Miracles du sang
Miracles du sang.

Lisa McInerney.

Note : 4 / 5.
Voir Naples… et espérer survivre !
La quatrième de couverture précise que ce roman :
-« ... sans être une suite à proprement parler des « Hérésies glorieuses » remet en scène un de ses personnages, Ryan Cusack. »
Il n’est pas le seul des survivants du premier roman écrit par cette jeune auteure que nous retrouvons ici.

La situation de la ville de Cork qui sert de décor à cette histoire de guerre des gangs sur fond de trafic de drogue ne s’est pas vraiment améliorée !
La situation financière de Ryan Cusack par contre est en pleine expansion, même si sa vie personnelle est plus que compliquée. Entre sa passion pour la musique dont il espère en faire son métier, son implication dans la recherche de nouveaux fournisseurs de stupéfiants, ayant eu une mère italienne originaire de Naples, il est devenu  l’interlocuteur favori de la mafia napolitaine. Tous les gangs de la ville irlandaise sont très attirés par cette marchandise haut de gamme. Ryan ne travaillant pas pour Jimmy Pheelan, plus gros caïd local, il ne s’attire pas les foudres de celui-ci. Car Jimmy est lié avec Tony Cusack, père veuf et alcoolique de Ryan. Ryan est sous les ordres de Dan, un concurrent de moindre envergure de Jimmy.
Mais la première livraison de drogue ne se passe pas comme prévue, Gina, la convoyeuse, épouse de Dan, est attaquée par trois hommes cagoulés, et la drogue, elle, disparaît… pas pour tout le monde, on s’en doute.
Commence alors une sanglante guerre pour régner en maître sur la ville.
Ryan est tour à tour victime et bourreau, victime car sa petite amie de longue date, Karine, le quitte, bourreau car il n’hésite pas à faire des compromis ou à trahir quand c’est nécessaire.
Cherchez non pas la femme, mais les femmes.  Karine, l’ancienne, qui lassée de cette vie d’incertitude préfère le quitter. Nathalie, la nouvelle, le met dans une situation plus que périlleuse, en étant également la maîtresse de son patron Dan. Et puis, Maureen, l’amie, il ignore, quand il fait sa connaissance, qu’elle est la mère de Jimmy Pheelan.
Un bon roman noir, plein de bruit, de fureur et de drogue. La face sombre de l’ancienne Verte Erin…
Extraits :
- La MDMA sera fabriquée en Estonie, pressée à Naples et expédiée par bateau à Cork pendant que le fric de Dan fera le chemin inverse.
- Si la ville n'a pas l'habitude de tels trésors chimiques, très bien, dans neuf cas sur dix la qualité sera une bonne surprise.
- « Salut Ryan », elle dit, d'un ton uni ; cette ville est jonchée des corps des femmes qu’il a baisées accidentellement.
- Fumette, coke, ecstas : la trinité moderne de la St Paddy.
- Un jour, le magot sera suffisant pour lui permettre d'évoluer du rang de brute à celui de bandit.
- L'éclairage artificiel accroche des motifs dans le noir ; dense à la hauteur du regard et déployée devant lui, comme les dernières bouées avant la haute mer.
- Ils se racontent des histoires. Celles de Ryan parlent des filles et du dédale de leurs sentiments dans lequel il aime se perdre. Celles de Maureen de l'Irlande Catholique Traditionnelle, des blanchisseries des Sœurs de la Madeleine, de la tyrannie de la foi.
- Ses chaires n'en sont que la vitrine ; Ryan est le résultat de sept ans de méfaits. Il est le fléau de sa propre ville. Cork ne se portera que mieux sans lui.
Éditions : Joëlle Losfeld (2018).
Titre original : The Blood Miracles (2017).
Traduit de l’anglais par Catherine Richard-Mas.
Autre titre de cette auteure sur ce blog :
Hérésies glorieuses.