benchley

Les enfants pourquoi faire ?
Robert BENCHLEY.

Note : 4 / 5.
Vaste question !
Je continue courageusement (mais avec beaucoup de plaisir) ma découverte de cet écrivain américain. Humoriste complètement « barré » comme on dirait maintenant.

Un livre en quinze textes qui ne sont pas forcément des conseils à suivre aveuglément. Parents classiques, pleins de certitude et de préjugés, passez votre chemin et aussi cette chronique. Promis, je ferai mieux la prochaine fois ! Une grande partie des problèmes que rencontrent les parents sont traités dans ce « guide », la preuve par les titres des chapitres :
Holt ! Qui va là ; Comment porter un bébé ; L’éducation des petits ; Quand l’État joue les papas ; Il dit quoi le chien-chien ; Le voyage en wagon enfant ; Votre garçon et son chien ; Le théâtre des juniors ; Les jeux éducatifs d’oncle Calvin ; Que lisent vos enfants ? ; Les pieds au musée ; Le business des camps de vacances ; C’est la rentrée ! ; Les vacances à la maison et Le complot des jeunes.
Comme vous pouvez aisément le constater, beaucoup de sujets sont traités, parfois par-dessus la jambe, mais c’est mieux que rien. Quinze textes qui paraissent vitaux ? Mais le sont-ils vraiment ?
Monsieur le docteur Emmett Holt est l’auteur d’un ouvrage de référence en la matière. Il préconise par exemple de mettre l’enfant dans un étau pour qu’il ne bouge pas pendant que vous l’habillez, pas trop serré malgré tout.
Certains pensent qu’il est préférable de ne pas interférer dans l’éducation des petits, même s’ils démontent la cheminée et mangent le mortier !
Est-ce vous qui choisissez le chien pour Junior ou le chien qui choisit Junior ?
Prendre le train avec un enfant c’est la pénible expérience relatée par l’auteur. Après un voyage pareil, je pense que l’on n’a plus envie de voyager ! Il faut regarder la vérité en face, prendre le train et être dans une voiture pleine d’enfants est souvent épuisant !
Changeons la question : Comment et pourquoi faire des enfants !
Comment, je ne m’appesantirai pas sur la question, ni ne vous ferai un dessin.
Mais pourquoi ? Là aussi, vaste question aux multiples réponses :
pour toucher les allocations familiales pour certains, par amour des enfants pour d’autres, pour payer nos retraites ou alors par accident !
Mais une fois que le (ou les) rejetons sont là, il faut s’en occuper (et aussi les occuper !) et c’est à ce moment que surgissent les difficultés.
Peu, pour ne pas dire aucun personnage, si ce n’est des parents et des enfants qui cohabitent tant bien que mal, plus souvent mal d’ailleurs.
C’est un livre qui m’a fait rappeler cette haute pensée de W.C.Fields que j’adore :
-« Un homme qui déteste les enfants et les chiens ne peut pas être tout à fait mauvais ».
En un mot comme en plusieurs, j’ai bien aimé cette lecture même si les manières éducatives décrites ne semblent pas toutes appropriées.

Florilège des manières d’éducation contenues dans ce livre :
- Pourquoi l’usage de gants de toilette est-il à déconseiller dans le bain de l’enfant ? Les gants de toilette sont trop faciles à avaler et après en avoir avalé six ou sept, l’enfant a tendance à être ballonné et léthargique.
- Nous ne devions être pour lui que des copains, rien de plus. Autrement, son individualité sera étouffée. Je serai cependant autorisé à payer les quelques factures qu’il pourrait occasionner avant d’avoir trouvé sa voie.
- De toute façon, je ne vois pas où peut mener toute tentative pour éduquer les enfants, sinon au chaos.
- Aux Etats-Unis, il existe deux classes pour voyager en train : la première classe, et celle avec des enfants. Voyager avec des enfants équivaut grosso modo à voyager en troisième classe en Bulgarie.
- Des gens n’arrêtent pas de nous écrire pour demander : « Quel genre de chien devrais-je offrir à mon garçon ? », parfois même : « Quel genre de garçon devrais-je offrir à mon chien ? »
- Là où, par exemple, un chiot ne serait capable de dévorer que le bout d’une chaussure, un enfant pourrait très bien manger la chaussure entière – ce qui, étant donné les clous et le reste ne serait pas une bonne idée.
- Le plus affligeant, dans une visite au musée avec les enfants, c’est que vous la commencez plein de vigueur et d’énergie.
- Nous passons déjà suffisamment de temps à attendre dans le cours de notre vie sans devoir en plus nous lever à l’aube et attendre le petit déjeuner.
Éditions : Wombat (2010)
Titre original : Textes provenant de plusieurs ouvrages.
Traduit de  l’anglais par Frédéric Brument.
Autre titre de cet auteur sur ce blog :
Pourquoi je déteste Noël.