img212
Les papillons noirs.
Valérie BRUN .

Note : 4 / 5 .
Ainsi va la vie.....
Treize nouvelles pour cette jeune auteur, historienne travaillant à l'éducation nationale. C'est son premier recueil publié. Treize, un chiffre porte bonheur ?
« Monsieur HB » de lui on ne peut pas dire qu'il a mauvaise mine, non, il est moyen, ni trop gras, ni trop maigre. Et puis on aime bien suivre ses tribulations.
« La bande à Ludo » c'est le rêve d'un jeune garçon, en faire partie....mais l'examen de passage n'est ni scolaire, ni protocolaire. Et une foi que l'on est admis dans le saint des saints est-ce une bonne chose ? Un souvenir d'enfance comme on en a peu ou prou connu.
La guerre, et ses prises de position, deux hommes, l'un est comme beaucoup plutôt neutre, l'autre est ouvertement du côté des occupants...et quand des questions d’intérêts personnels entrent en jeu..... la loi est au plus fort de l'époque.
« Pas de cadeau » est une nouvelle d'actualité, nous sommes à Mayotte ou là aussi la loi du plus fort est toujours la meilleure, mais pas la plus humaine.
« Évasion du Cambodge » l'amour est toujours le plus fort....souvent, mais pas tout le temps, la vie nous le rappelle parfois...
« Comment lui dire » nous parle d'une femme en retard, encore une fois pour rentrer chez elle.....l'angoisse qui l'assaille, elle sait le mari qui attend, les questions et les soupçons qu'elle comprend....mais d'où vient-elle ? Un des plus beaux récits de ce recueil.
« L'inconnue du tram B » un amour transi et trahi....Une pensée pour le beau poème d'Antoine Pol chanté par Brassens « Les passantes » qui commence par ces mots « À la compagne de voyage.... »Les transports ne sont pas toujours en commun.
« La dernière danse » est une histoire qui laisse sans voix.Des copains d'école se réunissent pour un anniversaire, la fête bat son plein. Un peu à l'écart Marie se souvient de cette époque qui pour elle était le temps des désillusions. Mais une autre surprise l'attend ce soir, elle n'est vraiment pas belle la vie ! Gardez-moi de mes amis, mes ennemis je m'en occupe. Une des meilleures nouvelles du recueil !
Et puis quelques lignes en guise de final et un dernier verre pour la route....un peu d'optimisme pour clore la lecture.
Des gens ordinaires, une écrivain, un petit garçon épris de liberté, deux frères que tout oppose, une sans-papiers dans un commissariat, une mère meurtrie, une veuve qui se veut femme libérée bien avant l'heure....Une vieille femme solitaire, elle est divorcée, ses enfants sont loin, une carte pour Noël et puis plus rien, misère morale et pécuniaire. Tous un jour ou l'autre ont vu leur destin basculer et jamais en bien ! Un battement d'aile du destin et la noirceur de la vie arrive beaucoup plus vite qu'on le pense....
La mort est très présente dans ce recueil, des enfants plusieurs fois, alors le lot de chagrin qui en découle, pour certaines femmes par contre la mort du mari n'est pas une source de tristesse, car la vie continue dans cette nouvelle située juste avant la Révolution française. Un peu d'humour et de libertinage avec le comte de la Trifouille, le bien nommé ?
De bonnes histoires, bien servies par une écriture simple, qui se lisent très bien.
Extraits :
- Le plus difficile est d'inventer des récits sans être certain qu'ils aboutiront. Le cimetière pour histoires déborde de narrations inachevées.
- J'étais avant tout un être épris de liberté.
- Hier, j'ai pris ma décision, le temps de la haine est révolu.
- Ils ont raison sur un point, tout a commencé à cause d'un autre.
- Je ne comprends pas ce qui nous arrive. Comment fais-tu pour être absent et pourtant si présent ?
- Les hommes rivalisaient de charme, revêtaient leurs plus beaux atours, minaudaient mieux que leurs épouses. Les femmes, fardées, poitrines avenantes, jouaient de leurs attraits.
- Vous connaissez sûrement ce même ennui, cette même léthargie, ce courage qui nous manque pour nous libérer des chaînes invisibles qui nous entravent.
- Mais, cette fois-ci, elle refusait de monter sur l'autel du sacrifice.
- Un autre jour, elle aurait refusé d'y croire, cette frayeur aurait été anecdotique, mais à présent qu'elle est fatiguée de se battre contre les misères qui hantent sa vie, elle en tremble, perd tout discernement.
Éditions : Jacques Flament éditions (2011).
Collection Chrysalides.