Les statues de notre calvaire ont disparu !
Collectif des habitants de Plougastel-Daoulas.
Note : 3,5/ 5.
Descendre de son piédestal!
En 2004, la commune de Plougastel fête les quatre cent ans de son calvaire. Erwan Liziard, en stage chez l'éditeur, est chargé de faire quelques photos de la ville. L'une d'elles détonne par son originalité, Erwan a en effet retiré toutes les statues du calvaire! Voir la photo sur la couverture du livre. De fil en aiguille, la municipalité a l'idée de lancer un concours de nouvelles dont le titre sera « Les statues du calvaire ont disparu ». Ce livre est une sélection des soixante dix nouvelles reçues!.Je signale ici l'intégralité des auteurs de ces courts récits, et je les félicite pour leur imagination
(ils sont nommés dans l'ordre de la table des matières) : Régis de la Turmelière ; Aurèle Bompas ; André Morvan ; Monique Cuny-Maguet ; Laurent Corre ; Mick Kervalla Le Mens(dont la nouvelle est en breton et français) ; Jean-Claude Keromen ;Claude Vennegueus ; Michel Guillerm ; Nadège Gourmelon ; Michel Creac'h-Cadec ; Rachel Derval-Ropers ; Mariannick Bodiger ; Jean-Claude et Claire Quéré et trois élèves de l'école publique Ker-Avel ; Indiana le Foll ; Romain Le Meur et Quentin Perez.
Comment faire disparaître 182 statues? Et pourquoi? Chacun des écrivains a son idée et sa réponse sur le sujet!
Depuis la guerre des Chouans et une fusillade tragique, à cause d'une malédiction, les statues quittent leurs places, et c'est le jour de Noël! Parmi les suppositions, au Hit-Parade de fautifs, les plus nominés sont les Kerhorès* envers qui les habitants de Plougastel semblent avoir quelques griefs! Depuis le temps, plus personne ne se souvient lesquels! On trouve également des collectionneurs extra-terrestres. Les korrigans, Elfes et autres Lutins sont également cités, mais parfois ils aident les humains, alors le mystère reste entier!
Pourtant par exemple, Naïg et son petit fils Lomig enquêtent! D'autres se posent des questions, que deviennent les statues en fin de carrière, comment se passe leur retour aux sources? Et puis de temps à autre, n'auraient-elles pas le droit de prendre des vacances? Quatre cents ans à la même place, quel calvaire! Un chat, suite à une discussion avec la reine des Korrigans, résout le mystère.« Plougastel, souviens-toi de ta promesse! » est le message adressé depuis les Etats-Unis, après la disparition des statues! Mais quelle promesse peut-elle être la cause de ces événements?
Je vais citer deux nouvelles en particulier, car elles ont un côté tragique, « L'âme des statues » et « Nonette et les statues du calvaire ».
Les personnages sont les habitants de Plougastel, car même s'ils sont fictifs, certains ont dû se reconnaître! Beaucoup d'enfants ou d'adolescents sont les héros de ces récits, certains hélas auront des destins tragiques, mais les autres seront des enquêteurs zélés.
Nous faisons également connaissances avec quelques saints, enfin assez pour être statufiés. Mais étrangement, celle qui revient le plus souvent dans ces récits est « Katell Golett », Catherine la perdue , la pécheresse qui changeait de mari tous les jours. On rencontre également un tailleur de pierres heureux et bien d'autres personnages.
Comme dans tous recueils collectifs, les écritures sont très diverses. Il faut aussi noter que l'âge des participants est très disparate, l'un des auteurs est né en 1939, les plus jeunes sont à l'école primaire. Dans les livres mentionnés, figure « Le dictionnaire des Mythologies » de Myriam Philibert qui doit être très intéressant.
A signaler de très belles illustrations de Philippe Motais, d'auteurs des nouvelles ou de leurs proches.
Une bien belle aventure qui, j'espère, créera quelques vocations avant quatre cents ans!

Extraits :
- « Ma doue beniguet, ai-je bu autant quej'en ai la berlue ? Mais non je n'ai pas rêvé ».
- ...avec son impeccable coiffe blanche et son austère tablier noir surmontant de nombreux jupons, elle brille des derniers éclats du chic breton d'antan désormais relégué au folklore régional.
- Oui, c'est ça, elles souffraient d'un manque d'amour. Et les touristes ! Ah là là ! Parlons-en !
- Longtemps, je les ai vus sans les regarder, elles étaient là, faisant partie de notre quotidien, c'est tout ! Qui s'en souciait vraiment ?
- Il était beau le rêve de Cheun!
- Jamais plus avoir connu son histoire, nous ne regarderons les statuts du calvaire avec nos yeux blasés d'adultes, mais avec la candeur d'un regard d'enfant.
- En effet, si je m'exprime maintenant en français, le breton est ma langue maternelle comme elle était celle des artisans qui m'ont sculpté il y a de ça 400 ans.
-«Mais enfin, Maturin, ce que tu nous racontes tient pas debout, tu as rêvé, ou bien ta soirée a débordé de chouchen ».
-« Inquiétant, parce que les promesses, ce n'est pas ça qui manque ! » se dit l'élu.
-«  Bonjour, lui dit le nain, d'où viens-tu? Et pourquoi es-tu déçu ?
Les statuts ont disparu ! répondit l'enfant.
Éditions : Déliou (2004) Que je tiens à remercier pour m'avoir envoyé la photo de la couverture et également pour la rapidité de leur réponse.
* Kerhorès, habitants de la commune voisine du Relecq-Kerhuon, jadis ennemis héréditaires, souvent dans ce livre accusés de tous les maux!