n02-la-bete-de-l-aven
La bête de l’Aven.

François LANGE.
Note : 4 / 5.
Coup double.
Second roman narrant les aventures de Fañch Le Roy qui va quitter sa bonne ville de Quimper le temps de cette enquête sur les trace d’une bête féroce ou d’un assassin avide de sang de jeunes filles.
Dans le prologue, une jeune fille est assassinée dans un bois de Pont-Aven. Ce ne sera pas la dernière, hélas.
Il fait chaud en cet été 1858 à Quimper, Fañch Le Roy va boire quelques bolées de cidre bien frais dans une taverne du centre- ville. Le comportement de trois clients l’intrigue, il semblerait que ces hommes envisagent une attaque contre un fourgon postal chargé d’or. L’un d’eux est borgne… il le suit.
Avant et au nom de la salubrité publique, il doit faire appliquer dans les tavernes du centre-ville des lois sur l’ivresse publique. Et par le plus grand des hasards, il retrouve le borgne entrevu un peu avant.
Mais à Pont-Aven, une autre jeune fille passe de vie à trépas d’une manière violente.
Le borgne s’avère être un ancien forçât récemment libéré du bagne de Brest, ses complices ne sont guère mieux lotis vis à vis de la justice.
Une importante arrivée de monnaie papier, d’or en lingots et d’obligations est programmée deux fois par an et passe par la halte de La Croix Saint-André d’Inizan, mentionnée par le borgne.
Est-ce le lieu de la future attaque de la malle poste ? Le prochain arrivage est prévu entre le premier et le cinq août, dans une quinzaine de jours environ.
Fañch est dépêché à Pont-Aven où il enquêtera également sur la mort de ces jeunes filles. Les marques de griffes font penser à un grand loup, mais une emprunte de chaussures cloutées désigne un être humain… mais qui est capable d’une telle sauvagerie ?
En plus la bonne ville de Quimper doit accueillir avec tout le faste nécessaire l’empereur Napoléon III et l’impératrice Eugénie. Si ces deux affaires étaient résolues avant sa venue, ce n’en serait que mieux !
Toujours l’impeccable inspecteur Fañch Le Roy, ancien militaire reconverti dans la police. Ici il doit mener une double enquête dans le pays de l'Aven, paradis transformé en enfer pour les jeunes filles des environs.
Un final inattendu pour ce roman, dont j'aime beaucoup les reconstitutions historiques et les balades dans le Quimper et le pays de l'Aven de l'époque.
Extraits :
- La région s'était montrée calme jusque-là, à la fois politiquement et socialement, les délits et les contraventions constatées se révélant sans réelle gravité.
- Quelque chose qu'il pressentait comme une abomination suprême : le mal absolu.
- Le Roy, par expérience, savait que le Breton et plus particulièrement celui de Cornouaille, ne venait pas spontanément témoigner, même dans les affaires les plus graves.
- Toutes ces petites sensations ressenties un moment précis le rendait heureux de fouler la bonne terre de Bretagne.
- Maudit peuple de païens qui n'avaient pas oublié les cultures diaboliques de ses ancêtres.
- Les hommes étaient silencieux. Vétérans des guerres de l'empire pour la plupart d'entre eux, aller au feu ne leur posait pas de questionnement métaphysique.
- Dans cette Bretagne baignée de religion, sans cesse tiraillée entre traditions et superstitions, l'imminence de la mort amenait parfois des comportements étranges.
Éditions : Palémon éditions. (2018).
*Les enquêtes de Fañch Le Roy.
Autre titre de cet auteur sur ce blog :
Le manuscrit de Quimper.