Nos derniers festins
Nos derniers festins.
Chantal PELLETIER.

Note : 5 / 5.
Bon appétit Mesdames et Messieurs.
Auteur (e) que je découvre avec ce roman culinaire et visionnaire !
Pour le menu, prenez un zeste d’art de la table (la bonne table), un peu et même plus d’enquêtes dans un monde futuriste, comme ingrédients une grosse pincée d’humour et pour rehausser tout cela des personnages aux petits oignons ! 
Nous sommes en l’an de grâce 2044. Pour un an de grâce, c’est plutôt celui des vaches maigres. En effet les matières grasses comme pratiquement toutes les bonnes choses sont interdites. C’est le règne de l’eau et du pain sec, le temps pas béni de la « Prohibition alimentaire ». Bref une époque où l’on pouvait bien sûr dire « C’était mieux avant ».
Mais toute prohibition nécessite des forces de l’ordre pour refréner les bas instincts humains. Une sorte de police du ventre… faute de l’être de la pensée… une police de la pesée…
Car tout un chacun possède à titre personnel un permis de table à points ! Car point trop n’en faut ! 
Le premier personnage rencontré est un cuisinier, il passe (vite fait), trépasse (durablement) ; avait-il été un veau dans une vie précédente ? Peut-être, mais dans cette existence il finit en blanquette ! Il a dû se dire veau mieux tard que maintenant !
Commence alors une histoire d'amour et d'amitié dans un monde pas très réjouissant. D'ailleurs j'ai beaucoup lu de romans dits
« d'anticipation » dans ma lointaine jeunesse, et les mondes qui nous attendent, si on en croit les romanciers, ne sont jamais agréables.
Revenons à nos moutons et à cet univers connecté, sorte de « 1984 » en plus épicé. Mais les habitants du monde sont-ils plus heureux ? Apparemment non, car nos problèmes actuels n'ont toujours pas trouvé de solutions : la crise migratoire et les problèmes climatiques ont nécessité la création de camps de regroupements en Provence. Comble d' ironie ou de mépris, les noms choisis : « L'eau vive », « Bosquet fleuri » ou encore « Tendre prairie » !
Énormément de personnages dans cet excellent roman.
Les « héros » de cette histoire sont Anna Janvier ( dit La Janvier) qui ressemble à Angela Merkel ! Pour sauver la mise, l'auteur nous précise « dans les années 2000, et Ferdinand Pierraud, communément appelé Pierraud ! Duo improbable, Laurel et Hardy en double mixte, enquêteurs des temps modernes.
Il est beaucoup question de littérature avec les noms de : Brautingan, Le Clezio, Bukowski entre autres et bien sûr Rabelais.
Une découverte et un livre à déguster sans aucune modération.
Extraits :
- La camionnette est immatriculée en Italie. L'axe Sofia-Bari-Naples-Marseille est le plus fréquenté par les trafiquants de foie gras, non.
- Roland Pithiviers. Un nom de gâteau en plus, comme c'est mignon.
- Il n'avait mangé avec l'emmerdeuse qu'une seule fois, et ç'avait été redoutable. Elle s'empiffrait, fourrant avec voracité les aliments entre ses lèvres maculées de gras, une vraie goinfre.
- Saucer !! Mot chavirant pour un geste scandaleux qui évoquait le péché et le stupre, sonnait salace et cochon, laissait imaginer mouillures, bruits de bouche et grognements de jouissance, transbahutait surplus de cholestérol et embouteillage des artères.
- Le restaurant avait désormais une réputation de lieu tranquille où régnait une liberté d'une autre époque, aujourd'hui première condition du succès.
- Les deux amoureuses se voyaient dans ces deux gamines culottées qui s'en foutaient plein la lampe à la barbe des héritiers de Staline qui, deux ans plus tard, allaient envoyer leurs chars sur la capitale tchèque, écraser en plein été ce que l'on avait appelé le Printemps de Prague.
- Le monde prend fin quand la paix quitte la table et les cuisines, elle n'en doutait pas.
- Des serres, des abricotiers, des champs de fraises, des lignes de cyprès, des jachères rouges de coquelicots, Ferdinand ne voyait pas de fin à son expédition.
- L'esclavage légal. Des réfugiés à acheter pour presque rien, avec tous les droits sur la marchandise si on se portait caution de ses dettes et agissements.
Éditions : Série noire / Gallimard. (2019).