Il y a 11 ans je créais ce blog sans trop savoir ce qui m'attendait.
Beaucoup de joie en définitif!
Cette année, suite au décès de mon beau-père, Nicole et moi avons quitté la Bretagne!
Après quelques mois d'érrance nous avons élu domicile à Maussane les Alpilles.
J'ai délaissé la lecture pour l'écriture, et je fais du bénévolat littéraire à la maison de retraite
Des Baux de Provence!

                                       

DSC09630

 

Au pays d'Alphonse Daudet.

 

Auprès de son moulin, il vivait heureux,

Il a dû, hélas, le quitter pour d'autres cieux.

 De mon pays breton depuis des années j'étais fervent.

Mais les choses de la vie en ont hélas décidé autrement.

La mort, cette folie, a pulvérisé mes habitudes.

Remettant en cause mes profondes certitudes.

Ne vivais-je pas déjà, à cette époque et inconsciemment

Dans l'espérance pour ma vie d'un brusque changement ?

Délaissant la Bretagne et les ports lorientais,

Je m'installe pour un temps au pays de Daudet.

Oublieux de Paimpol, ma célèbre ville natale,

Je goûte les plaisirs de l'automne provençal.

Mas situé au milieu d'oliviers centenaires,

Bordé de ruines romaines et millénaires,

Environnement qui semble intemporel.

Cigales, vent dans les arbres, bruits éternels.

Cris des mouettes, me manquerez-vous un jour ?

Ou vais-je, sans le vouloir, vous oublier pour toujours ?

Passer l'hiver ici pour exposer mes vieux os au soleil.

Mettre dans mes pensées ma bretonnitude en sommeil.

Mes lectures anciennes de « Les Lettres de mon Moulin »

Datent de ma turbulente enfance, jours trop lointains.

Ce moulin, avec le temps érigé en objet de culte touristique,

Devient de votre œuvre, la mercantile représentation symbolique.

Je me promets de redécouvrir vos écrits et personnages,

Femmes et hommes de l'époque, vivants témoignages.

Je rencontre leurs descendants aux terrasses des bistrots,

Apéritifs colorés et anisés, accents chantants et verbes hauts.

Devrais-je un prochain jour, peut-être hélas choisir :

Bretagne ou Provence, pour la littérature et les loisirs,

Entre le sombre et poétique Breton Xavier Grall,

Ou l'auteur des « Lettres de mon Moulin », ami de Mistral ?

Éclatante lumière et soleil ardent sur les montagnes finissantes,

Rougeoyante clarté de la mer au bout de journées déclinantes.

Ifs et peupliers sur la plaine camarguaise fièrement dressés,

Mats des vieux gréements, des mers brisant l'horizontalité.

Dunes sablonneuses et vagues iodées des rivages marins

Ou les différentes teintes de vert du sauvage romarin ?

J'ai découvert ébloui et surpris les Alpilles calcaires et lumineuses,

Silhouettes se découpant sous le soleil, lointaines et vertigineuses.

Mais dans mon cœur dominent nos moins élevés Monts d'Arrée,

Et ses petits bourgs isolés, qui dans l'immensité, semblent égarés.

Bretons taiseux, Provençaux volubiles, le crachin ou le soleil !

À chaque pays, ses habitants, ses coutumes et ses merveilles.

Yvon Bouëtté. Arles. Octobre 2016