le_passeur_3

Le passeur.
Lois LOWRY.
Note : 3,5 / 5.
Un jour prochain....peut-être!
Ce trimestre, avec le Lycée Colbert, le thème est la science-fiction. Ce livre fait partie des trois titres choisis. J'ai personnellement beaucoup lu de livres d'anticipation ou de science-fiction, il y a très longtemps. A la suite je pense d'une overdose, j'ai complètement abandonné le genre.
Le futur est un sujet qui revient souvent, ici le monde est harmonieux, sans haine, ni tension, la vie de famille est la même pour tous : deux enfants par couple, un garçon et un fille, des femmes sont désignées comme mères porteuses et sont les seules à pouvoir procréer ; après trois enfants, elles deviennent ouvrières. Les enfants, à leur naissance, sont confiés à des crèches où ils sont surveillés par des « Nourriciers », ensuite seulement ils sont confiés à des familles. La vie est ponctuée de cérémonies, la remise des enfants, de l'attribution du nom, puis celles qui marquent les âges avec pour chaque année un changement dans la tenue vestimentaire, un vélo pour les 9 ans par exemple. Pour les 12 ans, c'est la dernière cérémonie, l'enfant devient adulte et se voit attribuer un métier ou une fonction. Il n'y a plus de livres, plus de passé, plus d'animaux, plus de couleurs. Les rêves sont étudiés tous les matins en famille, et dès qu'apparaissent les « Stimulations », des pilules journalières sont prescrites. Les malades et les vieillards, ainsi que quelques rares inadaptés sont « élargis », terme que tout le monde connaît sans en savoir réellement la signification. Jonas est désigné comme futur « Dépositaire de la mémoire », poste suprême de la communauté. La dernière personne désignée a échoué, et même son prénom est proscrit! Il commence son apprentissage avec « Le Passeur » et découvre le monde d'avant. D'avant que « L'identique » soit élevé en dogme. La beauté de la neige, la chaleur, les couleurs, le monde animal. Il apprend la notion de famille, de grands-parents, des fêtes comme Noël ou Pâques. Il fait aussi connaissance de la douleur, des blessures morales et physiques, de la mort avec la chasse et de la guerre. Mais toutes ces connaissances font naître des questions dans sa conscience, et certaines découvertes heurtent sa sensibilité!
Jonas semble être un garçon comme les autres, il a ses amis, sa famille, sa vie est bien réglée, il obéit aux lois qui régissent la communauté sans état d'âme particulier. Pour ses douze ans, il va faire connaissance avec son avenir, comme les autres enfants nés la même année que lui, mais son nom tarde à être appelé.
Sa « famille »,  son père, nourricier, et sa mère qui travaille au centre de justice sont des gens normaux, obéissant aux lois, bref rien ne les distingue des autres membres de la communauté. Sa soeur Lily est aussi une enfant parfaitement adaptée, comme leurs connaissances ou amis. La notion d'identique est une règle absolue!
Gabriel est un nouveau-né à problèmes, la communauté se donne un an supplémentaire avant de prendre une décision à son sujet. Il séjourne chez Jonas qui se prend d'amitié pour lui, et semble calmer ses nuits. Mais celles-ci redeviennent agitées loin de celui-ci.
Un livre bien écrit, une lecture agréable, mais loin des chefs d'oeuvre du genre, « Le meilleurs des mondes » d'Aldous Huxley, « Les jeux de l'esprit » » de Pierre Boulle ou « L'ère des gladiateurs » de Pohl & Kornuth.
A lire, mais sans plus.
Extraits :
- Les onze-ans étaient excités à la perspective de cet événement qui arrivait à grands pas.
- Le règlement veut que l'on soit élargi à la troisième transgression.
- Après 12 ans, l'âge ne compte plus.
- La veste boutonnée par devant a été le premier signe d'indépendance, le premier symbole bien visible du fait de devenir un grand.
- Il serait un adulte, comme ses parents, quoiqu'un nouvel adulte non formé.
- Jonas a été sélectionné pour devenir notre prochain dépositaire de la Mémoire.
- Mais nous ne devons plus jamais prononcer son nom, ni le donner à un nouveau-né.
- Avoir le pouvoir de fermer le haut-parleur ! C'était une chose ahurissante.
- Ce n'était pas pratique et est tombé en désuétude quand nous sommes venus à l'Identique.
- Appelle-moi le Passeur, dit-il à Jonas.
- Nous avons abandonné la couleur quand nous avons abandonné le soleil et supprimé les différences.
- Jonas, toi et moi, sommes les seuls à avoir des sentiments. On les partage depuis maintenant près d'un an.
Éditions : Médium(1994)
Titre original : The Givers. (1993)
Voir la chronique de Joëlle, ici.