Sans lendemain

Sans lendemain.
Jake HINKSON.

Note : 4,5 / 5.

Demain est un autre jour.
Troisième roman de cet auteur américain lu et chroniqué
sur ce blog.
Trois parties pour ce livre, « La femme de Hollywood. Été 1947 », « La femme du Missouri. Automne 1947 » et « La femme de l’Arkansas. Hiver 1947 ».
Billie Dixon aurait mieux fait d’écouter le propriétaire d’un cinéma de Kansas City :
- N’allez pas dans l’Arkansas.
Et pourtant elle va y aller malgré l’avertissement.
Elle travaille dans le cinéma, chargée de distribuer les films de seconde catégorie d’une petite maison de production. Elle voyage donc dans une partie des États-Unis, Missouri, Arkansas et Tennessee. C’est une femme à femmes, collectionnant les aventures sans lendemain et s’en portant très bien.
Elle arrive donc à Stok’s Settlement, Arkansas. Claude Jeter, propriétaire du seul cinéma de la localité, lui explique que le pasteur, Obadia Henshaw, considère le cinéma comme une invention du diable (est-ce à cause du fait qu’il soit aveugle ?) Et pour ne pas lui désobéir, les gens ne viennent pas au cinéma.
Billie va tenter de plaider sa cause auprès de lui. Et là elle va faire une rencontre qui va changer sa vie. Amberly, l’épouse du pasteur. Coup de foudre immédiat entre les deux femmes.
Mais fidèle à ses habitudes, Billie décampe le lendemain… les mois passent, la vie suit son cours.
Un jour elle reçoit une lettre de Claude Jeter, qui lui dit que le pasteur est prêt à lever le boycott du cinéma, mais il veut parler à Billie avant !
Elle accepte, Obadia lui dit qu’il est au courant de la relation entre son épouse et elle. La solution pour lui, c’est que Billie tue Amberly pour laver le péché qui les unit.
Billie, elle, préfère tuer le pasteur, camoufler ce meurtre en accident de la circulation. Puis s’enfuir avec Amberly, hélas les choses ne se passent pas si bien qu’elle le souhaite…
Billie Dixon, pour une fois qu’elle veut une relation avec lendemain, celle- ci va tourner au drame. Amberly est une femme au rôle ambigu. Son époux, le pasteur, Obadia Henshaw, est un être borné, poursuivant sa croisade contre toutes formes de vices. Eustache Harington est shérif de la ville et Lucy Harington, sa sœur, est son adjointe, Eustache est le bras et Lucy la tête.

Une plongée dans le monde du cinéma, mais loin du clinquant d’Hollywood et des « Majors », un voyage dans le ventre mou des Etats-Unis en constatant le pouvoir exorbitant de la religion dans ses contrées reculées.
Extraits :
- Ne vous approchez pas d'elle. Son mari, faut pas le prendre à la légère.
- J'étais la plus jolie fille de la ville, dans un coin complètement perdu. Lui était un garçon élégant en uniforme partant pour le front. Il était séduisant et beau parleur.
- Je n'avais aucune raison, enfin, de croire qu'il mentait lorsqu'il disait que les hommes qui me retiendraient en prison me violeraient en toute impunité.
- J'avais été vivante avec elle pendant un moment de passion au soleil.
- Tout bien considéré, la situation était assez grave.
- Je ne pense pas que nous ayons besoin d'une suspension d'audience. La cour conclut que la mort de M. Obadia Henshaw était un accident.
- La prohibition est toujours en vigueur par ici ? dis-je. On dirait que cela a été mélangé dans la baignoire.
- Ce fut un lynchage.
- Un gars m'a écrit pour me dire qu'il n'avait jamais rencontré un pasteur sans avoir envie de le tuer.
Éditions : Gallmeister (2018).
Titre original : No Tomorrow (2015).
Traduit de l’américain par Sophie Aslanides.
Autres titres de cet auteur sur ce blog :
L’homme posthume.
L’enfer de Church Street.