img426

Ménage tes méninges !
San ANTONIO.
Note : 4 / 5. 
Économie de pensées !
Pause littéraire, envie de me faire plaisir, la solution, relire un vieux S.A. des familles et de ma jeunesse. Je suis sûr (et même blette) de l'avoir déjà lu, mais plus aucun souvenir.
Cela vous dit quelque chose, une île nommée Cuho, avec comme capitale Le Corona et un dictateur Infidèle Castré ? Son drapeau représente un cigare rouge et un cendrier noir sur fond d'azur. Sa monnaie est "Le rond de fumée". Cela ne vous dit rien ? Vous auriez dû ménager vos méninges il y a très longtemps ! A vaincre sans péril on triomphe sans gloire, alors je vous explique. Ouvrez grands vos yeux ! Pour les oreilles, cela ne servira pas à grand chose, économisez vos neurones !
Bref il se passe des choses pas très catholiques (ni protestantes non plus peut-être) dans ce paradis de la feuille de cigare où les rares touristes s'y égarent en garant leurs véhicules. Je m'égare aussi d'ailleurs. Reprenons le cours des aventures trépidantes du valeureux S.A.
Un spécialiste de la lecture sur les lèvres est envoyé de France pour assister de loin (et incognito) à des réunions secrètes.
Manque de chance (dans le meilleur des cas), il est renversé par un vélo et perd la tête. Bérurier est officiellement envoyé sur place, S.A. officieusement. Béru semble penser (vu son gabarit j'ai failli écrire panser !) qu'effectivement cet homme a perdu la mémoire ! Mais il se sauve de l'hôpital, regagne son hôtel et est retrouvé en vrac sur le trottoir. Plus dure a été la chute. À Cuho, vouloir péter plus haut que son cul est le signe d'un manque de modestie rédhibitoire.
Ce texte de présentation n'est en réalité qu'un pale reflet des événements tragi-comiques que vont vivre nos deux héros. Qui comme d'habitude, avec la célérité, le panache, la grandeur, l'audace, le courage, le discernement, l'abnégation (pour en finir avec tous ses superlatifs qui me servent uniquement à revoir mon vocabulaire), vont magiquement servir la gloire de la police française en terre étrangère et ennemie.
San Antonio, que j'ai trouvé un peu mou du genou point de vue " parties de deux jambonneaux suspendus au même clou", nous fait languir, le bougre ! Il se rattrape ailleurs. Sinon à part ce léger détail érotico-littéraire, tout va bien ; mieux cela va pour lui, moins cela va pour ses adversaires. La théorie des vases communicants à la San Antonio ! 
Béru, le penseur pansu, qui bosse (phore, non pardon fort) pour passer le diplôme de commissaire de police est au sommet de ses formes, une de ses conquêtes aussi la dénommée Incarnation (Incantation ou autre Ascension, etc...). C'est tempête en chambre d'hôtel, séisme de magnitude incalculable, bref pas racontable alors je ne vous le raconterai pas !
Sinon des seconds rôles ou couteaux au choix, triés sur le volet de la faune locale, Paulo Chon, chef de la police, un homme qui ne s’endort pas sur ses lauriers, Conchita, femme fatale de Cuho, femme de mains et experte en jeux coquins.
Si ce livre n'était pas si ancien, je demanderais illico presto son remboursement. En effet il faut attendre quasiment la page quatre vingt pour que S.A. daigne faire une partie de "Je frotte mon cigare contre tes lèvres cuhotiennes*"!
Je n'avais pas de lectures bien sérieuses à l'époque ! Mais cela rendait les trajets en métro moins monotones et surtout plus marrants.
Merci Monsieur Frédéric Dard pour avoir dépoussiéré un certain genre littéraire et aussi de m'avoir donné cet amour de la lecture !
Extraits :
- La foule s'agglutine autour de lui comme des mouches sur une sucette.
- Je lui mets alors un coup de genou dans la boîte à bijoux et un coup de boule dans son appareil à casser les noisettes.
- Ces dames s'esclaffent. Elles rient d'autant plus volontiers qu'elles ne comprennent pas le français.
- Si la môme voyait radiner le fantôme de Ramsès II en caleçon de bain elle ne serait pas plus ébahie. Ses yeux lumineux sont béants comme les portes d'une église à la sortie de la messe de minuit.
- Il sait que très souvent la ruse d'une femme réussit là où la force d'un homme échoue.
- Le monde, maintenant, si tu veux que je te dise : c'est partout une station d'essence et de la réclame pour le Coca-Cola.
Éditions : Fleuve Noir (1969) Collection Special-Police.
Complément de la leçon de géographie entamée plus haut ! Les habitants s’appellent les Cuhotiens et les Cuhotiennes et non pas comme le pensent certains les Cuhautaines ! Mais on peut supposer que sur la quantité de charmantes femmes résidant sur l'île certains l'aient, ou le soient !
Titres de ma chroniques auxquels vous avez échappés :
Il en a dans le cigare ! À Cuho fais profil bas. S.A. prend garde à ton cigare ! 
Autres chroniques de San Antonio sur ce blog : 
La rate au court bouillon.
San Antonio chez les Macs.
Le gala des emplumés.

Vous pouvez aller encourager un vieil auteur débutant (moi en l’occurrence) en vous rendant
( C'est gratuit) sur ma page
Welovewords.
Vous pouvez noter(
bien) , c'est encore gratuit) et laissez un commentaire( C'est encore et toujours gratuit).
http://welovewords.com/eireannyvon
Merci beaucoup.
Yvon