Mise-à-mort
Mise à mort.
Un Tueur. Kaput.
Frédéric DARD.

Note : 4 / 5.
Fin de parcours !
Il y a eu un début, il y a une fin.
Dernier épisode de ce volume qui comprenait 4 titres :
La foire aux asticots ; La dragée haute ; Pas tant de salades et Mise à mort.
Kaput a pris la place de Paul Carmodi dans les affaires, et dans son lit. Et Merveille est une merveille. Les affaires roulent, la succession s'est apparemment passée sans problèmes.
Apparemment seulement, un jour un homme se présente, il se nomme Calomar, et en réalité Carmodi n'était que son employé, c'est lui le big boss ! Ses conditions : 2/3 du chiffre d'affaires pour lui, le reste pour Kaput et son équipe. Inacceptable pour Kaput qui lui fait avaler son bulletin de naissance. Dégâts collatéraux : le chauffeur de maître qui l'accompagnait l'accompagne aussi dans l'au-delà !
Mais pour Kaput les ennuis ne font que commencer. Un appel téléphonique vient lui faire comprendre que la rivalité entre malfrats ne se dilue pas dans l'eau. Être calife à la place du calife n'est pas de tout repos et Kaput va l'apprendre à ses dépens.
Il pense bien vite qu'il y a un traître dans son entourage, Angelo ou Pedro ? L'un des deux perdra la vie. Mais est-ce que c'était le bon ?
Il va rendre une petite visite à un dénommé Meyerfeld, cela aurait dû se terminer en massacre à la mitrailleuse... mais il est sauvé par... un policier qui l'embarque illico-presto. Ce qui n'était pas nécessaire car il le laisse croupir en cellule. Le policier est un ripoux... le monde n'est plus ce qu'il était, ma bonne dame. Donc Kaput est entre les mains de gens qui ne lui veulent pas du bien… bien au contraire. Le massacre à la sulfateuse a bien lieu... Kaput fait partie des survivants...
Les aventures continuent, la sagesse dit que la fuite serait une bonne solution en faisant un détour pour récupérer une vieille bagnole pleine de fric. Mais là aussi ses ennemis sont sur sa piste… et la poursuite continue ! Une maison à vendre, enfin quelques jours de repos ?
Kaput est bien ou mal entouré ? Merveille fait monts et merveilles pour lui ? Lui en est amoureux fou, mais elle ?
Peut-il avoir une confiance absolue dans certains membres de sa bande, ils ont vite trahi son prédécesseur, alors pourquoi pas lui ?
Dans les dernières pages de cet ouvrage, Frédéric Dard arrive à nous rendre le tueur relativement sympathique.
À titre personnel, c'est la première fois que je réussis un défi que je me lance à moi-même depuis plus de 14 ans que je m'occupe de ce blog ! C'est-à-dire, lire un Frédéric Dard par mois, soit neuf titres depuis le mois d'avril. La série complète de « L'Ange noir », celle de « Kaput. Le tueur »  et un autre titre, « Les Scélérats ».
Une fin logique, au petit matin !
Extraits :
- Merveille m'apprenait les bonnes manières, et, en revanche, je lui enseignais comment se comporter dans un lit.
- Cet homme était aussi insensible que le presse-papiers de bronze de mon bureau.
- Ses rides étaient tellement serrées et tellement profondes que ses joues ressemblaient au-dessous d'un champignon.
- Merveille est entrée à ce moment-là. Je lis à faire hurler une meute de chiens de traîneau. Elle portait un déshabillé de soie bleue et croyez-moi, c'était vraiment un déshabillé.
- Dans le hall, un petit agent à l'air timide (qu'il essayait de combattre au moyen d'une terrifiante moustache à la Brassens), faisait les cent pas.
-Ils me passeraient à la bascule s'ils le voulaient, mais jamais je ne les affranchirais sur l'endroit où était planqué le magot.
- Un chef doit toujours s'auréoler de légende et rien ne crée mieux une légende qu'une discrétion exagérée…
- M. Antoine jouait les Je-suis-au-dessus-de-tout-ça, près de son poste de télé où Jean Nohain prodiguait des postillons.
Éditions :
France Loisirs (2017) pour l’intégrale
Fleuve noir pour les premières éditions
La foire aux asticots (1955)
La dragée haute (1955)
Pas tant de salades (1956)
Mise à mort (1957)
Autres titres de cet auteur (hors San-Antonio) sur ce blog :
Le boulevard des allongés.
Le ventre en l'air !
Le bouillon d’onze heures.
Un Cinzano pour l'ange noir.

Série Kaput :
La foire aux asticots.
La dragée haute.
Pas tant de salades.
Autre chronique :
Les scélérats.