Manchette chroniques

Chroniques.
Jean-Patrick MANCHETTE.
Note : 4 / 5.
Inventaire à la Manchette.
Manchette était un auteur talentueux, j'ignorais avant la découverte de ce livre qu'il était également un chroniqueur prolifique avec parfois la dent dure envers ses collègues écrivains.
J'ai beaucoup lu Manchette (et les auteurs de romans noirs) à une époque de ma vie. Je l'ai redécouvert dernièrement à la lecture de deux de ses romans de jeunesse « Laissez bronzer les cadavres » (en collaboration avec Jean-Pierre Bastide) et « Ô dingos ô châteaux » qui obtiendra le Grand Prix de la Littérature en 1973. Mes chroniques figureront bientôt sur ce blog.
De A à Z, de A.D.G à Zylberstein Jean-Claude, des années 1976 à 1995, vaste inventaire du roman noir.
À partir de 1977 est ici rassemblée l'intégrale des chroniques « Polars » parues dans le magazine « Charlie Mensuel ».
Pas de personnages dans ce livre, mais des auteurs et des livres, beaucoup des deux !
Il est nécessaire de se souvenir que ce recueil de chroniques date, 1995 pour les plus récentes, donc pratiquement aucun auteur contemporain n'est étudié ici.
J'ai donc recherché les auteurs que j'ai lus et ils sont relativement nombreux.
En premier lieu Jim Thompson (un de mes auteurs favoris) dont j'apprends que pendant un temps son ouvrage « 1275 âmes » était introuvable dans la collection « Série Noire » !
Un mot aussi sur Herbert Liberman. Si je suis d'accord avec la chronique de Manchette pour « Nécropolis », je trouve que son avis pour « La traque » est trop dur !
Charles William pour ses deux romans d'inspiration plutôt rurale et comique « Fantasia chez les ploucs » et « Aux urnes les ploucs » dont la chronique est en attente de parution sur ce blog.
Il est aussi à noter que l'ami Hervé Jaouen figure deux fois ici, pour, et c'est normal, « La mariée rouge » et la vague du « Néopolar » et c'est plus surprenant pour la traduction du roman de l'irlandais Liam O'Flaherty « L'assassin ».
Pour les autres, lus et chroniqués sur ce blog, je cite en vrac et avec sûrement des oublis.
Le grand Jim Thompson, James Ellroy, David Goodis, Joseph Bialot (l'excellent « Salon du prêt-à-saigner»), Vautrin, Chester Himes, Richard Strak (une chronique est en correction), etc...
Un chapitre m'a particulièrement intéressé ; je vous en dévoile l'intitulé :
-Visite à Robin Cook, explorateur anglais du roman noir, dans les gorges du Tarn.
Manchette parle aussi d'un livre qui n'est pas un roman noir mais qui est excellent :
-Boxcar Bertha de Ben Rietman, dont je conseille la lecture.
Une de mes citations favorites de Jean-Patrick Manchette et aussi une des plus perspicaces datant de 1993 :
- « Le bon roman noir est un roman social, un roman de critique sociale, qui prend pour anecdote des histoires de crimes ».
A noter que certaines des chroniques de ce recueil sont signées du pseudonyme Shuto Headline.
Une sorte de bible de celui qui reste, malgré son décès, un des maîtres du genre et une des mémoires du roman noir.
Il rend aussi souvent hommage, et c'est bien mérité, à François Guérif, un des précurseurs et des plus ardents défenseurs du roman noir et à Marcel Duhamel.
Le tout est parsemé de regards souvent lucides sur l'état du monde de l'époque.
Extraits :
- Plusieurs épisodes, par l'anecdote sinon l'écriture, font penser à Kerouac ou à certains moments hilarants de « La rage de vivre ».
- Nous y reviendrons. Mais pas forcément bientôt. Puisque l'Amérique est le centre du polar, le polar français est excentrique.
- Le mot « littérature » est devenu une injure depuis belle lurette, et surtout maintenant.
- Le polar classique ne pouvait être que pessimiste, puisqu'il était de son époque, et que cette époque était mauvaise.
- Et Dashiell Hammet buvait donc presque autant d'alcool que ses héros. Cependant ses façons étaient hautaines et élégantes. Il faut ça.
- Bref, nous avons du pain noir sur la planche.
Éditions : Rivages / Noir (1996). (2003 pour l'édition de poche)
Autre chronique de cet auteur sur ce blog :
« Laissez bronzer les cadavres » (en collaboration avec Jean-Pierre Bastide)