41qjXU4NDBL
Le liseur de 6 h 27.

Jean-Paul DIDIERLAURENT.

Note : 5 / 5.
La voix du train.
Ayant pendant près de 10 ans pris le train pour me rendre au travail, je suis un lecteur assidu de tous les ouvrages consacrés à cette catégorie de voyageurs, "Les Abonnés".
Guylain Vignolles est un voyageur pas tout à fait comme les autres, bien au contraire. Tous les matins il déclame des brides de textes épars sauvés par lui-même de "La Chose", son outil de travail. Cette entité mécanique qu'il dirige est un pilon monstrueux dont la seule fonction est de détruire les livres non vendus. Sa vie est celle d'un être solitaire, son seul ami est Guiseppe, qui a eu les jambes broyées par "La Chose" et qui cherchent à les récupérer, et Guylain participe à cette œuvre ultime.
Sinon, il est célibataire, son seul compagnon est son poisson rouge "Rouget de Lisle", cinquième du nom. Sa vie, c'est vraiment métro, boulot, dodo.
La monotonie de l'existence de ce lecteur est rompue quand il accepte de lire dans une maison de retraite, où une pensionnaire obtient un certain succès en lisant des passages d'un livre pornographique qu'il avait pris par erreur !
Autre fait qui va changer sa vie, la découverte, coincée dans son strapontin habituel du RER de 6 h 27, d'une clé USB où une certaine Julie raconte sa vie de madame-pipi dans un centre commercial !
Ces textes vont devenir ses lectures du matin, et Julie petit à petit va prendre une place de plus en plus grande dans sa vie, et comme lui dit son ami Guiseppe :
-" J'ai comme l'impression que tu viens de trouver ta quête toi aussi".
Si ce n'est pas la quête du saint Grall cela lui ressemble fort. Sauf que dans ce cas précis, les châteaux à conquérir pour trouver la belle sont les hypermarchés de la banlieue parisienne.Du royaume de Camelot à celui de la camelote !
Le narrateur et lecteur, Guylain Vignolles, (je vous passe la contrepèterie), personnage mêlant l'ordinaire et l'extraordinaire, mystificateur vis à vis de sa mère et aussi de Guiseppe, mais toujours pour le bien de ses interlocuteurs. Amoureux des livres son travail est pour lui un crève cœur, mais la lecture une forme de thérapie.
Les personnages de ce roman sont bien marqués, les bons et les autres ; parmi les premiers,
Yvon Grimbert, gardien érudit et poète, les sœurs Delacôte, aussi et surtout la mystérieuse Julie.
Dans les seconds, certains collègues de travail, chef ou aspirant chef. Dans les écrits de Julie on trouve "Le Gros de 10 heures", être "chiant", radin et mal embouché, une figure détestable ! Mais morale oblige, il sera ridiculisé ! La revanche de Julie et de toutes les madame-pipi de la terre.
Ce roman ressemble du moins au début à de la science-fiction (de l'Anticipation autre appellation de ma jeunesse) et pourtant, il est très contemporain. Il m'a fait penser à "Fahrenheit 561" pour la destruction des livres, motif différent, mais même résultat.
Un livre plein d'humanité, d'humour et d'originalité. En particulier un traité de "Tantologie" plein de philosophie et de bon sens des gens humbles.
Une découverte qui me donne envie de lire ses autres écrits.
Extraits :
- Au fil des ans, les autres usagers avaient fini par faire preuve envers lui de ce genre de respect indulgent que l'on réserve aux doux dingues.
- Une dame entre deux âges lui glissa un merci discret à l'oreille. Guylain lui sourit. Comment leur expliquer qu'il ne faisait pas ça pour eux ?
- Derrière, se terrait la Chose, bien à l'abri des regards. La Chose qu'il attendait.
- La Chose était là, massive et menaçante, posée en plein centre de l'usine.
- Un beau trois, généreux comme une poitrine de nourrice, suffirait amplement à mon bonheur. 14 717, c'est tout en os un nombre pareil.
- Il aimait cette idée qu'un jour peut-être, Julie se trouverait là avec eux, cheminant dans cette rame bondée à l'écoute de ses propres écrits.
- Ce type respire la suffisance et le manque de savoir-vivre. Une tronche à conduire du 4X4 de ville et à se garer sur les places handicapées.
- Il était le liseur, celui qui apportait la bonne parole.
- On attend d'une dame-pipi qu'elle nettoie, pas qu'elle écrive. Les gens peuvent concevoir que je fasse des mots fléchés, des mots croisés, des mots mêlés, des mots cachés, des mots enfermés dans toutes sortes de grilles.
- Comme dit toujours Tantine : On peut s'attendre à tout de la part d'un constipé, même à rien. Et d'ajouter en général : Il est aux toilettes ce que le muet est à la chanson, et vice et versa.
Éditions : Au Diable Vauvert (2014).