Derniers sacrements

Derniers sacrements.
Matthew J.ARLIDGE.

Note : 4 / 5.
Au fond des yeux...
Second roman de cet auteur britannique chroniqué sur ce blog après Oxygène. Récit en trois livres, un épilogue et 151 chapitres très courts.
Kassie ( Kassandra Wojcek), qui habite Chicago, n’est pas une jeune fille modèle loin de là ! Elle a des problèmes de famille, vivant seule avec sa mère polonaise et catholique fervente. Solitaire, elle est consommatrice de cannabis. Bref pas une existence très agréable !
Un jour dans la rue, bouscule t-elle un homme ou est-elle bousculée par lui ? Celui-ci, un dénommé Jacob Jones, lui parle gentiment, mais dans ses yeux elle voit la mort de celui-ci, et une mort très proche et ultra violente.
Adam Brandt, psychologue judiciaire, dialogue avec un prisonnier dans la prison de sinistre réputation de Cook County. En rentrant chez lui, il reçoit un coup de téléphone du directeur du centre de détention pour mineurs de Chicago. C’est ainsi qu’il fait la connaissance de Kassie.
Leurs deux vies vont en être bouleversées !
Car la prémonition de Kassie devient réalité, Jacob Jones est sauvagement assassiné, martyrisé et démembré. Kassie culpabilise et en parle à Adam qui est pour le moins sceptique. Surtout que de son côté il a des soucis personnels, son épouse, Faith, va accoucher.
La police enquête et Kassie également. Adam aide Kassie tout en n’étant pas trop d’accord avec elle. Kassie découvre dans les yeux de celui-ci qu’il va la tuer dans une quinzaine de jours !
Kassie tente la thérapie de groupe, un centre de drogués anonyme, mais elle voit dans le regard de l’animatrice la mort de cette femme, mort violente et rapide, elle tente de la sauver, mais en vain…
La police se démène, arrête un suspect qui semble le coupable idéal… mais ce n’est pas le bon, et il semble que le vrai coupable connaît bien Kassie.
Mais qui est-il ?
Une chasse à l’homme sanglante donnera aux survivants les clefs de l’énigme.
Deux personnages principaux dans cette histoire de meurtrier en
série, la jeune Kassandra Wojcek et Adam Brandt un psychologue renommé. Aucun des deux ne sortira indemne de cette histoire pleine de bruits, de fureurs et de meurtres horribles.
Des policières attachantes complètent la galerie des principaux personnages.
Après avoir un peu peiné au début de ma lecture, j’ai beaucoup aimé le final tonitruant et inattendu.
Extraits :
- Elle pensait lire la bonté, la sérénité même, dans son expression. À la place, elle ne voit que la mort.
- Le pardon n'avait pas sa place ici.
- L'un des plus grands avantages de l'Amérique, c'était que l'on avait toujours besoin d'un psy.

- Cet homme n'avait pas été assassiné, il avait été annihilé.
- Je vois la mort… avant qu’elle ne survienne.
- Adam nota la grande lassitude qui transparaissait dans cette réponse. De quoi était-elle lasse ? De la vie ? D'elle-même ?
- Kassie tira avec vigueur sur son joint, espérant une sorte d'inspiration chimique, une image, un signe, quelque chose qui l'aiderait à prendre une décision.
- Cinq minutes plutôt, Redmond était un suspect parmi d'autres. Il venait de passer en tête de liste.
Éditions : Les Escales Noires (2019).
Titre original : A Gift for Dying (2019).
Traduit de l’anglais par Séverine Quelet.
Autre titre de cet auteur sur ce blog :
Oxygène