Maison des rumeurs

Maison des rumeurs.
Colm T
ÓIBÍN.
Note : 5 / 5.
Tragédie antique.
Colm Tóibín est un des auteurs irlandais les plus présents sur ce blog ( avec 7 titres) et aussi les plus prolifiques. Tous ses romans n'ont pas forcément pour cadre l'Irlande. 
Ici, il revisite une tragédie grecque ayant pour thème le sacrifice d’Iphigénie ordonné par son père pour que les vents lui deviennent favorables et qu'il gagne une bataille. Trop lourd sacrifice pour la mère de celle-ci, Clytemnestre, qui ourdit sa vengeance avec l'aide de son amant, Égisthe, et d'une vieille sorcière.
Puis vient le tour d'Oreste de prendre en cours le récit, comment les soldats l'ont éloigné de son père après le retour de campagne de celui-ci. Il n'a pas compris pourquoi ! Pour lui de terribles épreuves commencent. Prisonnier, il s'enfuit avec deux autres jeunes gens, Léandre et Mitros. Il apprend la mort de son père...
Puis Électre entre en scène suivi de Clytemnestre, puis de nouveau Oreste intervient pour le dernier acte de cette tragédie antique....
Les trois personnages principaux, Clytemnestre, Oreste et Électre sont les sujets de chaque chapitre, plusieurs fois pour certains.
Parmi les autres personnages, Achille, qui servira d’appât pour entraîner Iphigénie au sacrifice, la belle Cassandre ramenée comme esclave par Agamemnon de ses conquêtes, qui ayant un don pour prévoir l'avenir, met en garde en vain celui-ci.
Colm Tóibín avait déjà revisité l’histoire ancienne avec « Le testament de Marie », où une mère porte un jugement critique sur les agissements de son fils et de ses amis, que j'avais moyennement apprécié.
Ici le défi est d'un autre niveau, mais plus réussi. 
Une tragédie grecque revisitée à la sauce irlandaise. 
Un récit plein de bruits, de fureur, de meurtres et de trahisons. Les Dieux sont souvent évoqués et ont bon dos pour les sacrifices, meurtres ou autre tueries.
Extraits :
- Ton père, dis-moi, c'est bien celui qui s'est fait trancher la gorge ?
- J'avais juré qu'on ne tuerait personne d'autre, commenta Léandre.
- Ce jardin sauvage sera le lieu de sa mort. Quelqu'un l'y assassinera. On la trouvera gisant dans son sang parmi les broussailles.
- Ils savaient tout, l'un comme l'autre, du réseau d'allégeances anciennes qui enveloppe ce palais bourdonnant d'échos et de murmures. Ils savaient que je ne tarderai pas à apprendre la vérité sur la mort de mon père comme sur la manière dont mon frère avait été attiré loin du palais, et sur l'ordre de qui.
- Après son départ, je me suis promis que, le moment venu, je ferai assassiner ma mère. La prochaine occasion, je ferai également assassiner Égisthe, je demanderai aux dieux d’être avec moi.
- Ta mère a tué ton père. Elle l’a attiré par la ruse à l'intérieur du palais. Elle voulait prendre le pouvoir.
- Une seule personne peut venger ce qu'elle a fait, ce meurtre et tous les autres, et cette personne c'est toi.
Éditions : Robert Laffont (Pavillons) (2019).
Titre original : House of Names (2017).
Traduit de l'anglais (Irlande) par Anna Gibson.