img292

Trousse Cocotte.
Jean KERGRIST.
Note : 4 / 5.
Fantasia en Kreizbreizhkistan.
Un nouveau roman de l'ami Jean est toujours une découverte. Comme il n'est pas à une pirouette près, après maintes expériences littéraires passant par l'essai, le roman historique et le polar, il se lance dans le roman d'anticipation, une agro-fiction futuriste ! Que les pesticides abreuvent nos sillons!
Nous somme donc après-demain, en septembre 2024, dans des lendemains qui déchantent ! Version future du traditionnel "Kan ha Diskan" (chantez et déchantez braves gens). Le petit gars du coin c'est Dorig Conan, qui a force de chercher des vallées plus vertes va se retrouver dans celle de Peshawar! Tout cela pour une poule de haut-vol, j'en conviens et lui aussi d'ailleurs !
Donc cette oie (qui ne parait plus très blanche) c'est Manon, qui, et cela coule de source, est bien roulée (c'est sûrement lui qui va l'être bientôt) n'est pas très claire. Ses fréquentations roulent en trop grosses cylindrées pour être honnêtes. Elle travaille dans la tranchée de Glomel, dans le nouveau poulailler géant, et son dernier copain en date s'est ramassé un coup de transpalette non content de l'avoir fait passer de vie à trépas lui a également fait perdre le goût de la vodka!
Car le vieux pays a bien changé, les bistrots de campagnes sont remplacés par des fumeries d'opium (du peuple c'est bien connu) les trusts agroalimentaires se déchirent entre eux, pour être le plus gros et gagner le plus de fric, mais au détriment des gens et de la terre!
À Notre-Dame (Priez pour nous) de-Guiscriff s'élève un rutilant aéroport international, qui assure d'une manière licite le trafic des passagers et de manière illicite le trafic de tout le reste!
Les poulaillers sont devenus des mégapoles de poules, heureusement ils n'en n'ont pas implanté une à Paule ! Imaginez la phrase une mégapole de poules à Paule*!
Revenons à nos crèches à poules, où certains ouvriers passent vite de vie à trépas, (quelle vie de chien) ce qui intrigue Dorig Conan (qui lui n'a rien d'un barbare!). Alors à la suite 
(ou à la poursuite ) de la belle Manon, n'écoutant que son grand courage et avec une certaine dose d'inconscience il se lance dans des aventures qui bien sûr seront rocambolesques!
Dans les personnages hauts en couleurs de ce livre, quelques autochtones, denrée rare par les temps futurs, parmi eux Dorig Conan, brave garçon souffrant du syndrome "DSK" maladie nouvelle apparue en Amérique vers les années 2010, mais rassurez- vous il se soigne. Ce qui est tout à son honneur! Et en grand serviteur de son pays (la Bretagne, pas l'autre) il se transforme en représentant de commerce, promettant quelque part entre le Pakistan et l'Afghanistan l'envoi de galettes (sans saucisses) et de beurre salé, "Paysan breton" précisent les destinataires.
Des hommes politiques et quelques industriels passés à la moulinette par l'auteur, et par-ci, par là des gens du cru....ainsi que quelques belles poulettes élevées aux grains de sel, bien entendu !
Une faune hétéroclite venue d'ici ou d'ailleurs et parfois d'autres parts! Un Lord anglais, Gordon Lefébure ex-diplomate revenu d’Afghanistan et de tout, devenu aubergiste à Glomel !
Quelques Libanais de service, un anglais amoureux des vieilles pierres de Bretagne et de la bière nouvelle, l'un n'empêche pas l'autre!
Merci Jean, je ne me suis reconnu dans aucun des personnages....mais j'en ai reconnu certains, n'étant pas cafteur je ne dirai rien (sauf contre des espèces sonnantes et trébuchantes!)
Comme dans tous ses livres, sous un côté humoristique, on sent le côté militant de Jean ressortir! Chassez le naturel et il revient au galop! Mais quand il n'y aura plus de naturel, que restera-t-il à l'homme ?
Une petite phrase toute simple , au milieu d'une page, mine de rien :
-La Ramedec embauche. Avec exonération de charge pour les plus de soixante-quinze ans!
Par contre j'ai appris par ce roman une triste nouvelle que je vous livre in-petto ou par quelconque moyen qui vous agrée.
-L'éventuel premier suspect de ces irrévérences, le vieux clown atomique créchant autrefois dans le coin, a calanché depuis longtemps.
Je l'ai connu c'était un homme bien! Seul petit reproche que je puisse lui faire, c'est de ne pas m'avoir envoyé un mail pour me prévenir de son décès!
Extraits :
- Je crois pouvoir affirmer .... toussez encore.... que vous faites un DSK. Destroy Sex Kamikaze.
Un syndrome découvert il y a une douzaine d'années du côté de New York.
- Cette Tranchée de Glomel suinte le mystère par toutes ces poules.
- La vertu est au vice ce que la moutarde est à la saucisse frite : l'enrobage indispensable du produit basique. Que le monde est bien fait !
- Il partage aujourd'hui le presbytère et l'église avec un vieux curé, Yann Baltot, qui, pour emmerder son évêque, s'obstine à ne parler que Breton.
- En passant sur le pont, coup d’œil à l' ancien canal. Eau verte de rage. Avec une couche épaisse de cyanobactéries en surface.
- Le lobbying hôtelier est aussi efficace que le lobbying agricole.
- Si la fonction crée l'organe, l'organe créé parfois l'amour.
-On se méfie. Depuis que Maria Coroller a été cambriolée.
De gros dégâts ?
Sa billig** et deux douzaine de crêpes.
- La nostalgie imprègne les rues et les murs.
- À Carnoët, je subventionne la vallée des mille grenouilles de bénitier.
Éditions : Éditions des Ragosses (2013)
**Galétière.
Si vous vous donnez la peine de chercher vous trouverez de çi, de là, en lectures libres des commentaires de ma part, rarement pertinent, des chefs d'oeuvre de Jean Kergrist.
*Chose vue à Paule :
DSC09530_ARW