les amours noires

Les amours noires.
Max OBIONE.

Note : 4,5 / 5.
Quand le jaune vire au noir !
La 23ème enquête de Léo Tanguy et la 9ème aux éditions de « La Gidouille ». Cette fois c’est Max Obione qui prend la plume.
Comme cette enquête se passe pour la plus grande partie à Morlaix, le titre de ce livre (et le titre de ma chronique également) est un hommage au poète Tristan Corbière et à son recueil « Amour Jaune ».
Trois parties pour ce roman, Morlaix, Le Havre et au milieu un intermède !
Coup double ! Deux corps sans vie pour la même famille.
Un homme, Remy Lehner, est retrouvé mort dans un bassin du port du Havre ! Une femme, Emmy Lehner, git sans vie sur la grève de Dourduff à Morlaix. Leurs points communs : ils sont jumeaux et membres de la nombreuse communauté bretonne du Havre.
Lui est (était pardon) un homme d’affaires riche et dépensier. Il avait quitté la France et était parti en Afrique, au Gabon plus précisément, et en était revenu « péter de thunes ». Comment ? Cela reste un mystère.
Propriétaire d’une entreprise « LegumEx » qui comme son nom l’indique fait du commerce de légumes. Il possède aussi une boîte de nuit « Le Lapin rose ». Thérèse, artiste un peu décatie de ce haut lieu de la nuit, lui en veut ; en effet il la trompe avec une jeunette !
Elle, possède une crêperie bretonne au Havre. Endroit chic et choc.
Elle a travaillé en coulisse pour arriver au sommet de la hiérarchie de la diaspora bretonne. Elle est aussi une collectionneuse convulsive… d’hommes.
Donc elle, comme lui, ont de nombreux ennemis ! Dans le panier à crabes le choix est grand !
Après un début d’enquête sur Morlaix, direction Le Havre pour nos deux joyeux drilles… qui vont en trouver d’autres sur place !
Encore et toujours Léo Tanguy, mais en même temps c’est le « héros » et redresseur de torts de la série. Pour cette enquête il a un compère (comme écrit sur la quatrième de couverture), le havrais Bob Mougin, cyber journaliste comme lui. Lola, une jeune fille accueillante, un vieux libraire très laid et sa jeune épouse très belle, des Havrais haut en couleurs, une vieille dame en larmes sont les personnages de cet opus. Qui est un des meilleurs livres de la série. On plonge dans l’histoire du Havre, l’arrivée massive des Bretons, la reconstruction du port après la guerre et les changements qui en résulteront.
Un bon moment de lecture.
Extraits :
- Jean-Yves a dit que c'est quand même moins chouette qu'à Ploumanac'h.
- Ces quelques maigres tifs sont coiffés à l'éponge, mais ce qui indispose le plus dans ce spectacle ce sont les ruissellements continus de sueur lustrant son front et sa face de mascarade.
- Des genres de Bretons en quelque sorte !
- Les sœurs Goadec ont fait leur temps. Maintenant c'est Milig ar Skañv. Glenmor si tu préfères.
- Puis je suis attiré par une série disparate de livres, reliés et brochés. Il s'agit d'une collection d'éditions Des amours jaunes de Tristan Corbière publié sous les formats les plus divers chez les éditeurs les plus variés dont les noms me sont inconnus.
- Il s'active à nouveau en ayant pris la liberté de s'abstenir de répondre.
« Encore une question de parisien », doit-il penser.
- Rémy n'a pas d'ennemis, il sait comment débrancher à temps les gêneurs.
- Dans cette histoire, le cadavre de la Corseafrique remuera-t-elle encore ? La Corse connexion repartira-t-elle de plus belle ?
- Pardi ! À l'époque des grandes embauches, il y avait environ 4000 dockers à turbiner, ça fait du monde ! Rien que pour décharger un bananier on comptait pas moins de trente bonhommes par bordée.
Éditions : La Gidouille (2018).