Charles-Yu-Guide-de-survie-COUV-280x408
Guide de survie pour le voyageur du temps amateur.

Charles YU.

Note : 4 / 5.
Embarquement immédiat, mais pour où et quand ?
Une fois n'est pas coutume, je vais vous parler de la quatrième de couverture que je trouve excellente et très belle, je vais même retranscrire l'intégralité du texte de présentation :
- Mon nom est Charles Yu. Je suis un réparateur de machines à voyager dans le temps. Dans moins d'une minute, mon moi du passé va essayer d'assassiner mon moi du présent, qui dans le passé, a déjà essayé d'assassiner mon moi du présent, qui, en fait, à l'époque, était mon moi du futur, qui est en fait mon moi actuel.
En commençant cet ouvrage, on est prévenu, il vous est demandé :
- Entrez les données personnelles suivantes: (Âge chronologique actuel). (Âge souhaité). (Âge quand vous avez vu votre père pour la dernière fois).
Calculs en cours. Trajectoire verrouillée.

Puis vient un schéma chronodiégétique partagé en deux séries : une série A (théorie temporelle du temps) et une série B (théorie atemporelle du temps) dans lequel nous retrouverons un personnage nommé Papa, mais est-ce vraiment le père de notre guide ?
Il serait quand même dommage que nous nous perdions durant ce voyage dans le temps et l'espace !
Embarquement immédiat, et n'oubliez surtout pas votre :
« Guide de survie pour le voyageur du temps amateur ».
Mais vous aurez des piqûres de rappel assez souvent car le trajet n'est pas sans danger.
Ce texte est partagé en plusieurs modules allant de α à ε échelonné sur 31 chapitres.
Nous suivons donc les aventures cosmiques et spatio-temporelles, aventures dont nous savons plus réellement si elles sont réelles (pour le narrateur) ou fantasmées !
À part le narrateur, les autres personnages, mais peut-on appeler ceux-ci des personnages, nous trouvons TAMMY, un ordinateur en version féminine. Ordinateur que le narrateur qualifie lui-même de sexy.
Ed, un chien abandonné, qu'il a recueilli mais qui a un énorme défaut, il empeste, mais existe-t-il vraiment ?
Il y a aussi Phil, son manager, avec qui il correspond souvent, et qui croit être une vraie personne.
Il y a aussi la mère et surtout le père du narrateur. Celui-ci garde d'ailleurs un souvenir très très ému de son géniteur, avec qui il a bricolé pendant des années des fameuses machines expérimentales.
Un roman déroutant, ardu, très bien écrit, mais heureusement que le guide revient parfois pour nous rappeler que voyager dans le temps n'est pas sans risques.
Une fin de récit très émouvante.
Extraits :
- Le modèle standard MVT-31 carbures grâce à une technologie :
la chronodiégèse.
- Et puis, il faut bien le dire, de l'amour. L'amour sorti tout droit du cœur brisé d'un chien qui n'existe pas.
- Et alors ? Ton chien non plus n'existe pas, et pourtant tu l'aimes. Tout est possible dans un monde comme le nôtre. Espèce de crétin. Va épouser Marie. Aie du cœur… et des couilles.
- J'ai dix sept ans. Mon père en aura quarante neuf la semaine prochaine. C'est le plus beau jour de sa vie.
- Je me regarde penser On aurait dû rester dans notre garage. Je lis la même réflexion sur le visage de mon père, et c'est ce que je me dis encore maintenant. Pourquoi est-ce qu'on n'est pas resté là-bas, dans notre laboratoire, dans notre camp.
- Je peux vivre ancré dans mon présent, risquer l'échec, y courir.
- C'est l'histoire d'un type qui cherche à découvrir ce qu'il sait, qui oscille entre le oui et le non, la prise de risque et la facilité ; un type qui essaye de décider si ça vaut la peine de continuer, de rester, de s'engouffrer dans la brèche de chaque nouvel instant.
Éditions : Aux Forges de Vulcain (2016).
Titre original : How to Live Safely in a Science Fiction Universe (2010).
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Aude Monneyer de Galland.
Autre titre de cet auteur sur ce blog :
Pardon, s'il te plaît, merci.