fioul_def-270x388
Fioul.

Stéphane GRANGIER.

Note : 4,5 / 5.
Dérives !
Roman, semble-t-il, très noir de l’ami Stéphane Grangier, noir comme la couleur de ce combustible dérivé du pétrole qui est également le titre de ce roman !
Dérive d’un pétrolier qui fait naufrage près des côtes du sud Bretagne… encore !
Dérive d’un homme dans le port de Lorient, un mauvais coup qui a mal tourné, des coups de feu avec la police… des morts et lui qui tente de fuir ! Mais ce n’est qu’un court passage d’un roman.
Dérive à venir de l’auteur, mais il ne le sait pas encore. Il planche sur ses mots, l’inspiration dans son studio de la rue Paul Féval, près de la gare à Rennes… Un coup de téléphone va bouleverser sa vie, mais à cet instant il ne le sait pas encore !
Au bout du fil une voix féminine disant se nommer Gladys. Elle se
présente comme une amie de Sandrine et se dit en danger de mort !
Alors Marc Riplé va répondre favorablement à cette femme, il la retrouve et l’embarque dans sa voiture. Il prend le temps de la détailler… belle rousse avec des nichons de rêve et un divin fessier… et quelques bagages aussi. Le road-movie mortel peut commencer !
Dérive financière dans les hautes sphères, branle-bas de combat, un pétrolier de perdu ce n’est pas dix de retrouvés… et c’est mauvais pour l’image de marque. Le reste à la limite, les dirigeants et les actionnaires s’en foutent… mais perdre de l’argent pas question. Alors tous les moyens sont bons. Même les moins avouables…
Marc Riplé au réveil vérifie le contenu des bagages de sa pensionnaire et là son esprit prend conscience que quelque chose n’est pas nette et que sa vie est sûrement en danger ! En effet personne ne se laisserait voler des liasses de billets de 500 euros et environ un kilo et demi de drogues dures sans réagir! Car cet argent n’a pas été acquis légalement. Et cette drogue non plus.
Dérive des deux filles Sandrine et Gladys, la drogue et la prostitution, et la fin du rêve et le cauchemar. Marc décide de fuir avec Gladys… la fuite s’arrêtera en gare de Rennes, Gladys est abattue et Marc s’en sort de justesse. Il part en voiture pour un périple qui s’achèvera loin de la France.
Dérive de certains policiers. Une femme est trouvée morte dans un appartement rennais, la tête défoncée et un bras coupé, puis un noyé est repêché, les trois crimes semblent liés…
Dérive du monde politique, deux conseillers municipaux sont abattus dans le midi de la France.
Le vaste puzzle de ce livre apocalyptique est en place... il ne reste plus
qu’à suivre les cadavres qui jalonneront ce chemin de croix pour certains !
Énormément de personnages dans ce roman. Beaucoup ne font que passer, d’autres, et c’est plus dommageable pour eux, ne font que trépasser et souvent de manière désagréable.
Marc Riplé au bout de 510 pages doit penser qu’une certaine nuit, il aurait été préférable que la batterie de son portable soit à plat !
Un roman très noir, très prenant, lecture ardue mais efficace.
Ainsi va le monde, délinquance classique ou délinquance en col blanc, laquelle est la plus dangereuse ? On peut se poser la question !
Extraits :
- C'était du business au cœur du catholicisme, la où personne ne voulait y mettre les doigts et encore moins les chiffres.
- Jusqu'à ce dimanche, qui avait déchiré sa personnalité comme jamais.
- 1,3 millions d'euros. Dix liasses de cent soixante billets de cinquante euros, à quelques billets près. Plus directe, la balance avait donné 1,630 kilos.
« Cocaïne/héroïne » selon Gladys, qui s'en était fourré une quantité démentielle dans les naseaux « juste pour voir ».
- Un inconnu complet qui s'envoie Madame Borris et qui se casse dans la nature avec ce qui fonde notre richesse, t'as raison, continue…
- Ma caisse et son aile défoncée. Ma tronche de psychopathe à la ramasse, mes canettes de bières sur le siège arrière, mon teint sinistre et mes yeux hagards bourrés de veinules éclatées.
- Alors j'ai pensé à son cul. J'ai pensé à ses seins, ses lèvres, ses yeux avant d'à nouveau penser à son cul. J'ai songé à mon âme et j'ai décidé d'arrêter tout de suite mes conneries pour me remettre à penser aux arbres qui défilaient.
- Éditions : Goater Noir (2018).
Autres titres de cet auteur chez le même éditeur sur ce blog :
Collectif :
Maillot noir.
Rennes, ici Rennes.
Romans:
Hollywood Plomodiern.
Chez d'autres éditeurs.
Rachel. Lanester 76.
Droit vers le soleil.