Abattage
Abattage.
Lisa HARDING.
Note : 4,5 / 5.
Destins croisés.
Premier roman de cette romancière irlandaise couronnée par le « Kate O’Brien Award 2018 ».
Nico, qui a treize ans, vit en Moldavie avec le reste de sa famille. Elle est pauvre, mais belle. Une existence tout ce qu’il y a de plus normale. Un jour son père vend sa fille à un dénommé Petre qui doit l’épouser et l’amener vivre en Angleterre dans le luxe. Une simple vente…
Sammy est une jeune irlandaise. Elle a quinze ans, et vit le plus souvent seule avec sa mère alcoolique. Son père est un brave homme mais un peu lâche qui préfère partir que de subir le spectacle de cette femme, ivre la plupart du temps.
Pour Nico commence un voyage, un saut dans l’inconnu qui s’avère ne pas être, et loin s’en faut, la vie prévue.
Sammy, elle, n’est pas une oie blanche. Pour elle, se faire payer n’est pas en soi un problème, pourquoi pas en définitif ? Elle n’a vraiment rien contre, bien au contraire.
Nico, au bout de ce voyage, est une marchandise précieuse, belle et vierge. Le tarif pour la première nuit sera élevé, mais l’apprentissage nécessaire. Le prix à payer pour certaines de ses compagnes de malheur sont les coups et les humiliations, pour la plus rebelle, la mort.
Au bout de leurs routes respectives, elles se retrouvent dans une vaste maison, sorte de tour de Babel du sexe. En plus d’elles deux, le « cheptel » se complète avec une asiatique et deux sœurs de couleur, plus quelques filles des pays de l’Est.
La mondialisation dans toute son horreur.
La vie se résume à ennui le jour et orgie sexuelle la nuit…
Mais Nico et Sammy décident de s’unir et de tenter le tout pour le tout pour sortir de cet enfer. 
Deux personnages principaux qui sont également les narratrices de ce récit, où elles se succèdent, chacune son chapitre.
Tout semble les séparer, l’une vient de Moldavie, l’autre est irlandaise. Une seule chose les réunit, elles sont jeunes et belles. Pour l’une, Sammy le commerce de son corps est une manière de gagner de l’argent, et elle reste dans son pays. Pour l’autre, c’est un saut tragique dans une sphère d’hommes possédant l’argent et donc le pouvoir d’acheter son corps et sa jeunesse.
Un œuvre glauque, sordide, un monde de perversion sexuel où l’argent est roi. 
À lire ! 
Dans la liste des remerciements, l'auteur nous parle de ses directeurs d'études à Trinity College : « Deirdre Madden, Carlo Gébler, Eoin McNamee et Mary Morrissy, pour vos conseils et vos compétences. » Que du beau monde !
En fin d’ouvrage une note de l’auteur très intéressante sur les mineurs contraintes à la prostitution dans le monde et en particulier en Irlande. 
Lien : 
http://www.blueblindfold.gov.ie/
Extraits : 
- « Vous allez devoir rembourser Bardhok. Cinq euros chaque fois qu'un homme fera ce qu'il veut avec vous. Vous pouvez commencer à compter.
- Dix hommes le premier soir, fait la fille qui se surprend à rire. Il faudra combien de soirs ?
- Il rit. « Son père l'a vendu comme une chienne. Elle ne vaut rien pour personne. »
- Les préservatifs et moi devenons proches, voire intimes au fil des jours.
- Nous ne sommes que de touts petits pions dans un jeu d'échecs mené par le diable. 
- Tandis que nous attendons à l'extérieur, je me glisse en esprit à l'intérieur de la maison ; je vois les sœurs et beaucoup d'hommes en train de faire la fête, une fête au cours de laquelle on remet un prix : les filles.
- Je regarde la pendule au mur : dix heures du matin. Dans moins de douze heures, tout va recommencer.
Éditions : Joëlle Losfeld (2019).
Titre original : Harvesting (2017).
Traduit de l’anglais (Irlande) par Christel Gaillard-Paris.