3_jours___tuer
3 jours à tuer.
Louis LANHER .

Note : 5 / 5.
Et en vitesse....
J'aime beaucoup cette maison d'édition(s) avec son lot de livres originaux un peu décalés et très souvent politiquement incorrects. Alors en route pour non pas l'Ultime Lecture mais l'Ultimate Race, 3000 kilomètres entre l'hôtel Georges V de Paris jusqu’à Marrakech. Une seul règle...foncer....et c'est tout !
Un dernier conseil, accrochez vos ceintures, c'est parti.
L'histoire commence en 1987 puis nous nous projetons (enfin l'auteur nous projette), moteur vrombissant, en 2005, mais nous retournons en marche arrière en 1979, ....Maximillion (il a gagné le gros lot à la tombola des prénoms!) Cooper est un petit chenapan, roi du camion à pédales, terreur des bacs à sable, roi du sécateur, adepte des documentaires animaliers et prédateur précoce ! Avec lui, la vie n'est pas une route pavée de bonnes intentions, c'est même l'inverse, mais passons c'est plutôt la loi de la savane. Déjà à trois ans, il a des problèmes avec un petit camarade (un gosse de riche, donc, il est difficile de lui en vouloir). Ses ennuis avec ce même camarade dureront longtemps, très longtemps même. Mais toutes les bonnes choses ont un fin dit la sagesse populaire...
Revenons à nos bolides, leurs moteurs gonflés, leurs conducteurs très gonflés, certaines de leurs épouses à la poitrine hyper gonflée et à leurs pneus (de voitures) super gonflés....
Fouette cocher, les fous du volant te saluent et dévalent en trombe la France puis l'Espagne pour la course ultime, la seule qui vaille la peine de gagner ! Alors nous suivons les concurrents sur les routes du Sud, de palaces en bateaux, parfois coincés derrière une caravane de vacanciers teutons ;  c'est dur d'être un escargot au volant d'un bolide.....
Maximillion Cooper, je devrais plutôt écrire sa suffisance Maximillion Cooper ! Son triomphe est peut-être son apogée ou son œuvre ultime!!!!De Chaumont sur Marne à Marrakech, un homme traverse sa vie et sa route....Mais qui est-il réellement ?
Grégory l'alter-égo sale gosse friqué pourri ex-futur grand champion des sports mécaniques qu'il roule allégrement (il roule autre choses aux jeunes fille de son âge mais la décence m'interdit dans dire plus).
Le personnage de Zoé est pour le moins gratiné et ambigü, l’auteur la décrit comme suit :
- elle est effroyablement belle et sans conversation. Un régal pour les longues distances et le repos du guerrier.
Kurk l'Inuit, David et Rob sont des autres concurrents, normal me direz-vous pour faire une course, il faut être plusieurs ! Un humour léger mais efficace, un certain.. , n’aillons pas peur des mots ..une grande dose de cynisme, un érotisme bon teint et de bon ton...Une philosophie non pas de comptoir, mais de paddocks avec ces quelques lignes qui m'ont bien amusé :
-Il existe en réalité deux classes sociales dans l'Ultimate Race : les prolétaires de l'extrême qui figurent fièrement devant leurs sportives italiennes. Ferrari, Lamborghini, Maserati, ces hommes sortent avec des blondes à forte poitrine et leurs voitures font un bruit nasillard de mobylettes débridées. Et puis nous, les aristocrates de la course auto. Nos montures sont anglo-saxonnes évidemment, ou universelles comme la Bugatti. Aston-Martin Jaguar, Chrysler ou coupé Bentley, nous savons vivre et épouser de grandes brunes aux petits seins fuselés.
La lutte des classes et des cylindrées !!!!!!!!!!!
Une écriture très originale mêlant parfois de manière classique un narrateur, puis Maximillion reprend la parole et dit moi je....C'est très surprenant. Un texan à New-York un 11 septembre, un dénommé David à Hawai au centre de surveillance des tsunamis un 25 décembre 2004 nous rappelle des actualités récentes....Un petit tour sur les falaises d'Étretat où volent les êtres et les choses, et où parfois les nuits sont dangereuses ! Souvenirs d'enfance à Chaumont où même l'appartement accentue la tristesse de la jeunesse.
Un voyage au bout de tout, de la route et de soi-même. Un des livres les plus étranges et des plus réussis que j'ai lus ces derniers temps. Cela part dans tous les sens et semble plein de clichés, déjà vu (Shinnig par exemple et l'enfant pédalant dans les couloirs de l'hôtel), mais c'est fascinant, en particulier les quelques lignes sur l'histoire de Cannes ou la description de l’appartement qu'il occupait avec sa mère à Chaumont sont du pur délire ainsi que les courses de voitures à pédales dans le dit-appartement ! L'esprit de compétition déjà.
Un livre déroutant dans toutes les applications possible du mot ! Une découverte jusqu'à la dernière page, un vrai labyrinthe littéraire mélangeant les lieux, les âges des personnages et les époques. Extraits :
- J'ai 3 ans, la vie est simple.
- J'ai 30 ans. La vie n'est pas si simple finalement.
- Un tunnel sombre monte le long de leurs cuisses jusqu'à l'infini. Au bout une fente obscure que je pars explorer avec mon petit vaisseau.
- Je reste ainsi plusieurs secondes à admirer l'origine du monde.
- Ces élèves ont huit ans. Bientôt, ils conduiront des moissonneuses-batteuses, faucheront les blés et épouseront leur cousine germaine dans une grange.
- L'évacuation des cadavres est délicate en pleine saison estivale, il ne faut pas briser la belle ambiance de la Croisette.
- Au final tout le monde reproduit le destin de l'humain de Neandertal, l'homme veut épouser la femelle la plus belle qui veut épouser le guerrier qui rapporte plus de viande de mammouths dans la grotte.
- L'Europe du Nord dans son ensemble devrait être interdit de séjour sur la Côte d'Azur.
- Comme toutes les filles de son âge, ma fiancée vit en équilibre instable, elle veut être désirée un maximum tout en étant violée un minimum.
- Comme tous les mâles lucide et en bonne santé, Grégory aime une fille et baise toutes les autres.
- Ma fiancée est à la hauteur de mes ambitions, désirable comme une pole position au Grand prix de Monaco, racée comme une formule 1 McLaren enfin fiable jusqu'à la fin de la course.
- Je suis un incompris.Mozart, Van Gogh, Baudelaire, Maximillion Cooper, nous avons trop d'avance sur nos contemporains.
Éditions : Au Diable Vauvert (2011)
Logo_Dialogues