Rumeurs mortelles à Saint-Renan.
Jacques CAOUDER.
Note : 4 /5.
Elle court, elle court la rumeur.........
J'ai rencontré cet auteur au Festival interceltique de Lorient, une de mes nombreuses rencontres de l'été. Il a déjà écrit plusieurs autres romans, mais pour moi c'est une nouveauté.
Hiver 1938, dans la campagne bretonne, une femme est violée.....
En l'an de grâce (enfin pas pour tout le monde) 2003 entre Saint Renan et Plouarzel, la vie semble tranquille, mais sous ses apparences trompeuses, des haines tenaces couvent. L'abbé Le Prieur prononce sous l'effet de la colère des paroles dont il ne soupçonne pas la portée.
- «  Ah ! Si seulement elles pouvaient changer de paroisse et disparaître pour de bon ».
Paroles pas très catholiques pour un représentant de Dieu, mais qui ne tombe pas dans l'oreille d'un sourd, en l'occurrence celle de Roger Trasec le sacristain qui approuve ! Il faut dire que le pauvre homme, que la nature n'a pas gâté, n'a pas été épargné pas ces femmes. Ni personne d'autre d'ailleurs dan les environs. Ce « Elles » rageur désigne     « le club des 5 » terreurs locales, elles ont pour noms : Louise Tregomel, Madeleine Robinec, Jeanne Harmonique Fernande Kerlann et Leone Guidfose. Imaginez cinq vieilles filles bigotes, dévotes, cancanières, méchantes et médisantes, pourrissant la vie de tout le monde. Vous serez encore en dessous de la vérité! Et dire qu'avant elles étaient six!
Mais bientôt, elles ne seront plus que quatre......
Roger Trasec, tout à son bonheur, après un repas dominical bien arrosé chez sa nièce Marie, raconte ce qu'il a entendu sortant de la bouche du prêtre, qui s'empresse de téléphoner la nouvelle à......
La rumeur prend son envol, de bouche à oreille, elle passe de maison en maison. Alors quand Madeleine passe de vie à trépas, personne n'est attristé, mais personne n'est surpris, la cause de la mort « Crise cardiaque aiguë » Bref la vie continue, les gendarmes parlent entre-eux de ce décès, mais sans plus. Et le temps passe, mais Louise Tregomel trépasse....Alors pour la police arrive l'heure des questions.....Les coïncidences d'abord, les victimes avaient fait des cauchemars la nuit précédant leur mort, des araignées furent trouvées à leurs domiciles, alors que cette race vit dans des endroits abandonnés et plutôt sales. La présence d'une mystérieuse femme vêtue de noir est constatée par plusieurs témoins, près du domicile des victimes, puis aux enterrements. Rapidement toutes les hypothèses sont passées au peigne fin, une vieille croyance ressurgit du passé, une « gwarc'h » sorcière des campagnes, mais la dernière connue est morte vingt ans plus tôt? Aurait-elle transmis ses connaissances avant de mourir? On évoque aussi d'étranges réunions, les nuits de pleine lune autour du menhir de « Kerloas », des illuminés? Il ne reste plus pour les gendarmes qu’à fouiller dans le passé, de démêler des liens familiaux, et petit à petit de découvrir une vérité lointaine, mais pas encore oubliée. Les gendarmes peu à peu privilégient le meurtre à la mort naturelle, mais qui peut être le coupable?
De nombreux personnages dans ce roman, les cinq harpies, sorte de mégères non apprivoisées. Le père Le Prieur visiblement semble dépassé par ses paroles. Roger Trasec, homme humilié toute sa vie, rejeté par une grande partie du village, seule sa nièce Marie et une de ses amies Jennifer lui portent un peu d'attention. Il a toutes les raisons pour vouloir la mort de ses ennemies jurées. L'urgentiste, Jean-Pierre Bellemine, est un être trouble, efféminé il vit avec sa sœur, mais hasard du calendrier ou volonté personnelle, il était de service les nuits des deux morts, et c'est lui qui a signé les certificats de décès. En plus il collectionne des araignées, la police l'a suivi, mais il les a semé délibérément, ente temps il avait rendu une visite insolite! Sa sœur, Françoise, est une très belle femme, qui ne laisse pas indifférent le major Paré, gendarme chargé de l'affaire. Adrien Bellemine, son père, a un comportement étrange quand les policiers l'interrogent ; veuf depuis peu, il semble que le chagrin le mine. Minier, médecin, qui avait reçu dans son cabinet les deux victimes le jour de leur trépas. La femme en noire. Mais qui est-elle? On raconte également l'histoire d'un enfant adultérin martyrisé par une partie de sa famille, il y a quelque temps déjà. Une vengeance longuement mûrie? Les pistes ne manquent pas! Une histoire où les arbres généalogiques des familles se croisent et s'entrecroisent, des cousinages à la mode de Bretagne, qui font que tous les protagonistes de l'affaire ont des liens de parenté. Cela rend parfois la lecture assez ardue. Il est aussi nécessaire d'avoir un dictionnaire à portée de main, certains mots étant relativement inusités. Une série de meurtres sur fond de haine, d'enfant martyr, d'adultère et de magie noire. Une intrigue captivante, une fin relativement inattendue.
Un bon moment de lecture.
Extraits :
- Sais-tu qu'il ne peut plus supporter le clan des vieilles filles, tu sais, ces saletés de dévotes !
- Un ange passa, laissant à présent planer le doute....
- L'homme était sûr dès cet instant « d'obtenir des enfants mâles », et « la femme heureuse de pouvoir, toute sa vie, gouverner son mari à sa guise »....
- Si vous faites partie de ce paysage peu ragoûtant, enfin ce soir en tout cas, qui sait si demain vous serez toujours là... Le paysage sera peut-être éclairci?
- Àh ! Ça oui... elle en avait laissé de la galette à ces garces.
- Têtue, hein...Le Morzader? Vous n'êtes pas Bretonne pour rien vous dites donc.
- Guénic et Guern se regardèrent, ils aimaient bien les grillons, «leurs cigales bretonnes».
- Mais ces petites vieilles se fréquentent depuis quand ?
On pourrait dire depuis la maternelle. Et ce n'est bien sûr que plus tard qu'elles sont devenues inséparables. C'est qu'elles se sont découverts, au fil des ans, les mêmes mauvais penchants.
- L'irrationnel ne faisait pas partie de leur domaine professionnel. Ce qui aujourd'hui ne pouvait être expliqué par la science, le serait forcément demain.
- Sa grand-mère et Léone ne l'ont pas avilie, bien au contraire, elles en ont fait une révoltée. Et nous aussi, nous y avons participé.
Éditions : Éditions du polar. (2009)