les nouvelles de l'été.

img317
Playlist.
Christophe ERNAULT.

Note :4 / 5.
Orange électrique!
Treize nouvelles, alors pour ne pas rester sur ce chiffre porte-malheur pour les uns, bonheur pour les autres, l'auteur (que je découvre) a rajouté un épilogue!
Au vu du titre on peut se douter que ces textes auront un lien avec la musique!
Un commissaire qui enquête (c'est surprenant ne trouvez-vous pas ?) , une comptable (qui fait partie des gens qui comptent) et une comédienne (qui "casting"!), au final une nouvelle "Autoportrait en six couleurs". Les histoires d'amour finissent mal, même en littérature.
"Candy lit", Candy qui picole parfois, crispante tout le temps, et amoureuse éconduite! Mais quand elle picole...là c'est le pompon! "Adieu jolie Candy" dit la chanson...attendez on ne doit pas parler de la même!
"Animal de ville". Cela commence par un inventaire à la Prévert sans aucune poésie, nommé liste de courses! D'ampoules à string en passant par Porto, Pernod ou téquila...Que la lumière soit!
"La mort d'un héros". Il a du goût, Patrick S., et il aime les classements, les dix meilleurs matchs de foot qu'il a vus, les dix meilleurs supplices qu'il na pas expérimentés, ses dix idéaux féminins qu'il n'a ni vus, ni expérimentés. Maçon de métier, sa femme l'a quitté, normal, pense-t-il, alors il vit avec son vieux père. Pour se distraire et peut-être pour ne pas perdre la tête, il a construit une guillotine dans son jardin! Un héros, pas réellement un mort oui....mais à la fin de l'histoire.
"TV Ass" .TV assez, pas du tout, les gens en redemandent, alors la production va leur en donner. Plus le spectacle est affligeant, plus l'audimat est en hausse, les jeux du cirque, version moderne!
"Voila ton homme". Il n'y en a pas un autre en stock, parce que celui là c'est chocolat! Pauvre Bruno, il n'aurait pas dû s'embarquer sans biscuits!
Et pour conclure un
"Épilogue" en formes d'aphorismes et de pensées profondes! Mais en musique.
Des personnages en général assez improbables ; devinette, qui n'est pas en odeur de sainteté pour Léonard, Emma ou les Beatles ? Arthur n'est pas le roi des bricoleurs, mais il ne faut pas lui en vouloir, il pleure son grand amour, Mina! Lola pense beaucoup, mais à rien, enfin quand elle ne pense pas qu'à cela! Cours Lola, cours, mais attention plus dure est la chute! Adeline est en piste et en musique...souvenirs de Costello à Dylan en passant par Lennon. Victor journaliste, qui s'est par malchance trouvé au mauvais endroit, Éléonore adepte de l'épreuve du Louvre, Sébastien sera sa victime. Ou son radeau!
Un livre qui commence piano, un vocabulaire très inventif, "métablaireaux", "guacamolisation", une écriture spéciale et originale, des histoires qui souvent semblent sans but mais qui ont toujours une fin inattendue et dramatique !
Une phrase revient il me semble dans tous les textes de ce recueil, mais je ne vous dirais pas laquelle! On la trouve dans une chanson de Jacques Brel, d'accord cela ne vous aide pas beaucoup!
J'ai adoré une citation dans ce livre et je félicite l'auteur de me l'avoir rappelé.
"J'ai dépensé pas mal d'argent dans l'alcool, les filles et les voitures. Le reste je l'ai gaspillé".
George Best. International irlandais (du Nord) de football. Que j'ai vu jouer une fois, mais qui s'est fait expulser!
J'ai repairé une phrase que je trouve super imagée, mais complétement loufoque, ce qui en fait le charme d'ailleurs :
- Sa chemise en tergal sortait de son pantalon comme une fraise d'un orphelinat.
Extraits :
- Ci-gisait donc l'un des derniers restes alimentaires du monde ouvrier. Car plus personne ne mangeait des sandwiches à l'omelette.
- Il faut rencontrer Candy quand elle est ivre. Au Sancerre blanc. Sa bêtise devient alors abyssale.
- Dans nos sociétés, l' asociale avait depuis longtemps supplanté l'antisocial.
- La nature avait inventé la colonne vertébrale pour empêcher ces enfants de pratiquer (selon) l'auto fellation et l'auto-cunnilingus.
- Le clitoris était l'un des seuls véritables miracles de la Création (ex aequo avec le double appel). C'était un organe dont l'unique fonction était le plaisir.
- Le préservatif féminin était à l'érotisme, ce que le string était à la démocratie chrétienne. Un non-sens.
- C'était la plus belle du coin à l'époque. Et lui le plus moche. La garder aurait été, de toute façon, injuste.
- Il avait rencontré Marie au Quai d'Orsay. Attachée de presse de gauche. Faux cils et marteau.
- Elle avait tellement maigri ces temps-ci qu'on aurait dit une autopsie.
- Il lui fournissait la meilleure coke du 9 - 3 c'est-à-dire un savant mélange de Régilait et de Francine ED.
Éditions : aNTIDATA (2013)