas naturelle. La police norvégienne a peu d’indices, à part des cheveux dans sa main, preuve qu’il s’est débattu. Mais qui est-il ? Aucune disparition n’est à signaler dans les environs ou même dans le pays ! Ses vêtements viennent de l’étranger, les chaussures sont américaines par exemple. Quelques papiers dans ses poches signalent le passage d’un bateau église suédois dans les environs ! Est-il un membre d’équipage ? Des empreintes digitales donnent un nom , et là c’est une surprise, il s’agit de Robert Godwin, un tueur en série recherché aux États-Unis.
De son côté, Line poursuit ses investigations ; sur le programme télévision de Viggo Hansen, un programme était coché « The FBI Files ». Chacun est libre de regarder les programmes qui l’intéressent. Elle contacte plusieurs personnes l’ayant connu, et constate qu’il vivait depuis des années replié sur lui-même.
Une habitante signale la disparition d’un américain Robert Crabb (dit Bob) qui avait loué une chambre pour un mois et qui ne s’est pas présenté à la fin du bail, autre détail troublant, la porte a été forcée ! Les analyses de l’ADN des cheveux trouvés dans la main du défunt assurent que ce sont des cheveux féminins.
Les Américains prennent l’affaire au sérieux et délèguent plusieurs agents pour collaborer avec les autorités norvégiennes. En effet Godwin et Crabb vivaient à Minneapolis, ville dont un homme blanc sur cinq a de lointaines origines norvégiennes. Et si Goodwin réside depuis des années en Norvège, il a sûrement continué sa série de crimes dans ce pays !
Commence alors une chasse à l’homme pleine de rebondissements et de son côté Line va également de surprise en surprise sur la vie de Viggo Hansen.
Les membres de la famille Wisting :William le policier, père de Line, la journaliste second personnage principal, Thomas, fils de William et frère de Line, dont on parle peu, et le père de William, Jon Wisting, sont les principaux protagonistes de ce roman.
Mais il y a beaucoup d'autres personnages rencontrés au cours de ces deux enquêtes, une criminelle et l'autre journalistique. Y a-t-il un lien entre les deux ?
Une histoire originale, un bon suspense et une écriture agréable. Une découverte venant du froid !
Extraits :
- Il existait toujours un lien quelconque entre la victime et le coupable. En règle générale, recenser les mouvements de la victime avant le meurtre pouvait apporter des pistes et mettre l'enquête sur la voie.
- Les suicides, c'est toujours difficile et c'était la première fois que j'avais affaire à la famille de quelqu'un qui s'était suicidé.
- Les gens en fuite qui finissent par trouver une vie creuse. Ils reprennent l'identité et l'existence anonyme de quelqu'un qui de toute façon ne manquera à personne. Ils remplissent en quelque sorte un vide et continuent ensuite de vivre tout aussi isolés et seules que la personne dont ils ont pris la place.
- À présent, le germe du doute était semé en elle : était-il en fait mort de causes non naturelles ?
- Elle avait trouvé un chemin maintenant, sentait elle. Un chemin vers l'ombre et l'obscurité où avait vécu Viggo Hansen.
- Vous dites qu'il a étudié le norvégien, observa Nils Hammer. Cela signifie-t-il qu'il le parle ?
- C'était toute sa famille qui était là, emballée dans la vieille valise.
- Des gens qui depuis toujours menaient une existence anonyme. Des hommes des cavernes.
Éditions : Gallimard. Folio/ Policier (2020).
Titre original : Hulemannen (2013).
Traduit du norvégien par Céline Romand-Monnier.
* Une enquête de l’inspecteur William Wisting.