img277
Mortes-eaux.

François AUSSANAIRE.

Note : 4 / 5.
Flots noirs.
Quatorze nouvelles noires et maritimes comme les définit son auteur que je ne connaissais pas avant notre rencontre au salon de Riantec.
Les vieux pensionnaires meurent à la pelle...c'est vrai les journées sont longues dans " Le dernier refuge des gens de mer" . On a beau se dire que ce sont les dernières, mais quelquefois elles ne passent pas vite. Alors quand un à un d'autres pensionnaires trépassent, cela occupe. On parle! On extrapole! On accuse!
"Square de l'Atlantique" enfin un parc, cela fait plus riche. Donc un parc, sa faune et sa flore, une petite fille qui n'a pas froid aux yeux, une jeune fille qui n'a pas froid aux cuisses et qui les montre! Un qui vient manger son pain de mie avec sa boisson infecte....et "La Causerie". Quasiment un meuble!
Si auprès d'un arbre il est possible d'être heureux, perché pendant plusieurs heures c'est moins sûr...et la chute est toujours possible..tenir le tronc pour ne pas manger les pissenlits par la racine! "Je hais les cyclistes" ça c'est un cri du cœur! Comment doubler ses meutes de vélocipèdes roulant sur presque toute la chaussée! Après moult essais, il reste une seule solution, l’extermination, feu le peloton et enfin la voie est libre....vivement dimanche!
Un ancien marin sur son île vivait caché...il pratiquait le troc, tout le monde y trouvait son compte. Non en fait. Les "Cravates" débarquèrent du continent. Alors commence la lutte du pot de terre contre le pot de fer. Et comme ce n'est pas un conte de fée. Je vous laisse deviner la fin.
"La lutte des classes" ou on n'est jamais trahi que par les siens! Dure la solidarité ouvrière.
"Cercle polar", excellente idée de vouloir organiser un salon du roman policier à Bréhat, mais il y a des auteurs refusés...et pour certains c'est la mer à boire. Leur rêve tombe à l'eau!
Horn, c'est un cap et aussi un emmerdeur de vieux marin suffisant....lui et les petits oiseaux! Et méchant en plus! Deux gardiens de phares, l'un parle, alors l'autre écoute, l'un parle beaucoup et l'autre supporte ; heureusement que la relève arrive! Un homme qui a vraiment besoin de vacances, coincé dans le métro, fait comme un rat serait plus près de la vérité! C'est encore loin la mer! Un homme honnête contre la bureaucratie, un commandant de police au grand cœur, l'alcool d'abord, l'eau ensuite, un fan de cinéma qui vit un peu trop sa passion du grand écran. Deux marins solidaires, puis un marin solitaire, un braqueur qui réussit deux casses et tout cela pour rien! Le monde change.
Beaucoup d'humour et de noirceur aussi, un doux mélange des deux, pas toujours très doux à la réflexion. Une découverte, j'ai toujours un profond respect pour l'imagination des auteurs de nouvelles surtout quand la qualité de l'écriture est au rendez-vous.
Extraits :
- Ils avaient vécu d'une barcasse qu'il sortait tous les matins et de sa pêche qu'elle vendait sur les marchés du Goëlo.
- C'est quoi cette histoire ? C'est un jeu ? Il y a une caméra planquée quelque part, ou on est en train de jouer le retour du Petit Prince ?
- De toute façon, quand tu es traqué, ça ne change pas grand-chose, qui te traque.
- À l'égal des moutons ou des harengs, le nombre ça semble avoir un effet diviseur certain susceptible de leur ôter toute capacité de réaction un tant soit peu intelligente et raisonnable.
- L'île n'était certes pas un repaire de naufrageurs, mais tant qu'il ne s'agissait pas de pétrole ou de cadavres, il y avait tout lieu de se réjouir de ce qui venait s'échouer à la côte.
- Les "cravates », ça n'amène jamais rien de bon sur l'île, pensèrent les pêcheurs lorsqu'ils les virent débarquer.
- Après la pluie vient le crachin. Proverbe brestois, pensa le commandant Dolledec.
- Des vendus. Totalement à la botte des éditeurs. Ce n'est plus un festival, c'est le salon du polar, la foire aux livres.
- Moi, j'écris des livres, enfin, un livre pour le moment ; vous, vous faites du commerce. On ne pouvait pas s'entendre.
- Du produit breton, du néo breton, du faux breton, peu importe du moment que ça ait l'air couleur locale.
Éditions : Nouvelles Paroles. (2009).