Wiskey

Whiskey.
Bruce HOLBERT.
Note : 4 / 5.
Une famille d'enfer !
Je découvre cet auteur avec son troisième roman publié aux Editions Gallmeister.
Nous sommes dans l'état de Washington, au nord-ouest des États-Unis, près de la réserve indienne de Colville.
Trois grandes parties : Exode, Lamentation et Genèse.
Exode (Août 1991) Lamentations (Septembre-décembre 1983), Genèse (Octobre1941-novembre1950).
Les textes de chaque chapitre sont toujours classés dans le même ordre : Exode, Lamentations et Genèse. Soit l'inverse des vies des personnages.
Nous faisons donc connaissance d'André et de Smoker, ils sont plus qu'adultes en âge, mais pour le reste, ce n'est pas réellement sûr. André est enseignant et son épouse Claire est partie. Alors il passe ses soirées à boire avec Smoker, son frère. 
Parfois leurs ivresses les poussent dans des expériences insensées, par exemple chasser (ou pêcher) un ours avec un jambonneau comme appât. Et cela marche, l'animal sera enfermé dans une caravane et participera à leurs délires alcoolisés. 
Plus nous avançons dans la lecture, plus nous remontons dans le temps, celui où les frères ont fait la connaissance de leurs épouses respectives, et la naissance de leurs enfants, les joies et les peines de la vie de couples.
Ensuite nous croisons Peg et Pork les parents, beau couple de cas sociaux, lui alcoolique qui va demander à ses fils de le tuer, elle oiseau voyageur à la cuisse légère, qui décidera un jour de se suicider... et qui réussira.
Mais tout n'est pas drôle dans ce livre, qui, malgré le burlesque de certaines situations, révèle une grande violence aussi bien morale que physique.
Et quand l'ex-épouse de Smoker lui apprend qu'elle a confié leur fille à un pasteur et son fils qui gèrent une communauté pseudo religieuse dans un coin perdu de la montagne, les frères se mettent en chasse...
Beaucoup de personnages dans cette famille complètement infernale. Chercher un membre un peu normal de cette fratrie et leurs épouses est un peu chercher la quadrature du cercle !
André paraît un peu plus sensé que son frère, mais la bière et le wiskey aidant, ils sont aussi insensés l'un que l'autre.
Un roman très ardu à lire, mais si comme moi vous avez une empathie certaine pour les marginaux adeptes de la dive bouteille, même jusqu'à l’excès, alors vous ferez comme moi... vous vous accrocherez et vous ne le regretterez pas.
Extraits :
-Tout ce que vous nourrissez est gentil. - Les deux frères étaient comme les côtés pile ou face d'une même pièce. André avait du mal à soutenir le regard des autres.
- Elle rit. Un homme pourrait très bien vivre cent ans sans jamais avoir l'occasion d'entendre un son aussi agréable.
- Les filles étaient tout aussi jolies et aussi athlétiques. Et plus méchantes.
- Pour tout ce qu'il y avait en dessous, il se dit qu'elle ressemblait à une fille dessinée par un enfant  à coups de traits tout simples-pas de quoi vous détourner de l'alcool.
- Quand il ouvrit la porte, l'ours le regarda fixement et poussa un grognement.
- Je ne m'étais jamais rendu compte à quel point un bar pouvait être triste.
- Dans les vieux mythes, la beauté est souvent une malédiction ; peut-être que ces païens voyaient juste.
- Il avait l'air intelligent et un peu excentrique, comme un professeur d'université.
- Sur son visage, il y avait une expression que Smoker n'avait vu que chez les enfants.
Éditions : Gallmeister. Americana (2019).
Titre original : Whiskey (2018).
Traduit de l’américain par François Happe.