McBride
Le vent et le lion.

James McBRIDE.

Note : 5 / 5.
Un autre regard sur l’Amérique.
Avec la lecture de ce livre, je renoue avec une très ancienne habitude, découvrir un auteur par un recueil de nouvelles. Ici il s’agit de James McBride écrivain américain, scénariste, compositeur et joueur de jazz.
Titres des nouvelles, certaines sont en plusieurs parties :
Un train nommé «Under Graham Railroad». «Le Five-Carat Soul Bottom Bone Band : 1) Buck Boy - 2) La Boîte à photos de Ray-Ray -
3) Blub - 4) Goat. «Papa Abe». «Le banc des jérémiades». « Le bal de Noël ».
«L’Ange Homme-Poisson». «M.P. et le Vent : Chapitre 1 : La 24°heure ; Chapitre 2 : Les Ordres Supérieurs ; Chapitre 3 : Le Vent; Chapitre 4: Frotte s’en va ; Chapitre 5 : La Guerre.»
Pour clore cet ouvrage, des notes de l’auteur qui nous explique entre autres la naissance de M.P. et le Vent .
Un train nommé « Under Graham Railroad » . Ce train pièce unique dont la construction remonte à la Guerre de Sécession. Objet très rare de grande valeur, dont l’histoire est tourmentée. Il fut construit pour Graham, le fils du Général Robert E. Lee de l’armée sudiste. Cet enfant décéda et le train envolé (ce qui est un comble pour un train!), une esclave s’étant enfuie avec. Puis cette femme et le train disparurent. Il est chez le Révérend Hart. Va-t-il accepter de le vendre et à quel prix ? C’est ce à quoi ce vendeur de jouets ancien va devoir s’atteler ! Mais le Révérend est un personnage très particulier.
Le Five-Carat Soul Bottom Bone Band ». Nous sommes dans un quartier pauvre d’une ville de Pennsylvanie, une bande de jeunes gens répètent au dessus du restaurant chinois de Monsieur Woo. Un adolescent Buck Boy est tué par celui-ci ! Nous suivrons les aventures ou mésaventures des trois amis qui restent, l’un veut vendre des photos érotiques, Blub est ainsi surnommé car il bafouille, et Goat court vite, très vite, mais pour faire partie d’un club, il lui faut un extrait de naissance… ce n’est pas gagné. Une chronique douce amère de la vie d’une communauté pauvre dans un quartier déshérité ! Une très belle série de portraits.
« Le banc des jérémiades ». A l’heure du jugement dernier, chacun attend son tour, en quoi vont-il revenir sur terre ? Deux boxeurs s’affrontent, au ciel ou au Madison Square Garden ? Ou alors aux deux endroits en même temps.
« M.P. et le Vent » qui termine ce recueil est un très beau texte où les animaux sont rois. Nous pauvres humains nous sommes « Les Malodorants » et ces quelques mots vont nous qualifier (ou nous disqualifier?) :
- Et maintenant vous nous dites que les Malodorants Blanc-Rose s'étendent au soleil pour ressembler aux Malodorants Noir-Marron alors qu'ils ne les aiment pas ? Pourquoi quelqu'un irait faire une chose pareille ?
Un zoo où les animaux se réunissent la nuit, où se côtoient lions, panthère noire, gorille et même une Souffle Encore Plus d’Huile !
Nous ne sortons pas grandis de cette fable contemporaine, c’est le moins que l’on puisse dire!
Le recueil de nouvelles le plus original que j’ai lu depuis des années !
Une découverte !
Extraits :
- J'ai toujours été bienveillant à l'égard des Africains-Américains. Ils ont eu leur part de souffrance, ce n'est pas les preuves qui manquent à ce sujet. Mais à cet instant précis, j'aurais pu étrangler cette femme.
- À l'écran, elle avait l'air si chouette qu'on avait envie de l'embrasser, mais en vrai elle a tellement de poussière sur les joues qu'on dirait un sac d'aspirateur plein de poussière. À la télé, elle a l'air jeune, mais en vrai, on dirait qu'elle est née… Dieu seul sait quand.
- En fait, c'était une sorte de clochard, parfait pour le Bottom. Il venait chez nous quand il en avait envie, puis il disparaissait pendant des semaines. Dans le Bottom, il était à peu près aussi populaire qu'une boîte de tomates en conserve. Personne ne l'aimait, même pas les autres chats.
- Et Tommy Smith, un coureur noir qui a battu le record du monde aux Jeux Olympiques et qui a levé le point sur le podium pour protester contre les discriminations raciales.
- Je vous l'avais pourtant DIT, je suis d'UNE HUMEUR DE MERDE, monsieur ! Vous voulez vous réveiller sous la forme d'une mouche prise dans une toile d'araignée ? Ou d'un oiseau aspiré dans les réacteurs d'un 747 ? Je peux vous écraser si facilement que mes fesses écrasent un pet.
- Ça porte malheur d'appeler les gens par leur vrai nom, sauf si vous êtes en colère contre eux. Par exemple, en Parler-Penser, mon vrai nom, c'est Sir Harold Cornélius II de la Troisième Génération des Lions Nimphius du Serengeti, mais tout le monde m'appelle « Ça Va, Ça vient », et pour les Malodorants, je suis Hal, l'abréviation de Harold.
Éditions : Gallmeister (2019). Americana.
Titre original : Five-Carat Soul. (2017).
Traduit de l'américain par François Happe.