La Vénus
La Vénus de Botticelli Creek.

Keith
 McCAFFERTY.

Note : 4,5 / 5.
Tue avec les loups !
Troisième roman de cet auteur américain (Tous publiés chez Gallmeister) que je découvre avec ce titre.
Nous sommes dans la vallée de Madison, dans le Montana. Plusieurs faits viennent troubler la relative quiétude des environs. En effet cette nuit-là, les hurlements des loups ont réveillé plus d'un habitant. Puis la disparition de Nakita Martinelli, très belle femme aux cheveux roux, surnommée « la Vénus de Botticelli Creek » met en émoi la population masculine. Ensuite, mais y a-t-il corrélation entre les deux événements, on découvre le corps d'un cow-boy empalé sur les bois d'un cerf ! Incident plus que rarissime. Accident ou crime ? Beaucoup de monde savait qu'il était amoureux de Nakita dite Nicki. A-t-il tué cette dernière ? Mais comment est-il mort lui-même ? A-t-il tué le cerf, puis est-il tombé de son cheval pour s'empaler sur ses bois ?
Martha Ettinger, en compagnie d’Harold, un indien avec qui elle a eu une liaison, commence les enquêtes, elle est rejointe pas son équipier habituel Sean Stranahan.
La grande question est : qu’est devenue Nicki ? L’arrivée de sa sœur, Nadina, ne va pas aider les recherches, c’est même le contraire.
Les enquêteurs se plongent dans le passé familial des deux sœurs, leur père italien chassait les loups en France, ensuite un parcours un peu chaotique entre le Canada et divers états américains. Un mariage, deux filles et un drame… la noyade de la mère et d’une des filles.
Pendant ce temps on avait découvert le cadavre d’une jeune femme noyée dans une source chaude à 110 degrés. Personne ne s’était manifesté et le corps était resté celui d’une inconnue.
Dans des crottes de loups des cheveux roux sont découverts, Nicki semble avoir été dévorée par une meute.
Stranahan fait la connaissance un peu intéressée du gardien d’un parc d’attraction, l’homme est chargé de la nourriture des animaux et de l’entretien de ceux-ci.
C'est une sorte de gourou terrorisant la jeune fille qui l’accompagne. Celle-ci a un regard d’une couleur étrange.
Un nom revient souvent, un homme en moto nommé Fen Amarok semble roder dans les environs.
Deux personnages récurrents dans cette série, Martha Ettinger, la policière et Sean Stranahan, peintre par goût et auxiliaire de police à ses moments perdus.
Un excellent roman, des personnages bien campés dans un
environnement rude. Un monde resté sauvage, où l’humain, point de vue sauvagerie, n’est pas en reste.
Une découverte.
Extraits :
- Un type empalé et tout ce que tu trouves à dire, comme quoi c'est un grand mâle ?
- À mon avis, c'est bien ça : il tuait des loups.
- Plus tard, Sean songerait qu'elle était une des plus belles femmes qu'il ait jamais vu, mais la première chose qu'il remarqua fut ses yeux. Ils étaient d'un vert pâle et froid, une couleur qu'il associait aux cascades gelées.
- Les hommes étaient des bestiaux tellement prévisibles en compagnie de femmes séduisantes.
- J'imagine que vous êtes un de ces détectives à l'ancienne. Une arme dans un étui d'épaule, une bouteille dans le tiroir du bureau.
- Mais tu ne veux pas croire que Nicki est encore vivante. On ne sort pas vivant de l'estomac d'un loup.
- Plus d'une fois, il s'était demandé à quoi servait de réintroduire des loups si c'était pour les abattre plus tard.
- Elle devait avoir seize ans, un régal pour les yeux. Elle avait un côté sauvage, ça ne fait aucun doute.
- L'idée, c'était qu'elle allait gravir les échelons jusqu'au rouge quand elle serait totalement acceptée comme sa compagne. Comme on passe de ceinture en ceinture au judo.
Éditions : Gallmeister/ Americana (2020).
Titre original : Dead Man’s Fancy (2015).
Traduit de l’américain par Janique Jouin-de Laurens.