Nouvelles d'Argentine

Nouvelles d'Argentine.
Collectif (Avant-propos de Pierre Astier).
Des nouvelles de la Pampa !
Note : 4 / 5.
Après l’habituel, mais toujours intéressant avant-propos de Pierre Astier, cinq nouvelles d’auteurs qui ne sont tous inconnus.
Sergio Bizzio, Gonzalo Carranza, Sergio Chejfec, Esther Cross et Ricardo Piglia, (liste par ordre alphabétique).
La première nouvelle « Cynisme » porte bien son titre ! Long texte de quarante-quatre pages, récit original mais aussi dérangeant. Deux couples d’amis sont en vacances avec leurs enfants. Un jeune garçon Alvaro, quinze ans, et Rocìo de trois ans sa cadette. Il est question de sexe, on le fait ou pas ? Faut bien que la jeunesse s’occupe, les parents boivent ou fument de la marijuana. Ils se souviennent d’un séjour sur une île du Brésil pleine de « pédales » qui eux savent s’amuser… le bon temps.
Mais les vacances ont une fin. Une histoire très immorale et un peu dérangeante mais dont le titre est bien en phase avec le texte !
« Ad majorem Dei gloriam ». Un prêtre est secrétaire du Provincial de la Compagnie d’Argentine. Une vie tranquille sans heurts ni sensation. Sauf qu’un jour un autre prêtre est découvert mort dans une maison close ! Il faut étouffer l’affaire mais ce n’est pas forcément facile. Des bruits courent, le pauvre défunt est traîné dans la boue. Mais la vérité est tout autre ! Il ne faut pas confondre entrer dans les ordres et que tout dans la vie entre dans l’ordre ! 
« Invasion ». Trois hommes, déserteurs peut-être, sont emprisonnés dans une même cellule, l’un, le dernier arrivé, pénètre dans la pièce et devine la présence des deux autres. Moment de confusion chacun guettant les réactions des autres !
« Le cadeau » . C’est la nuit de Noël, c’est la fête dans la famille, un homme est invité, il arrive avec des cadeaux. Mais il n’a qu’une poupée et il y a deux filles dans cette famille ! Que faire ? 
Souvenez-vous du roi Salomon. Aussitôt pensé aussitôt fait !
« Les malades » est un texte très étrange dans lequel une femme qui doit accompagner quelqu’un, elle ne sait pas qui, à l’hôpital. Elle repense à une scène, un télescopage entre deux hommes ! Fait réel ou illusion ? Dix jours ont passé et elle se souvient et s’interroge ? Elle recherche sur internet l’hôpital, note le nom des rues qu’elle doit emprunter. Une certaine défiance, voire appréhension petit à petit la guette ! Mais elle pénètre enfin dans le bâtiment…
Des personnages très ordinaires, des enfants et des parents en vacances quoi de plus banal ! Des ecclésiastiques là où on ne les attend pas ! Trois hommes dans une cellule, pourquoi ? Une famille à Noël avec un dilemme à régler. Une femme qui fait un parallèle entre un hôpital et un tableau Giacomo Bella « I malati », mais que fait-elle dans cet endroit ?
Des nouvelles d’égale qualité, même si certaines sont pour le moins étranges, mais très agréables à lire.
Sergio Bizzio et Ricardo Piglia ont des titres traduits et édités en France.
Extraits :
- Musique toute la journée, hasch, sexe, alcool, peu de bavardages, beaucoup de regards. Il suffisait de se laisser porter.
- Je suis prêtre parce que je suis vaniteux.
- Mais ne vous inquiétez pas, nous dirons qu'il est mort dans la rue en allant rendre visite à un malade.
- Les zones périphériques du Grand Buenos Aires forment un véritable labyrinthe.
- Tout flottait dans une pénombre verdâtre. Une nouvelle fois, les silhouettes raccourcirent.
- La poupée en caoutchouc restait au milieu, moi, ferme à mon poste, ma sœur, inamovible, au sien.
- ... Et il observa, un peu surpris, les deux poupées semblables, avant de se mettre à table et de partager avec nous le repas, l'ennui et les commentaires.
- Il ne lui est jamais venu à l'esprit de s'interroger sur l'existence du destin, mais maintenant elle se dit que c'est l'occasion ou jamais.
- Comme cela arrive, son nom a changé. Dans le pays tout change de nom.
- Regarder et regarder encore, s'imprégner. Surtout parce qu'elle ignore ce qu'elle fait réellement dans cet endroit.
Éditions : Magellan & Cie. Collection Miniature (2010).