cover-Sequestrations

Séquestrations.
La maison des sens.
Daniel CARIO.

Note : 4,5 / 5.
4 murs, 5 sens.
Cet ouvrage se compose de deux titres : « La maison des sens » et 
« Le blockhaus de la lande ». Cette chronique concernera uniquement « La maison des sens ».
Gauthier Véronne est un homme de cinéma, alors cette maison sans ouverture sur la lande
bretonne où elle est située l'étonne. Il cherche alors à savoir qui se cache derrière cette bâtisse pour le moins incongrue et inhabituelle ! En effet toutes les fenêtres sont obstruées !
Bien malgré lui, il fait une fixation sur ce lieu et cherche un moyen d'y être invité. Une vieille dame, Jeannette Fraval, est la femme à tout faire de la maison. Victime d'un accident de vélo en faisant les courses, Gauthier, obligeamment, l'aide. Il a enfin un pied dans la place et fait la connaissance d'Anne Eker et de ses conditions de vie. Le noir absolu ! 
Commence alors pour Gauthier un apprentissage, celui de vivre dans cette obscurité totale et d'être obligé de développer d'autres capacités sensorielles.
La musique, le toucher, l'odorat sont différents, un repas pris en commun a une autre saveur dans l'obscurité, les sons pénètrent plus profondément l'esprit et le jeu du chat et de la souris débute, ainsi qu'un flirt oscillant sans cesse entre acceptation ou remise à plus tard de la part d'Anne. Celle-ci remarque que Gauthier a vu une amie et qu'ils ont eu une relation sexuelle et elle le lui dit sèchement !
Mais Gauthier, malgré tout, commence à remarquer certaines incohérences dans le discours de cette femme, est-elle orpheline, de père ou de mère ?
Pas de mère, car celle-ci téléphone à Gauthier pour le mettre en garde...
Peu de personnages, Gauthier Véronne et Anne Eker sont les principaux et quasiment les seuls protagonistes de ce récit.
Toujours la belle écriture de Daniel Cario, dans ce court roman (moins de 150 pages).
Une atmosphère très spéciale dont on a du mal à imaginer les effets sur un être humain. Mais il est évident que les sens se développent différemment chez une personne victime d'une cécité absolue.
Extraits :
- J'ai toujours vécu dans le noir, je suis aveugle de naissance. La cécité totale, absolue, celle qui ne laisse filtrer aucune lueur, pas même celle du soleil en pleine figure.
-Gauthier Véronne sut tout de suite qu'elle mentait, il se demanda où cette femme étrange voulait le mener.
- Si vous oubliez un instant vos yeux en essayant de vous concentrer sur vos autres sens. Vous voulez bien, pour me faire plaisir ?
- Comment pouvez-vous le savoir, vous que le cerveau n'a jamais reçu d'images ?
- L'odeur fait partie de mon univers. Le parfum est pour moi l'artifice privilégié de paraître à mon avantage.
- Parce que j'ose espérer que la rouler sur qui vous a offert ses charmes s'est fait payer.
- Quelle curiosité d'acheter des fleurs à une aveugle ! C'est la première fois, je suis très touchée.
- Nous ne nous reverrons jamais pour la simple raison que jamais vous ne me verrez.
- Allons, il est en train de se monter un scénario à la « Psychose » !
- Et l'histoire de ce père fortuné qui laissait sa fille croupir dans cette Bretagne pluvieuse et ventée, qui ne venait jamais la voir ! Se téléphonaient-ils seulement ?
Éditions : Groix éditions (2019).
Autres titres de Daniel Cario chez Groix Editions sur ce blog :
Les yeux de Caïn.
Ne reposez pas en paix.
Rappelle toi Ève.

Groix Editions dispose désormais d'un site marchant accessible ici :
Page du dernier Daniel Cario :