les alpilles au pas de l'âne

Les Alpilles au pas de l’âne.
Fred OBERSON.
Note : 4 / 5.
Ainsi va la vie…
Suite à différents événements familiaux, nous avons, mon épouse et moi, quitté la Bretagne pour les Alpilles.

Alors je découvre la région et ses écrivains, ici Fred Oberson, citoyen helvétique résidant comme moi à Maussane les Alpilles, mais depuis beaucoup plus longtemps que nous. Un peu de nostalgie dans l’avant-propos, les Alpilles ont beaucoup changé, le tourisme a pris le pas sur les activités agricoles.
Le parc naturel des Alpilles se compose de seize communes, donc notre périple comportera seize chapitres aux noms évocateurs et pleins d’humour, après un avant-propos plein d’à propos :

Cap sur Tarascon ; Sur le chemin de Fontvieille ; Un coin de Paradou ; La race des Seigneurs aux Baux-de-Provence ; Visite Panoramique à Maussane-les-Alpilles ; La vallée des oliviers, de Maussane à Mouriès ; Foin de polémique à Saint-Martin-de Crau ; A l’écoute d’Aureille ; S’envoyer en l’air à Eyguières ; Memphis in Lamanon ; A Sénas on a du nase ; Orgon, le pays des melons ; Eygalières… c’était hier ; Saint-Rémy, béni des dieux ; Mas-Blanc-des-Alpilles en couleurs ; Saint –Etienne-du Grès, de gré à gré et Les Alpilles vues du ciel.
Et pour clore cet ouvrage un épilogue.

Les villes de Saint Martin de Crau et Tarascon ne font pas partie de la communauté de communes de la vallée des Baux et des Alpilles.
Olivier est un jeune suisse qui, au pas d’un âne, découvre les différents villages de la région. Il commence par Tarascon, pays de Tartarin, personnage truculent qui est devenu sous la plume de Daudet une figure de la littérature internationale.

La vie est belle, sur les routes de Provence, le temps comme le rosé bien frais coule lentement.
Des personnages truculents, Provençaux typiques, amateurs de pastis et de vin rosé et de taureaux, qui accueillent Olivier avec beaucoup de bienveillance.
On croise aussi beaucoup de célébrités résidant dans les environs attirées par le soleil et la douceur de vivre. La gastronomie n’est pas étrangère à la renommée des Alpilles ; pour s’en convaincre, il suffit de faire le tour des marchés environnants.
Beaucoup de références littéraires, les « Félibriges » ces poètes ou écrivains provençaux, Mistral, Daudet et de nombreux autres qu’il me reste à découvrir. Marie Mauron, immense figure des lettres, native de Saint-Rémy de Provence, romancière prolifique.
Une petite touche d’Irlande en Provence, un quartier de Tarascon porte le nom de Kilmaine en hommage à Charles Édouard Jennings de Kilmaine, général d’Empire né à Dublin !
Une écriture pleine de soleil, un voyage hors du temps, un livre qui devrait remplacer certains guides touristiques. Je ne connais pas encore très bien les Alpilles mais je me suis retrouvé entre ces lignes.

Cela confirme que très souvent ce sont les étrangers qui parlent le mieux de leur pays d’adoption. Qui est presque devenu le mien… presque, pas encore tout à fait.
Extraits :
- Vous savez, bien sûr, que le Félibrige est cette école littéraire fondée par Mistral et quelques autres poètes de la région, les Félibres, pour la reconnaissance de la langue provençale.
- Je donne donc ma langue au chat et Joëlle m’apprend que c’est le pseudonyme d’Yvan Audouard, au début de sa carrière, avant qu’il collabore au Canard Enchaîné et qu’il crée : L’Album de la Comtesse et sa fameuse rubrique télé : La boîte à images.
- En chemin, je rencontre Jean-Louis Pons qui me fait visiter cet ancien relais de poste devenu le mythique bistrot du Paradou.
- En 1959, Jean Cocteau a tourné quelques scènes du film Le Testament d’Orphée au Val d’Enfer et dans les carrières. L’une d’elles a été aménagée en « Cathédrale d’images » où sont projetés des spectacles audiovisuels qui ont fait pendant des années l’admiration des visiteurs.
- C’est l’habitat des Lorrains, me dit-on, des ouvriers et des techniciens venus du Nord, immigrés en Provence depuis les années 70, pour créer le complexe sidérurgique de Fos-sur-Mer.
- Un libidineux peut y voir des seins d’adolescente pointés vers le ciel ! Des bergers pudiques au temps de la transhumance à pied, nommaient ces mamelons le soutien-gorge.
- Voir les vedettes ? Il n’en manque pas par ici. Rien qu’à Mouriès il y a Aznavour, Reno et Cantona, et le boulanger est le frère de Mireille Mathieu. Les journalistes, enfin, disent que c’est le triangle d’or entre Eygalières, Maussane et St-Remy. Nous, on a Michel, un brave gars ce Drucker qui habite tout près d’ici.
Éditions : Icône-Editeur. Arles (2011).