DSC08677

Les mécomptes de Noël.

C'est Noël...

***

En parlant de Noël, sachez que c'est mon seul jour de travail de l'année. Et je suis en retard... Cela commence mal.

***

En parlant de mal, après un an de farniente : vacances incognito au soleil, les doigts de pieds en éventail, mes pieds ont forci, mes bottes me serrent, cela promet.

***

En parlant de promesses, des cadeaux de Noël (les promesses de dons c'est plus tôt dans la saison, le Téléthon, et moi je ne m'en occupe pas). Enfin crise ou pas crise tous les ans la masse de travail augmente. Chacun son boulot et les rennes seront bien gardés.

***

En parlant de garder, j'aurais bien gardé le lit ce matin. Mais si je commence ma tournée trop tard il faudra que je me dépêche. Et au final les bistrots seront fermés. Putain de nuit de Noël. Et puis, dans ma tenue, qu'est-ce que je pourrais commander ? Pas des cadeaux, les autres le font pour moi, je m'occupe de la livraison. Que puis-je boire qui fasse couleur locale ? Un blanc pour la barbe et pour le reste, un rouge.

***

En parlant de rouge, je suis un peu en colère. Une colère froide comme une nuit d'hiver (ou de Noël). À cause d'un problème d'écotaxe, les bretons avec des bonnets (ils ne pouvaient pas garder leurs chapeaux ronds !) m'ont piqué ma couleur fétiche.

***

En parlant de fétiche, faut pas croire, mais avec la mère Noël on aime assez le fétichisme, elle m’entoure de guirlandes et on joue à mettre le petit Jésus dans la crèche ; la vache, cela me fait un effet bœuf ! Je suis aux anges ! Pour le petit Jésus ce n'est pas qu'une fois par an. Mais là je m'égare.

***

En parlant de s'égarer, la batterie de mon GPS est en panne (pas terrible quand on s'en sert qu'une fois par an). La mère Noël me l'avait offert l'année dernière. Car paraît-il que je rentrais trop tard. Je me perdais dans mes tournées. En toute honnêteté, c'était plutôt dans les tournées.

***

En parlant de tournées, ce serait bien que les gens qui m'invitent se mettent d'accord. Une seule et même boisson du début de la tournée à la fin, sinon c'est roulez bourré.

Vin, whisky, cognac, gin etc..., à mon âge, c'est trop de mélanges.

***

En parlant de mélanges, il serait bien que les dames seules qui m'attendent toutes nues et frémissantes pour me chanter « Mon beau sapin roi des forêts » rajeunissent. Car certaines, depuis le temps, ne sont plus du tout de première jeunesse ! Enfin au débotté... au pied du sapin et de la cheminée.

***

En parlant de cheminée, j'espère que certains auront enfin ramoné les cheminées (pas les dames seules), sinon il faudra que j'aille encore au pressing. J'essuie la suie le soir au pied du sapin, pas très romantique. D'accord « Le Rouge et le Noir » c'est bien, cela fait littérature classique. Ce sont aussi les couleurs du stade de Rennes.
***
En parlant de rennes. Sont-ils prêts ?
Archi-prêts ? Car ils vont avoir du boulot. J'ai encore fait un peu de gras cette année. Faudrait que j'essaie de me trouver un autre job à mi-temps. Un truc saisonnier, au bord de la mer le 14 juillet par exemple, pendant le défilé. Mon costume, comme mes bottes, me serre. Faudrait pas qu'un de mes rennes (surtout celui surnommé Claude) ait un accident.

***

En parlant d'accident avec tous les conducteurs qui vont rouler bourrés (roulé bourré... roulé bourré...), j'ai intérêt à faire gaffe. Je ne serai pas à jeun non plus! Et il faut que je fasse attention, pas de cadeaux pour le père Noël, je n'ai plus beaucoup de points sur mon permis traîneau. Parfois cela tient du miracle.

***

En parlant de miracle, c'est miraculeux que parfois les enfants n'obtiennent pas les jouets commandés ! C'est vrai aussi que les enfants ne regardent pas à la dépense ! Et je te commande une Rolls-Royce ou un avion de chasse. Mais toujours ceux achetés (souvent en catimini) par leurs parents.

***

En parlant de parents, je me demande ce que deviennent les miens, il y a longtemps que je ne les ai pas vus. Ils sont en froid avec mon épouse ! Pas comme ceux de la Mère Noëlle, lui style pot de colle et elle miss Super-Glue ! Il faut parfois leur dire que je suis en déplacement. Pour mon père et ma mère, j'espère qu’ils vont bien.

***

En parlant d'aller bien, il faudrait que j'aille plus vite. Mais gare à l'excès, non pas de zèle, mais de vitesse. Sinon je vais louper le film porno et "Téléfoot". Moi je fais le tour du monde et eux ils font tourner un ballon !

***

En parlant de ballon, j'espère ne pas trouver un contrôle biniou en chemin ! Vous savez ce truc où il faut souffler.

***

En parlant de souffler, approchez, venez près de moi, je vais vous dire un secret à l'oreille. Je vais vendre mon fonds de commerce. Je cherche un remplaçant !

***

En parlant de remplaçant, il faut que j'assume mes vieux jours, donc il y aura une reprise en bonne et due forme. Bien sûr l'uniforme est compris, le traîneau, les six rennes (rien à voir avec la petite du port de Copenhague). Et aussi la hotte !

***

En parlant de hotte, je la laisse vide, bien entendu. À notre époque même les jouets se démodent vite. À mon successeur donc de refaire les stocks, de prendre contact avec les fournisseurs, la comptabilité, le fisc, la TVA, bref tout ça, c'était la barbe.

***

En parlant de barbe, quelquefois je me dis que c'est barbant d'être le président Père Noël, vous vous rendez compte 365 jours et 364 nuits à la maison. En tête-à-tête avec la mère Noël.

***

En parlant de la mère Noël, je viens de voir sa commande passer. Cela promet des réjouissances tout au long de l'année. Des escarpins avec des talons de 15 cm, des menottes, un collier de chien avec des clous et un fouet.

***

En parlant de fouet, je me demande parfois si la mère Noël n'a pas eu une liaison avec le père Fouettard ? Vous savez celui qui a une fille qui s'appelle Marie-Noëlle.

***

En parlant de Marie-Noëlle, elle n'est jamais venue à la maison. La mère Noël ne voulait pas que j'invite des jeunes filles. Par contre elle ne se gênait pas pour inviter le 7 décembre Saint-Nicolas. Vous savez, celui qui distribue des cadeaux, et qui a fait fortune dans le pinard. Un vieux radin en plus, jamais une bouteille pour moi. Et là elle minaudait, la mère, lui faisait les yeux doux. Perso je lui aurais bien collé un marron à cette vieille dinde.

***

En parlant de marrons et de dinde, vivement que je sois rentré à la maison. J'ai faim ! En plus, je ne me rappelle plus ce qui reste à boire. Dans le doute je vais refaire le plein, et pourtant j'y suis déjà. En rentrant il ne faut pas que j'oublie de passer chez le pâtissier chercher la bûche.

***

En parlant de bûche, j'espère que je ne vais pas en prendre une en descendant du traîneau.

J'ai un peu trop tété la dive bouteille et dans ce cas-là, en arrivant chez moi, ça va être ma fête.

***

En parlant de fête, il faut que je donne un dernier coup de fouet, pourvu que père Fouettard soit pas à la maison quand je vais arriver. Je ne veux pas vous embêter avec des problèmes personnels. Allez, à tous, je vous souhaite un bon Noël.
***
En parlant de Noël...

Texte figurant dans le recueil
"La sirène du blavet et autres textes humoristiques"


la_sirene_du_blavet(1)

Disponible chez l'éditeur :
Adresse mail : armorikanaeditions@aol.fr