002141450
Bombe X.
Ludo STERMAN.

Note : 5 / 5.
Des rails*.....et des dérailleurs!

Ancien journaliste sportif, Ludo Sterman, après le football, nous fait découvrir le côté noir de cet autre sport roi, le cyclisme!
Julian Milner, suite à une agression sauvage dont est victime son frère ainé Martin, se trouve à enquêter dans le 93. En particulier sur une équipe cycliste, la "Team FinAqua"! Cette équipe se vante de carburer à l'eau claire! Mais est-ce bien exact? Un de ses jeunes coureurs vient de mourir, renversé par une voiture durant une séance d'entrainement ! Il s'avère qu'il avait rencontré Martin peu de temps auparavant. Après bien des hésitations, les parents du jeune homme confient à Julian le journal intime de leur fils ! Julian comprend alors quele prix à payer pour une gloire somme toute éphémère est très élevé. Mais c'est marche ou crève!
Si pendant un moment cela marche et pour combien de temps, nul ne le sait.
Pour les nouveaux produits dopants personnes n'a le recul nécessaire alors les néophytes sont pris pour cobayes, car c'est une vertigineuse course de vitesse entre les tricheurs, qui inondent le marché de nouvelles molécules de plus en plus performantes, et les autorités sportives où chaque fédération voit midi à sa fenêtre.
La mondialisation du cyclisme a ouvert la porte à des apprentis sorciers venant des pays de l'Est . Des coureurs pas toujours très nets, puis des soigneurs et des médecins sans réel diplôme. L'Allemagne de l'Est avait par exemple, en athlétisme et en natation, des méthodes que l'on soupçonnait de relever du dopage de masse.
Une plongée dans l'envers du décor de la petite reine, "Les forçats de la Route" pris dans une spirale dont ils ne sortiront malheureusement pas indemnes. Les exemples sont nombreux dans les pages faits-divers de nos journaux.
Un livre très sombre avec un final époustouflant, digne des grands films noirs, enlèvements, séquestrations, trahisons et rédemptions, évasions, fuites, amitiés, poursuites en voiture et des morts. Des morts.....
On retrouve Julian à peine remis de la tourmente déclenchée par ses dernières révélations concernant Novella, l’emblématique footballeur, figure de proue de cette équipe de France championne du monde. Le voilà reparti dans une autre quête de la vérité toute aussi dangereuse!
Et l'ombre de son père, ancien militant de l'IRA mystérieusement disparu, revient hanter sa mémoire et accentuer le chaos de sa vie. La solution pour Julian est-elle en Irlande, à la recherche de ce père et de cette vérité cachée?
Son frère Martin, lui, s'est mis dans de sales draps, ses assaillants avaient l'intention de le tuer, et voler sa voiture ne valait pas un tel acharnement ! Dans le fond d'une de ses poches, des photos confirment la piste de trafic de produits dopants dans le milieu des courses cyclistes!
Des femmes nombreuses, Ella, Isabelle, Aïsa, Catherine, pêle-mêle, ex-épouse, mère, sœur ou femme fatale!
L'alliance contre nature et non sans arrières pensées des dealers maghrébins de la Seine Saint Denis et des trafiquants de produits dopants venus de derrière l'ex-rideau de fer peut s'avérer à la longue très bénéfique pour chacun des partis. Mais impitoyable pour les plus faibles.
Ayant été un fan de sport durant de longues années, comme tout un chacun, je me suis toujours étonné de la rapidité des progrès, des performances et donc de l'être humain. Voir un coureur de 100 mètres taillé comme un haltérophile a toujours dépassé mon entendement ! Voir un cycliste se masser les reins en toute décontraction en grimpant un col alors que ses compagnons de galère sont à la peine, pose un minimum de questions. Sauf aux instances sportives qui, elles, ont plutôt mis un diesel dans leurs réactions. Du dopage artisanal qui a coûté la vie à Tom Simpson au dopage institutionnalisé pour ne pas dire protégé, la roue a tourné et à la vitesse grand V. L’afflux d'argent a tué l'esprit du sport, Pierre de Coubertin et d'autres doivent se retourner dans leurs tombes!
Imaginons un tour de France sans coureurs... une balade bucolique à 20 kilomètres/heure, quel spectacle! Mais on serait sûrement moins nombreux devant la télévision et le fric rentrerait moins.
Extraits :
- L'expérience avait noyé ma vie. Je la couchais sur le papier. Autour, c'était le désert.
- Les années 1990 et le dopage industriel avaient foutu cela par terre.
- Tout ça venait de loin. L'Irlande.
Mais je ne suis pas irlandais.
- L'affaire Novella avait tout chamboulé. On avait explosé en plein vol et ni elle ni moi n'avions encore touché terre.
- Les clichés noirs et blancs d'un Paris que nous n'avions connu ni l'un ni l'autre et d'une Amérique encore en devenir, à la fin des années 1940, donnant soudain une réalité aux images que je m'étais créées à la lecture de Jack Kerouac, semblaient l'apaiser.
- Qu'est-ce que je faisais ? Là, à Meudon, et ces dernières semaines? À courir après mon frère, ma famille, un père fantôme et des gangsters?
- J'attrapais deux disques de Neil Young et filais.

- Montpensier était mort, égorgé.
Je voulais me réveiller.
- Le prochain sur la liste... c'était moi ?
- Pour le reste, à Barcelone, Toulouse, Marseille, Paris, les nageurs, les athlètes, tout, on continue de la même façon.
- « Quand le combat est juste, quand les consciences endormies ne peuvent être réveillées que par la violence, alors, oui, la lutte armée et le risque de semer la mort se justifient.»
J'ai trouvé cette phrase tirée du procès d'un activiste de l'IRA dans un bouquin sur l'Irlande, à l'époque où j'enquêtai sur mon père.
Éditions : Fayard noir. (2013)
Autre chronique de Ludo Sterman :
Dernier Shoot pour l'enfer.
*Le mot "rails" est à prendre ici dans le sens "Sniffer". Rails de coke.