img097


Le butin.
Collectif (Nouvelles noires du Goéland Masqué).
Note : 4 / 5.
Un butin bigouden.....*
On peut commencer avec des trémolos dans la voix et une vision un peu noire, dix ans déjà, ou alors se dire repartons pour dix ans. Personnellement, je préfère la seconde solution. Accessoirement je suis là pour parler d'un livre, sorte de l'ivre d'or (pardon livre d'or) ou d'argent avec dix ans d'avance!!!!!!
Dix sept auteurs (et autant d’illustrateurs) pour dix ans, cela ne fait pas un compte rond, et les bigoudens ont la réputation (usurpée d'ailleurs) d'être près de leurs sous, commençons....
Les auteurs par ordre d'entrée en lettre, avec entre parenthèses, le nom des illustrateurs pour chaque nouvelle : Mouloud Akkouche (Olivier Boiscommun), Thierry C.Daubrège (Lionel Chouin), Didier Daeninckx (Mako), Yann Biger (Nicoby), Thierry Crifo (Jeff Pourquié), Michel Dréan (Jampur Fraize), Nadine Monfils (Gildas Chassaboeuf), Yvon Coquil (Jaime Martin), Hervé Claude (Bruno Le Floch), Claude Bathany (François Ravard), Gérard Alle (Christophe Lazé), A.S.Kerbrat-Personnic (Pépito), Gérard Streiff (Chantal Montpellier), Firmin Le Bourhis (Erwan Le Saëc), Jean François Miniac (Jean-Luc Hiettre), Lalie Walker (Kiel) et Jean Bernard Pouy (Philippe Lechien). Je connais certains auteurs pour les avoir lus ou les croiser dans les différents salons de la région.
Une chanson parle d'Amour en mer, Yann Biger (seul écrivain bretonnant du recueil) nous parle de « Mort en mer ».
« Soizic et tais-toi » est un très beau texte sur la vie, la mort et la musique avec les paroles d'une chanson :
« Je suis né à Kerity tu parles d'une poisse... »
Je suis né à Kerity, mais l'autre.....celui près de Paimpol.
Dans « L'aveugle qui braille » l'auteur (que je ne nommerai pas, il se reconnaitra) nous dépeint un aspect très personnel du festival, avec une liste d'auteurs pour le moins surprenante « toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite ».
Tu parles, mais au moins j'ai beaucoup ris...de veau!!!! L'auteur qualifie cette nouvelle « d'hommage irrévérencieux ». Je le crois sur parole.
« Jacky l'andouille » met en scène une famille Bidochon à la sauce bigoudenne... Monsieur, Madame et Jacky. Le dit Monsieur apprendra à ses dépens qu'il serait bien qu'il arrête de se ronger les sangs pour Jacky et que si le bonheur est simple comme un coup de fil, le malheur peut venir de l'absence de ce coup de fil.....
« Penmarc'h  2065 » nous décrit évidement un monde futuriste (quoique?), une dynastie commencée par un dénommé Nicolas qui règne sur la France. Parmi les multinationales figure le groupe « Bollorénaff » et les livres papiers sont interdits....La forêt a bon dos...
« Le poisson scie » reprend un précepte à la Flann O'Brien, c'est en pédalant que l'on devient vélo.....
« Bijoux de famille et faux-poids » se distingue par son vocabulaire très argotique qui surprend et m'a rappelé de bons souvenirs....
Un personnage nommé Le Boiteux à la longévité hors norme, une jeune femme dans une usine de conditionnement de poissons, un homme qui doit prendre l'avion, mais qui doit faire du stop pour aller à l'aéroport sont les héros (fatigués pour certains) de toutes ces histoires. On croise aussi un journaliste, qui pour changer des chiens écrasés, enquête sur des thons coupés, un crime signé de la statuette d'un volatile masqué, le salon donnerait-il le mauvais exemple? Riton est de retour au pays, lui à qui on donnerait le bon Dieu sans confession...mais c'est vrai les goélands, ça fait chier....Une inspectrice de police appelée Le Gouelanig, la mouette en breton, qui enquête sur des meurtres au pays des goélands....
Reconnaissons à la plupart de ces auteurs un sens de l'humour évident et une bonne dose de dérision, les écrivains sont nommés Jean-Bernard Pouilly, Gérard Dalle ou Yvon Saint-Jacques. Le salon devient le Cormoran Masqué, le Goéland Tatoué, les lieux Pain Mort, Saint Guénola, Kerkiki ou la Pointe du Ris..... C'était un pâle résumé de ce recueil de nouvelles qui a les qualités du genre, la diversité et m'a permis de découvrir des auteurs que je connaissais uniquement de vue.
Le seul lien entre tous ces récits et tous ces styles d'écriture, c'est ce fameux « Salon du Goéland Masqué », alors précipitez vous sur ce livre pendant qu'il en reste encore......ou qu'il soit interdit....
Extraits :
- « Dans cet hospice de merde, même le ciel n'a plus d'odeur ».
- Je ne bosse pas chez France Telecom, mais c'est tout comme.
- Il faut que tu ailles à présent.
- Kraoez Larnikol, solide gaillard bigouden voguant sur sa quarantième rugissante n'en croyait pas ses oreilles.
- Les blogueurs blagueurs, amis des scribouillards, qu'ils venaient interviewer et photographier pour les citer sur leurs sites.
- La princesse s'est transformée en Martha Beck.
- Voyons un peu ce qu'il s'y trouve écrit. Nous lisons : Dictionnaire Mesplède des littératures policières ,14e édition. Tiens, tiens, étrange.
- Sauf qu'à côté des poissons, sur chacun des deux bateaux, il y avait en effet un cadavre.
- Faut me comprendre : Marie-Odile est un coquillage. Je rêve de mettre mon oreille contre son joli ventre et d'entendre la mer.
- Josette. Une cousine à la mode de Bretagne. Elle savait tout sur moi.
- J'ai commis un poissoncide, expliqua-t-elle.
Éditions : Coop Breizh (2010).
* vaut mieux que deux tu l'auras, ou alors,
.vaut mieux que rien, ou bien,
.n'arrête pas le marin, ou autre solution
.fait oublier le crachin
Rayer la mention inutile.
Le site du « Goéland masqué », ici .