img045
Balades en Écosse & Irlande.
Patrick MAHÉ.
Note : 4,5 / 5

Pérégrinations en terres gaéliques.
Un périple nautique en Écosse et en Irlande, voilà ce que nous offre ce livre.
Patrick Mahé nous décrit son voyage en compagnie du photographe et peintre de la mer, Philippe Plisson.
Un grand nom de la voile est souvent évoqué dans ces carnets de voyage, celui d’Éric Tabarly :
- Éric Tabarly inspira à Philippe Plisson, peintre de la marine, le désir de traiter l'Écosse par la mer. Il devait se retrouver à Fairlie, pour les cent ans de Pen Duick. Hélas : le destin du grand marin se brisa en mer celtique...
L'Irlande, nation gaélique jumelle, s'imposa naturellement après l'Écosse. Toujours exclusivement par la mer.

Un récit de voyage qui sort des chemins battus et rebattus, ces pays celtes de port en port sur un voilier qui porte bien son nom : "Pêcheur d'images ».
Les escales seront bien sûr les grandes villes d’Écosse et d’Irlande et bien sûr les ports !
Glasgow, à tout seigneur tout honneur, le football et ses deux grands clubs, ennemis jusqu’au bout de leurs origines : le Celtic (qui porte bien son nom) club des Irlandais et des catholiques d’Écosse ; les Rangers (qui eux aussi portent bien leur nom), club des protestants, des Unionistes et autres Loyalistes. Chants à la gloire de l’I.R.A contre des slogans anti-IRA. Personnellement je regrette que la mondialisation du football ait fortement dénaturé la symbolique de ces derbys. Ainsi va le monde.
Poursuivons notre voyage, parmi la richesse du patrimoine de ce pays, châteaux (pas tous hantés d’ailleurs) abbayes et autres forteresses.
Visite quasi obligée des îles de l’ouest, celles qui font face à l’Océan Atlantique l’île d’Arran (ou Aran) l’écossaise, puis le célèbre « Mull of Kintyre ».
Abordons un autre versant du voyage quasi obligé pour tous les amateurs de l’Écosse, j’ai nommé le Whisky ! Et les îles de la mer d’Isay renommées, mais des trente distilleries que comptait l’île en 1930 seules deux subsistent encore !
Voyage géographique jusqu’aux îles de l’extrême nord, plus norvégiennes qu’écossaises en réalité.
Des îles mécaniques d’acier et de béton qui semblent tout droit sorties de « Breaking the Waves » assurent à l’Écosse un avenir qu’elle voudrait indépendant sans la tutelle de Londres.
Retour à l’histoire de la cuisante défaite de Culloden qui sonna le glas de la liberté à la presque victoire du référendum sur l’indépendance de 2014. Un hommage sans retenue aux héros nationaux, William Wallace, Robert I the Bruce, et le poète Rober Burns entre autres.
L’École éternelle des légendes et traditions, des tartans, des kilts et des nombreux et variés whiskys !
Puis cap sur l’’Irlande telle qu’on l’aime, mais avec aussi et surtout son côté littéraire. Un hommage très appuyé au tonitruant Brendan Behan, figure emblématique de la littérature et de la ville de Dublin des années cinquante !  Un de mes auteurs irlandais favoris. Mais il y en a tellement d’autres… William B. Yeats, John Synge, Sean O’Casey et bien entendu James Joyce !
Un peu de musique et même beaucoup, les chansons de Brendan Behan (il chantait d’ailleurs beaucoup avec une voix éraillée par les cigarettes et l’alcool) comme les chante les Clancy Brothers dans Lament for Brendan Behan :
«  Il n’était pas étranger à la vraie vie,
Pas étranger un verre à la main
Pas étranger à la cause pour laquelle il combattit…
La nouvelle de sa mort endeuille Dublin… »
Personnages multiples comme on en rencontre au cours de ce genre de voyages même nautiques ! Des marins-pêcheurs bretons évidement, des autochtones qui savent encore ce qu’est la gentillesse et l’hospitalité.
J'aime beaucoup lire ces recueils de voyages personnels sortant de l'ordinaire. L'Irlande et l'Écosse comme la Bretagne sont des pays maritimes, alors voguons au gré des vents.
J’ai ainsi pu découvrir un peu mieux l’Écosse.
Extraits :
- L'île de Mull est hérissée de montagnes, peuplée de serres qui dévalent en harde jusqu'au bord des cliffs, ces hautes falaises crayeuses où on n'y trouve deux catégories d'habitants : les MacLean et les McDonald. Ils sont partout : pêcheurs, chasseurs, bistrotiers.
- Heureusement, la population, qui sait la dette des marins à l'égard de ses sauveteurs ermites, se mobilise en association publique pour préserver les sites et leur histoire. Demain, ces phares se feront musées.
- Le reste s'appelle Culloden... nom glorieux, nom maudit, champ d'honneur et chants funèbres.
- Bref le Loug Derg*, longtemps rougi du sang de la bête agonisante est devenu depuis le XIIe siècle le purgatoire de saint Patrick. L'île s'appelle aujourd'hui Station Islande, marquant ainsi les stations de pénitence imposée aux pèlerins.
-«  L'homme des îles » est à l'Irlande ce que « Le cheval d'orgueil » de Pierre-Jakez Hélias fut à la Bretagne Cornouaillaise. «O'Crohan, souligne son éditeur, est le porte-parole d'une culture que les Anglais et toutes les misères de l'histoire ont vainement tenté d'effacer (...)
- Saint Kilda 1930, Blasket 1953, même destin, même misère, même rudesse et tendresse partagée dans les soutes de l'histoire.
Éditions : Coop Breizh (2015).
Du même auteur, pour découvrir un épisode relativement méconnu de l’histoire de certains irlandais :
Les oies sauvages meurent à Mexico .
* Pèlerinage servant de thème à une des plus belles nouvelles de Sean O’Faolain « Les amants du lac » dans son recueil « L’homme qui inventa le pêché »