Satan
Satan dans le désert.

Boston TERAN.

Note : 5 / 5.
Le désert est pavé de mauvaises intentions.
Je découvre ce roman d’un auteur dont on sait peu de choses ! Qui est-il ? Il semble entretenir savamment une grande dose de mystère. Cet ouvrage a été unanimement salué à sa sortie.
Titres des chapitres :
La perle. Le jugement. Le rite de séparation. Le rite de transition. La mort et le rite d'incarnation. Le fou. Le calice et la lance.
Nous sommes en Californie à l’automne 1970, une femme de couleur est assassinée. Les journaux titrent « Meurtre rituel à Furnace Creek ».
Novembre 1995. Toujours en Californie, un couple est sauvagement tué ; Gabi, 14 ans, fille de la femme, est enlevée. La scène de crime est particulièrement choquante. Quel est le motif de cette abomination ? L’homme, Sam ? La femme, son épouse Sarah, ex-conjointe de Bob Hightower ? Bob Hightower, son père, policier, mais dans un bureau, pas un homme de terrain ? D’autres membres de la famille, John-Lee, autre policier, son épouse Maureen, ou Arthur, un homme d’affaires, père de Sarah ?
Bob décide de retrouver à tout prix Gabi. La seule personne qui accepte de l’aider est Case Hardin, une toxicomane. Elle connaît la secte responsable de cet enlèvement « La Voie de la Main Noire », un ramassis de fous furieux commandés par un dingue nommé Cyrus. Elle raconte à Bob ce que subit sa fille, violée, humiliée, droguée… si elle est encore en vie. Ce qui n’est pas encore sûr.
Le couple le plus mal assorti qui soit se lance dans une longue quête. Lui, chrétien pratiquant se fait tatouer pour pénétrer ce monde d’allumés, sans foi ni loi. Elle, qui cherche aussi une certaine rédemption, l’aide car elle connaît les lois de ce milieu qui est à mille lieux du monde que l’on dit civilisé.
Chacun laissera une partie de lui-même dans ce périple, lui certaines de ses illusions et de ses convictions. Elle retrouvera une femme qu’elle a aimé, mais des hommes qu’elle déteste.
La route sera longue dans un paysage d’une laideur, qui ajoute à l’ambiance apocalyptique de ce roman.
Les cadavres parsèment ce chemin de croix.
Peu de personnages n’ayant rien à se reprocher, Gabi, bien sûr, pauvre enfant, victime du monde des adultes. Bob, père courageux, Case, qui malgré son lourd passé, assumera sa vengeance, risquera sa vie pour tenter de sauver une jeune fille pour qu’elle n’ait pas la même existence qu’elle.
Pour le reste...
C’est noir, très noir, violent, très violent, mais excellent !
Une découverte, une grande claque, une énorme baffe, etc...
Un roman dont on ne sort pas indemne.
Extraits :
- Elle passe à la photo de ce qui était autrefois le visage d'un homme.
- Il n'y a pas d'experts. Juste des survivants.
- Tels deux soldats déguenillés partis sur la route, ils restent assis là, chacun enfermé dans le poste de sa vie.
- T'es-tu jamais demandé si la mort faisait disparaître tous les souvenirs ?
- Parfois, il fait juste ça pour s'amuser aux dépens de son interlocuteur, mais pas toujours.
- Bob, la réponse se trouve près de chez toi. Obligé. C'est une vendetta contre l'un des tiens. J'ai déjà vu ça. Je suis désolé. Mais c'est forcément ça.
- Un cimetière de maisons, voilà tout ce qui reste de ceux qui se sont installés là sur un coup de dés, en pariant que la Route 66 durerait éternellement.
- Je pense à Lena, à Eroll et à… lui. À toutes ces veines massacrées au cours de toutes ces années.
- Personne n'est propre, fils. Personne.
Éditions : Gallmeister- Totem (2019).
Titre original : God is a Bullet (1999).
Traduit de l’américain par Éric Holweck, traduction révisée par Marc Boulet.