Brèves 112
Brèves 112. (Anthologie permanente de la nouvelle).
Collectif.

Note : 3, 5 / 5.
Brèves mais différentes !
Le thème de ce numéro est « Pousse Caillou » atelier de lithographie à Rochefort des Corbières.
Second ouvrage de cette série des « Brèves » chroniqué ici après le numéro 111.
Douze nouvelles ayant pour auteurs (par ordre alphabétique) :
Anne Banville, Christiane Baroche, Mireille Diaz-Florian, Jean-Louis Dubois-Chabert, Emmanuelle Favier, Paul Fournel, Rafael Pérez Gay, Anne Lauwers, Christophe Mayssal, Paul Mathou, Pierre Morvilliers et Catherine Pinotheau.
En supplément de ces nouvelles, nous trouvons également une biographie des auteurs, "Relire"avec deux textes de Jeanne Landre, la rubrique invitée avec Luc et Perlette Valdelièvre-Attlan, lithographes, puis pour clore l'ouvrage, le chapitre « pas de romans, bonnes nouvelles ! »
Où nous retrouvons entre autres Marie-Hélène Lafon et Charles Baudelaire ainsi que de nombreux autres.
« Un drame au village » est un texte traité avec la froideur d'un reportage sur un accident survenu sur un passage à niveau provoquant la mort d'un enfant. Et le village devient le centre de l'information !

« À bord du Queen Anne's Revenge ». Nous sommes en l'an de grâce 1717, sur le bateau de Barbe Noire. Les vivres commencent à manquer. Enfin un bateau à l'horizon, l'abordage commence... puis il ne reste que 2 combattants, Barbe Noire et un Espagnol. Le combat à mort peut commencer.
« Les feux de la rampe » est un très beau texte. Nous suivons la fin de carrière d'une chanteuse, Hannah. Son tour de chant déclenche les railleries du public... mais son fils Charles va lui sauver la mise.
« Nous revenons de la terre des morts ». Il est à noter que ce texte est la seule traduction de ce recueil. Nous suivrons la vie d'Andrea Cisneros « Pasionaria » des révolutions sud américaines. Nous croiserons une naine, une prostituée, des Francs Maçons et des adeptes de l’occultisme.
Une nouvelle très étrange.
En fin d'ouvrage la rubrique « Relire » m'a permis de découvrir Jeanne Landre (1874/1936) qui a été répertoriée par un abbé (plus qu'intégriste) de romancière du monde crapuleux, de la racaille, des apaches et des prostituées. J'ai donc lu avec beaucoup d’intérêt sa nouvelle « Le buste » et c'est excellent ! La vie est parfois cruelle, erreur de casting au départ... en voici un extrait :
- En vain, Valentin qui n'ayant pas de satisfactions dans sa maison envisageait celles que l'on peut trouver au dehors, usa-t-il de persuasion pour faire sombrer la vertu de la femme désirée. Plus qu'une bastille elle était imprenable.
Beaucoup de personnages de tous poils et de tous bords ! Un homme et une femme s'aiment... quoi de plus normal ? Le problème est que l'homme est un moine bénédictin ! Une histoire étrange entre deux époques ! Une jeune fille qui assiste bien malgré elle à la construction du camp de Buchenwald. La propriétaire d'un hôtel à Lesbos voit le quotidien de l'île bouleversé par la vague migratoire et son lot de noyés.
Comme toujours dans ce genre d'ouvrages, des écritures très différentes, chaque auteur ayant son style personnel.
On voyage beaucoup, la campagne française, l'Angleterre, l'Allemagne, les îles grecques, l'Algérie et chose plus étonnante le Mexique dans le seul texte traduit. 
Extraits :
- Le clou du spectacle fut atteint quand il exécuta Sergent Riley un chant militaire irlandais, au pas.
- Mon père ne veut pas que j'en fasse un métier. Il dit que le pays a davantage besoin de médecins que de violonistes.
- Dans les mots d'Andrea Cisneros résonnait la force destructive de la foi.
- À cet âge, on ne mange plus à sa faim, parce que l'on n'a plus faim, plus de sous, parce qu'on en a marre de vivre. C'est chacun selon son idée.
Éditions : Atelier du Gué (2018).
• http://www.atelierdugue.com
• Version numérique :  http://www.scopalto.com/revue/breves
• Facebook https://www.facebook.com/profile.php?id=100010406174214
• Twitter : https://twitter.com/editions11
• Brèves chez Difpop : http://www.pollen-difpop.com/search.aspx?q=BREVES