N
Note : 3, 5 / 5.
Départ !
Cette série de courts textes a été créé par l’éditeur Jacques Flament.
Les contraintes sont les suivantes. Toujours le même titre :
« 22/10, 22:10 ». Seul le nom de l’auteur change.
Un nombre précis de signes (environ 50 000) pour une parution en format carré de 13X13.
Huit titres sont parus à ce jour.
Jonas s’évapore un 22 octobre. Arrivé au bout de la jetée dans un port indéfini, il jette son vélo à la mer. Et il disparaît…
Sa fille Melody prend la suite du récit, son père est revenu, elle le découvre et découvre sa vie dans des ports et contrées lointaines.
Jonas lui présente Odette, une amie.
En réalité, elle est le Dr Odette N. qui traite Jonas. Commence le résumé de plusieurs consultations, qui nous permet de mieux découvrir les voyages de Jonas, en Asie par exemple. Ce qui semble être la Chine est en réalité le Japon, séjour retiré du monde, puis encore le départ pour ailleurs, encore et toujours.
Trois personnages principaux dans ce texte très énigmatique, sorte de voyage initiatique de Jonas mais sans la baleine.
Jonas plaque tout, partir encore et toujours. Melody mène sa vie mais retrouve, semble-t-il, sans reproche particulier son géniteur.
Le Dr Odette N. recueille les confidences de cet homme à son retour dans notre monde dit-civilisé.
C’est bien écrit, un récit original sur le fond comme dans sa forme, mais, je dois bien l’avouer, une lecture ardue.
Extraits :
- L'homme est parti si longtemps qu'on l’a donné pour disparu. Le père est parti si longtemps que ses enfants se sont habitués et que son épouse a refait sa vie. On dit cela, refaire sa vie.
- Les raisons du départ : « Vois-tu, me dit-il, j'étais coincé dans une vie si compliquée-Il soupire-si compliquée… »
- Dans cette famille, décidément, tout est toujours lié au temps que l'on a, au temps qu'il reste, le jour, l'heure et toutes ces choses tellement subjectives quand on y réfléchit.
- Le sol dépourvu du roulis et du tangage roulait sous mes semelles et je me sentais gagné d'une nausée comme au début d'un voyage.

- Ce que je vais te raconter maintenant, tu peux le croire ou en douter. Pour autant je ne changerais rien à mon récit. La crédulité du lecteur n'est pas si importante.
- Le patient est arrivé à l'heure. J'éprouve de l'impatience…
Éditions : Collection 22/10, 22:10. Jacques Flament Alternative éditoriale (2020).