005737346

Jusqu’à ce que ta mort nous sépare.
Amanda REYNOLDS.

Note : 4 / 5.
Mémoire enfouie.
Premier roman de cette jeune romancière anglaise.
Joanne Harding, suite à une grave chute dans un escalier, a perdu tout souvenir d’une année entière.  365 jours escamotés, envolés de sa mémoire ! Que s’est-il passé durant ce laps de temps, qu’a-t-elle fait ?
Elle tente de se remémorer ses faits et gestes, mais ce n’est pas simple.
Elle semblait une femme ordinaire, 55 ans, femme au foyer, un mari Rob qui a une bonne situation, deux enfants, une fille Sash, l’aînée, et Fin le garçon, plus jeune, il était encore étudiant. Les deux ont quitté la maison, qui du coup lui semblait sûrement bien vide. Ses relations avec Rob, son époux, étaient ambigües. Le principal objet de leurs querelles était Thomas, le petit ami de Sash avec qui elle vivait.
Pour s’occuper, elle faisait du bénévolat, où elle côtoyait Rose et Nick son chef, reprendra-t-elle cette activité ?
Mais une chose la tracasse, une pensée récurrente, un rêve éveillé ? Le souvenir d’une action accomplie, dont elle était partie prenante ?
- Son visage est détourné de moi tandis que je suis la courbe de son dos nu du bout de mes doigts ; j'ai effleuré sa peau, le corps débordant de désirs.
Qui est cet homme ? Envisageait-elle vraiment de demander le divorce ?

La chute, un accident ou une tentative de meurtre ? Toutes ces questions sont sans réponse, mais petit à petit le puzzle se met en place… elle se souvient de ce qui s’est réellement passé avant cette chute qui a bouleversé sa vie et celle de beaucoup d’autres personnes de son entourage. Et qui continue de hanter sa vie actuelle !
Joanne Harding (Jo) est la narratrice et le personnage principal de ce récit. Après des années de vie commune avec Rob, existence qui se compliquait avec le départ de leurs enfants, sa vie va basculer. Plus rien ne sera pareil et le doute s’installe en elle.
Dans cette narration, nous oscillons sans cesse du passé au présent. Elle commence par un court prologue « Vingt et unième jour après la chute » puis continue avec « Le jour de la chute » puis « Le lendemain de la chute » pour revenir en arrière « Septembre dernier » et ainsi de suite. Ce qui rend parfois la lecture un peu difficile mais sans être non plus trop compliquée.

Extraits :
- J'ai des flashs de deux personnes en train de se bagarrer. Rob et moi. En haut de l'escalier. On se disputait, c'est certain. Pire que ça, Rob se cramponnait à moi.
- J'ai un mouvement de recul, lassée de ses questions. Si je m'étais rappelée quelque chose d'important, je lui aurais dit. À moins que... peut-être pas.
- Depuis quand ma fille nous méprise t’elle ainsi ? S'est-elle éloignée de nous à ce point ?
- Le malaise ressenti tout à l'heure en considérant mon existence de petite bourgeoise autocentrée tiraille à nouveau ma conscience. Autrefois, la boussole morale était plus forte ; j'avais une conception plus large de la vie.
- Et puis, le fait que tu ne te rappelles pas ce qui est arrivé l'année dernière ne veut pas dire que tu ne sois pour rien dans ce qui s'est passé.
- Les paroles de Sash ne cessent de me trotter dans la tête depuis notre conversation : « Il a dit qu'il vaudrait peut-être mieux que tu ne t'en souviennes jamais. »
- Tu étais tout le temps fourrée là-bas, et maintenant tu veux laisser tomber. J'en conclus qu'il a dû se passer quelque chose qui t'a fait changer d'avis.
Éditions : Mazarine Thriller (2018).
Titre original : Close to me  (2017).
Traduit de l’anglais (Royaume-Uni)  par Dominique Hass.