Nora webster

mardi 17 avril 2018 // Panorama de la Littérature irlandaise contemporaine

  • Mardi 17 avril à 18h30 médiathèque Benjamin Priaulet

    Panorama de la Littérature irlandaise contemporaine présenté par M. Yvon Bouëtté
    Entrée Libre – Renseignements : 04.90.93.77.93

Nora Webster.
Colm TÓIBÍN.
Note : 3, 5 / 5.

Nord-Sud.
Dernier roman de Colm Tóibín écrit après « Brooklyn » dont il est d’ailleurs question au début de ce roman.
Nous sommes en Irlande du Sud, c’est la fin des années 1960. Nora Webster, veuve, élève seule ses quatre enfants. Son époux Maurice est décédé de ce que l’on nommait à l’époque « Une longue maladie ».
Leurs deux filles Fiona et Aine vivent au loin, les deux garçons Donal et Conor sont à la maison. Donal a un léger défaut de prononciation.
Nora décide de vendre leur maison de Cush à Jack Lacey qui habite à Birmingham. Elle louera une caravane pour les vacances au bord de la mer.
La vie s’organise tant bien que vaille dans cette petite ville où quasiment tout le monde la connait et est au courant de son veuvage.
Des connaissances de longue date, qui furent ses anciens employeurs, lui proposent de la reprendre dans leur entreprise ; elle était une comptable de qualité dont les compétences sont reconnues.
Mais l’ambiance de la société familiale est pour le moins exécrable, chacun voulant défendre son pré carré. 
La société irlandaise change, elle décide avec d’autres employés de se syndiquer, chose impensable pour la direction. Elle reprend des cours de chant et tente de rentrer dans une chorale.
An nord aussi les évènements s’accélèrent. Ce sont les manifestations pour les droits civiques des catholiques, c’est le « Bloody Sunday » de Derry, où l’armée britannique tire sur la foule des manifestants. Le bilan sera lourd : 14 tués dont 7 adolescents. C’est le début des « Troubles ».
En République d’Irlande, l’incendie de l’ambassade de Grande-Bretagne  à Dublin et le manque de nouvelles d’Aine, accroissent l’angoisse de Nora. Certains voudraient que l’armée irlandaise marche sur Derry pour porter secours aux catholiques du nord…
Une femme devant rebâtir sa vie après un veuvage qui la laisse désemparée, elle doit faire seule des choix que son mari aurait sûrement fait pour elle. 
Un bon roman, mais pas un grand roman, cette histoire semble un peu trop personnelle pour l’auteur si j’en crois la quatrième de couverture.
Nous sommes loin du « Bateau Phare de Blackwater » ou de « Bad Blood » qui fut ma première lecture de Colm Tóibín.

Extraits :
- Après coup, Nora n'aurait su dire comment on en était venu à parler de l'Irlande du Nord.
- Il s'était passé quelque chose d'inhabituel, qui avait donné du relief à la soirée en offrant aux uns et aux autres matière à conversation.
- Aine et Donal étaient trop absorbés par l'actualité des émeutes à Belfast et à Derry et ne voulaient à aucun prix manquer l'heure des informations.
- C'est drôle, non ? L'armée irlandaise peut aller au Congo et à Chypre, mais elle ne peut pas aller à Derry porter secours aux siens.
- Fiona arriva à son tour. Tous trois regardèrent les images filmées à Derry.
- Oh, mon Dieu. Je suis sûre qu'Aine n'appartient pas à l'IRA.
Éditions : Robert Laffont (Pavillon) (2016).
Titre original : Nora Webster (2014).
Traduit de l’anglais (Irlande) par Anna Gibson.
Autres titres de cet auteur sur ce blog :
Le testament de Marie
L'épaisseur des âmes
Désormais notre exil
Bad Blood
Le bateau-phare de Blackwater
Le Maître
La bruyère incendiée