couv_lesmerlus
Les irréductibles Merlus.
Mickaël DEMEAUX *

Note : 4  / 5.
Un club qui a la pêche. **
Avant de commencer à parler de ce livre,  je voudrais avoir une pensée émue pour les gens (car j'en connais) qui ne sont pas des fans de sport.
Imaginez le printemps et l'été ;  cela commence par le rebond d'une petite balle jaune sur une terre battue ocre ou un gazon vert,  cela continue sur les routes de France et de Navarre où dressés sur des vélos, des coureurs escaladent des cols, courent contre une montre, etc... Et bientôt nous allons retrouver ces divas en short, batifolant comme des fous pour des dizaines de milliers d'euros sur les terrains de football de l'Europe entière. Enfin, c'est la vie et le business...
S'il est vrai que j'habite Lorient depuis maintenant 19 ans, je ne me suis jamais réellement intéressé à son équipe de football. La seule fois où j'ai été au stade, c'était pour une nuit magique du festival. Mais ne voulant pas raser les murs (ce qui de ma part serait un comble) sur le chemin de la médiathèque ou de la boulangerie, je vais, malgré tout, trouver des choses positives dans l'histoire de ce club qui, je pense, est encore resté à l'échelle humaine.
Profitons donc de ce livre, de cet anniversaire et d'une saison qui va bientôt commencer pour se souvenir.
C'était comment  avant ? Quand le football était un jeu et non un combat, quand les clubs se créaient autour de bénévoles et d'idées communes !
Pour le savoir, plongeons ! Comme les gardiens de but ou les oiseaux marins dans le port, revivons l'histoire du FC Lorient qui vient de fêter cette année ses 85 ans ! Âge respectable s'il en est !
C'était quoi, donc, avant ? Une rencontre dans un bistrot, une idée en l'air, un ballon (de rouge?), un nom « La Marée Sportive » car cette équipe était corporatiste (on mesure hélas le chemin parcouru), une famille .. Pour porter tout cela à bout de bras, la famille « Cuissard » ..  Commençons donc par le commencement,  Mme Caroline Cuissard et son époux Joseph décident de quitter le championnat corporatif pour celui des amateurs ; le 2 avril 1926, le football club de Lorient est officiellement créé.
« Les merlus » au début était le grondin,... manque de classe ..  alors appelons le merlu à la rascasse (pardon je me trompe) à la rescousse...et il y est resté. Les couleurs « Tango & noir » viennent d'un pull tricoté main et porté par Madame Jean Nioche comme quoi il ne faut pas toujours chercher bien loin ce que l'on a sous la main !
Antoine Cuissard, dit Tatane (pour l'époque c'était une pointure),Yvon Goujon et Yannick Stopyra ;  ces noms qui ne disent peut-être plus grand chose aujourd'hui sont pourtant ceux d' une grande famille de footballeurs tous internationaux.
Les déplacements étaient eux aussi d'époque...SNCF en troisième classe banquettes en bois....être footballeur n'était pas toujours une sinécure (de jouvence). Mais quand les matchs étaient à la maison alors là....Gargantua, Pantagruel et quelques spécialités locales terminaient le match dans l'assiette de tout ce beau monde...je vous laisse deviner (qui vient dîner ce soir!) les menus cités ici datent de 1950 et 1951, donc il y a prescription (pas médicales je pense).
Les conditions de jeu : Georges Girot un des entraîneurs de l'époque se souvient : on ne pouvait tacler que si le terrain était gras. Un match amical « Lorient/URSS 0-0 » les Soviétiques ont (parait-il) vu rouge et mauvais coucheurs ont accusé.....la pluie ! Alors que de mémoire bretonne, on pouvait à la limite (du hors-jeu) parler d'un léger crachin !
- Une date,  le 5 août 2006, premier match de Lorient en D1.
Les stars de Paris croient faire les malins...mais Lorient va leur jouer « Premier Tango à Paris ».. dans la défense parisienne cela rentre comme dans du beurre...et l’addition aurait pu être plus salée ! Et ce n'était pas du cinéma !
Je ne vais pas forcément m'attacher aux résultats sportifs de cette équipe,  je ne tiens pas à me ridiculiser devant les vrais supporters. Je fais tâcher de grappiller de ci et de là quelques anecdotes souvent amusantes, parfois moins drôles mais toujours bien dans l'esprit du club.
Pour moi, un homme, plus que les présidents ou les joueurs, symbolise le mieux le club et la ville, c'est Christian Gourcuff (qui a d'ailleurs préfacé ce livre). Sorte d'OVNI dans le football moderne, entraîneur de la vieille école (il était prof de math),  il représente une fidélité et donne une caution morale qu'ont perdu par exemple le grand voisin nantais. Un mot aussi sur une autre célébrité locale Didier Le Botmel, élu deux fois meilleur speaker de la ligue 1 ..une distinction qui ne le laissa pas sans voix !
Plein de documents annexes, listes des entraîneurs de 1926 à 1967, la valse des entraîneurs n'a pas cours (de la Bôve) ici, valse et tango ne sont pas compatibles, liste aussi des joueurs depuis 1926, plusieurs historiques des classements et un quizz pour les mordus. Je ne pouvais malgré tout ne pas mentionner la victoire en coupe de France de 2002 qui fut un grand moment pour tous les supporters et pour la ville.
J'ai appris qu'un joueur argentin allait venir jouer à Lorient la saison prochaine, pour la couleur du maillot sûrement !
Une dernière anecdote...le 14 novembre 2010 un mariage est célébré sur la pelouse du stade devant 15400 spectateurs....cela fait pas mal de monde....le match Lorient/PSG....comme on se retrouve.
La saison 2011/2012 commencera le 6 août par un PSG/Lorient, remake du match de
2006 ?...c'est tout le mal que je souhaite à l'équipe de Lorient.
Quelques commentaires du temps jadis.......
- Ah, ah, à l'époque, c'était pire que la légion étrangère. C'est pas comme maintenant....
- Quand je vois qu'en 2011, on est à se demander si la pelouse du stade en synthétique c'est bien ou pas, s'il ne faut pas revenir à l'herbe traditionnelle, je trouve ça incroyable. Il y a soixante ans , nous, on réclamait le gazon.
- Au milieu des années 50, les joueurs en avaient ras-le-bol de perdre. Un jour ils ont décidé d'aller prendre l'apéro avant de jouer contre Quimper. Deux tournées d'une célèbre marque d'alcool anisé ont été commandées. Résultat : Lorient met une raclée aux quimpérois.
- Je me souviens, quand nous sommes rentrés au vestiaire, on est passé par un tunnel grillagé ; là, les femmes nous donnaient des coups avec la pointe de leurs parapluies ; on aurait dit des malades, je m'en rappellerai toujours. On aurait dit qu'elles faisaient cela pour nous punir d'avoir gagné....
- Eh bien, 2500 fr. (
salaire de l'époque) On ne se plaignait pas, c'était un bon revenu à l'époque. J'étais électricien de formation, électricien dans le bâtiment ;  je vivais mieux en jouant au foot....Même si on était parfois payé tous les deux ou trois mois, car le club connaissait d'importantes difficultés financières...
Éditions : La ligne Pourpre (2011). Site, ici.
L'équipe du livre :
Bélom
Clam, Coicault, Gégé, Jiluk,
Nono Mickaël Demeaux. (Cap)
Trinka (Entraîneur).
Désolé c'est pour un tournoi de football à sept....
*Préface Christian GOURCUFF .
** Titres auxquels vous avez échappés :
Le football est à bon port.
Quand le port et le sport font bon ménage.
Pour les mordus des Merlus.
La compagnie des Merlus.
Quand les Merlus font trembler les filets.