003322663
Bruxelles Noir

Collectif (Présenté par Michel Dufranne)
Note : 4 / 5.
C'était au temps où Bruxelles bruxellait !

Il y avait bien longtemps que je ne m'étais pas aventuré dans ce genre que j'adore, les recueils de nouvelles noires situées dans la même ville. J'attaque donc aujourd'hui «Bruxelles», après moult autres villes.
Les auteurs présents dans ce recueil sont les suivants : Barbara Abel, Ayerdhal, Émilie de Béco, Paul Colize, Jean-Luc Cornette, Patrick Delperdange, Sarah Doke, Kenan Görgün, Édouard Kosma, Katia Lanero Zamora, Nadine Monfils, Alfredo Noriega et Bob Van Laherhoven.
De ce panel d'auteurs, je ne connais que Nadine Monfils que je rencontre depuis plusieurs années au festival du Goéland Masqué de Penmarc'h.
Recueil commençant par une préface dont le titre est « Bruxelles... noir ? Ah non, peut-être ! »
Trois parties pour ce voyage peu touristique dans cette ville qui, tout en étant très proche de Paris, en est quand même très différente.
Partie I - Sur (réalisme).
Partie II - Le fil du rasoir.
Partie III - Marges de manœuvre.
En fin d'ouvrage, nous trouvons un glossaire brusselier, une biographie des auteurs et une playlist musicale.
Le premier récit a pour titre Palais de Justice. Une fraction de seconde nous ramène des années en arrière au moment des tristement faits divers imputés aux : « Tueurs fous du Brabant » dont le bilan fut effroyable ; au total vingt-huit morts et vingt-deux blessés. La plaie reste toujours ouverte en particulier pour Patricia Finné dont le père a été abattu sous ses yeux, et qui continue depuis de rechercher la vérité.
« Les Marolles. L'autre Guerre de la Marolle » est une histoire très originale mêlant la ville de ce quartier à l'heure actuelle, la décrivant comme assez glauque, sans foi ni loi. Un jeune homme, pour tenter de retrouver « Sa sirène », va rameuter le ban et l'arrière ban des héros du folklore bruxellois à son secours. Pour être inattendu, c'est inattendu.
« Dédales » est à mon goût la nouvelle la plus accomplie de ce livre. Un Bruxelles apocalyptique, capitale d’une Europe déshumanisée à l’extrême. C’est « 1984 » en malheureusement plus que plausible et dans un avenir pas très lointain. 
À découvrir !
Un détour rouge sang vers les abattoirs d’Anderlecht, des brutalités policières, une plongée dans un Bruxelles cosmopolite et parfois très sombre !

Un pseudo américain, amateur de photos, se fait dépouiller par une jeune française qui a découvert que son corps pouvait lui rapporter plus qu’un autre boulot d’étudiante. Un homme est témoin d’un meurtre en descendant du train. Une famille heureuse, sauf qu’un étudiant vient s’installer chez eux ; le père, la mère ou le fils, qui va succomber à son charme ? Tout le monde y laissera des plumes ! Un présentateur télé au temps troublé de l’affaire Dutroux, deux peintres, l’un artiste, l’autre faussaire, l’épouse de l’un couche avec le second… , un jardinier spécialisé dans la culture de plantes illicites, et cela dans les jardins de la famille royale, sont quelques-uns des personnages de ce livre.
Comme souvent dans ce genre de recueils, certaines nouvelles sont excellentes et d’autres nettement moins intéressantes !
Mais plusieurs de ces textes parlent des traumatismes créés en Belgique par des affaires relativement récentes !
Extraits :
- La situation est d'autant plus surréaliste qu'il est censé porter l'emblème de notre justice.
- Surtout ne pas afficher de faiblesse, ici la sauvagerie montre les crocs. Leurs yeux sont cruels, leurs membres agiles. Tout ce qui ose frayer sur le pavé du vieux quartier n'est pas le bienvenu pour la danse nocturne.
- « Beauf » le jour et « pin-up » le soir, voilà ce qui caractérisait le mieux Jefke Vanwafels, alias Mimi Castafiore la nuit.

- Les poubelles débordent de déchets en état de décomposition avancée.
- Car c'est bien à cela que sert Dédale : à ne rien oublier.
- Nous sommes heureux. Du moins, nous l'étions. Une famille sans histoire. Une histoire sans nuages.
- Et depuis, ou que j'aille, la mort marche avec moi. Mort qui fauche. Qui sectionne à la conjonction du corps et de l'âme. Par ici, les gens ne souhaitent pas vivre trop près du monde, et le monde leur rend bien.
- La Belgique faisait ainsi connaissance avec son pire ennemi : le prédateur Marc Dutroux, quarante ans, moustache, cheveux gras, les fameuses lunettes.
Éditions : Asphalte (2015)