Dix ans, cela se fête!
Donc vive "La noiraude & La fureur du Noir".
Cela se passe, ici!

Dans le panneau!
Frédéric PRILLEUX (Coordinateur).
Note : 4 / 5.
Ne pas tomber dedans!
Reprenons le même principe que tous les ans, dix écrivains, cinq professionnels et cinq amateurs sous la direction de Frédéric Prilleux nous donnent ce rendez-vous, qui est le 8ème. Pour eux et pour moi!
Les auteurs sont pour cette édition : Gérard ALLE, Patrick BARD, Philippe GOURNAY, Philippe HUET, Sébastien KLOTZ, Max OBIONE, Céline PENVERNE, Maryse POLY, Claudio RUBILIANI, et Dominique SYLVAIN . Les panneaux, en général sont là pour interdire quelque chose, alors bravons les interdits!
« Moi non plus, je n'aime pas avoir froid ou soif. Le café vous est offert, servez-vous et bienvenue »
Le panneau, qui est également le titre de la nouvelle est alléchant et étrange! Surtout qu'il est signé « L'ermite » et qu'il se trouve dans un village abandonné. Une histoire pathétique d'un des nombreux laissé-pour compte de nos sociétés modernes. Mais un randonneur veille...
« Il est interdit de se doucher dans le cimetière », est une des plus intéressantes nouvelles de ce recueil, la plus réussie à mon goût. Nous sommes à la Réunion, nous cheminons au propre comme au figuré avec le narrateur. Il marche pour oublier ou pour se souvenir, pour ne plus voir ce père, alcoolique, ancien fossoyeur, cet homme détestable et détesté, craint et isolé. Il est à l'agonie et le fils revoit sa vie, sa mère. Une dernière offrande et l'eau purificatrice.....
« Attention à la marche » est une de mes nouvelles préférées, un éditeur loupe une marche, se blesse grièvement, trouve un interlocuteur pour lui raconter sa vie. Il pense tenir enfin le chef d'œuvre qui va changer sa vie, le sortir de l'anonymat, il a rendez-vous aujourd'hui avec l'auteur...Ne pensez pas que le fait que le titre du livre « Lady Bigouden » et le nom de plume de l'auteur soit Dominik Kerity aient eu une quelconque influence! Ou alors vous me connaissez bien mal!
« Défense de déposer des ordures » nous raconte la rencontre d'un homme qui urine sur le bord d'une autoroute et d'un escarpin rouge. Cet homme s'imagine l'histoire de ce soulier abandonné là, une dispute, le rendez-vous d'un couple illégitime? Enfin, il a fini, referme sa braguette et laisse la chaussure à sa place..... Sur le pont au-dessus un cycliste l'observe.
« Baignade interdite » clôt ce recueil, et prouve que ce n'est pas très agréable de nager en eaux troubles où flottent un cadavre. Surtout si vous commencez à mentir à la charmante représentante de la gendarmerie. Le mort étant un homme riche, pas comme le cantonnier qui meurt peu après....
Quelques personnages ordinaires, parfois, un couple de retraités de l'enseignement cherche une noble cause à défendre. Ils veulent changer de vie, chasser l'ennui, bref tout quitter, et dans ces cas là ils trouvent la cause! À eux le Maroc, le sable, le soleil et peut-être aussi un mirage......
Un journaliste qui doit faire un papier sur un double suicide, à Etretat! La femme a fait un vol plané avec sa voiture, l'homme s'est lui pendu! Quelle motif avait cette femme de se suicider? Apparemment aucun, elle écrivait des poèmes et allait être publiée, récompense pour elle alors pourquoi mourir et de cette manière bien peu sentimentale! On est loin de l'envolée des amants éperdus, mains dans la mains! Méfiez vous de la chute....de la falaise! Et la poésie n'est pas toujours neutre!
Une prostituée se rappelle des circonstances qui ont décidées de sa vie. Un jeune allemand pendant la guerre, qui lui fait découvrir l'amour, la naissance d'un fils, la honte et la tonte, et maintenant ces deux hommes qui sont les clients qu'elle ne voulait pas......
Une femme battue, qui écrit pour faire pénitence, une petite fille surprise de l'intrusion d'un couple dans une maison qu'elle s'était appropriée et qu'elle observe jours après jours.
Un recueil plus exotique que les autres, Maroc, Ile de la Réunion, mais vu le contexte ce n'est pas réellement le paradis!
La recette étant la même, ma chronique également, des écritures très différentes, du très bon et du moins bon. Mais le moins bon est malgré tout de bonne qualité, un bon cru. A l'année prochaine donc!
Extraits :
- Gisèle se mit à éplucher le guide du Routard plus souvent que les poireaux.
- Vous verrez qu'un jour, on appellera les cons « Personnes à compréhension différée ».
- Mon père ne croyait en rien, pas même à sa propre bêtise et aux propos insensés qu'il tenait.
- Le tas de ferraille fut une Clio bleu marine, et ressemble maintenant à une œuvre d'un César qui n'aurait pas fini le boulot.
- Tu as raison Mathilde, je suis une erreur de trottoir.
-Je vois le grand-père Tramvouez qui marche sur le quai de Loguivy, me tenant par la main et racontant ses pêches d'Islande.
- Les autres bébés ils rient des fois, pourquoi tu ne ris jamais toi ?
- Il disait souvent que leur vie aurait été différente si elle ne lui avait rien caché.
- Il lui faudrait encore tuer demain.
- C'est dingue le nombre cachottiers que comptent ce patelin, tu ne trouves pas Clément ?
Éditions : Terre de Brume. /Granit noir(2008).
Voir mes autres chroniques ici
.