img270
La nuque.

Roland GOELLER.

Note :4 / 5.
Cet obscur objet de désir!
Auteur bordelais ayant déjà publié plusieurs ouvrages aux éditions Siloë, que je vais découvrir avec ce roman décrivant un monde imaginaire qui pourrait bien devenir réalité. Et une réalité bien peu réjouissante, hélas.
Un transport en commun, TOM un itinérant, comme tous les matins regarde le questionnaire qu'on lui a remis. Toutes les questions doivent avoir une réponse, sauf une "facultative", il marque une hésitation, son régulateur neurologique réagit. Deux nuances de gris, clair et foncé, troupeau silencieux qui se dirige vers son lieu de travail, soudain un cri.Loisirs obligatoires, la devise "Mens sana, corpo sano", une partie de squash avec LUC, une connaissance, mais une réprimande. Ils ont passé trop de temps dans le gymnase. Retour à la maison et retour au travail le lendemain. Et là, il remarque un voisin itinérant comme lui mais qui se tient d'une manière....féminine, voilà il cherchait le mot.Il-y-aurait-il des itinérants femmes ? Pourtant il est dit qu'il n'y a ni hommes, ni femmes...mais des employés!
L'itinérante LEA est convoquée pour une visite médicale, pour quelle raison? TOM remarque la démarche différente de la personne devant lui, la nuque pour la démarche....Masculins, féminins! Un certain trouble s'empare de lui...le régulateur tente de résorber ce sentiment nouveau...Sur le badge trois lettres DIA...mais quelles sont ses chances de la revoir dans ce monde hyper cloisonné? LEA pendant ce temps sous anesthésie a subi une légère opération....mais laquelle? Elle risque de ressentir une fatigue passagère, donc pas d’inquiétude. Mais la fatigue persiste, s'accentue et LEA commence à se poser des questions...
TOM lui cherche la signification du mot "Affect"...et son régulateur semble ne plus remplir toute sa mission....DIA est au centre de ses pensées éparses....et surtout nouvelles !
Le hasard permet à TOM de la revoir.....mais surprise par cette intrusion dans sa vie elle est apeurée, TOM est soustrait de l'arrivée des vigiles par une mystérieuse silhouette...Qui est-elle ?
Pour LEA les choses ne sont pas simples non plus....un homme lui a déconseillé d'aller passer sa visite médicale...pour quelle raison et qui est-il ? Et elle découvre l'angoisse....la peur de l'inconnu...
Car l'inconnu est là et malgré tous les dangers LEA et TOM vont devoir se battre. Mais malgré tout réussiront-ils à renaitre ou est-ce déjà trop tard...la science a t-elle pris le dessus sur les valeurs essentielles de l'humanité?
Quel monde y a t-il après la dernière station de métro, après la Cité symbole de civilisation?
Deux personnages principaux qui ont un lien commun, mais qui ne le savent pas.
TOM l'itinérant découvre des sentiments cachés en regardant la nuque de DIA...hélas leur rencontre tourne au fiasco, mais il ne pourra malgré tout pas l'oublier....il est prêt à beaucoup de choses pour elle, même mettre sa propre sécurité en péril. LEA aussi est prête à beaucoup de choses et elle aussi à prendre de gros risques pour retrouver quelque chose qui lui a été dérobé...c'est dur de trouver dans les ordinateurs de la Cité des faits la concernant dont elle ignorait tout!
En plus du récit de l'aventure des deux protagonistes principaux de l'histoire, nous suivons également les réunions du "Conseil de surveillance et d'administration" qui règne sur la Cité. Ce qui nous permet de comprendre son fonctionnement, mais aussi ses propres limites.
Encore un roman qui nous décrit un monde totalitaire et glauque au fonctionnement répétitif mais ultra cloisonné.
Un très bon roman, car à l'opposé de certains livres du genre, ici il y a une possibilité de retour à une vie plus libre, mais aussi plus individualiste.
Extraits :
- Ils attendent simplement que cet individu règle son pas sur celui des autres. Ils attendent qu'il reprenne la cadence générale des corps, comme dans une ligne d'embouteillage.
- La diffusion du sérum dans le bras agit à la manière des anesthésiques utilisés au cours de soins dentaires. Elle entraîne la dilatation du champ de perception.
- Les étages impairs sont réservés aux employés en tenue gris sombre, les étages pairs aux employés en tenue gris clair.
- Une pensée lentement prend forme dans son esprit : il y a une manière féminine de se tenir, différente de la manière masculine. Pour quelles raisons ne pas dire que l'itinérant est... une femme?
- Le Conseil est invité à se prononcer sur l'opportunité de la généralisation de la régulation neuroleptique.
- C'est le mot qui s'impose à lui, la grâce, non pas une propriété mais une harmonie, laquelle éveille de la sympathie et de l'attirance.
- La soudaine évidence de la nuque de DIA lui a été comme une déchirure, une conflagration mentale, qui depuis ne cesse de s'agrandir. Et cela, il ne le sait pas encore.
- Presque malgré lui, il observe les employés féminins. Certains l'attirent plus que les autres. Il ne saurait expliquer pourquoi, même s'il ne cesse de chercher les raisons de l'attirance ou de l'indifférence.
- Elle hésita. Qu'allaient-ils lui prendre? N'avaient-ils pas déjà tout pris ? Qu'allaient-ils prendre de plus ?
- De sa lassitude, il ne reste presque rien.
- Les anciens lui ont expliqué que cette intervention consiste à rendre inoffensifs les souvenirs de ses premières années. Elle est ressortie de cette première intervention avec un régulateur, lequel a été par deux fois remplacé par des modèles plus récents.
- Lutter contre la terre, c'est autre chose que de lutter contre des abstractions. C'est comme faire une partie de squash, à la différence que de lutter contre la terre c'est utile.
Éditions : Siloë éditions / l'Ancolie. (2012).
Le blog des éditions Siloë.