Babelio

La tendresse des loups.

Stef PENNEY.
Note : 4 /5.
Cavales au Canada.
Premier roman de cette jeune auteur écossaise native d'Édimbourg. Ce livre comporte plusieurs parties qui ont pour nom « Disparition », «Les Champs célestes », « Partenaire en hiver » et « La maladie de la pensée qui dure ».
Nous sommes en 1867, à « Dove River », petit village canadien abritant une communauté de descendants d'Écossais. Un trappeur français, Laurent Jammet, est trouvé mort dans sa cabane. Il a été égorgé, puis scalpé. Qui peut être responsable d'un acte aussi horrible ? Francis qui a mystérieusement disparu ? Ou y a-t-il une raison plus mystérieuse ? La compagnie de la baie de l'Hudson dépêche trois personnes pour mener l'enquête. Mais cette compagnie est-elle vraiment neutre dans cette affaire, car il semblerait que son monopole soit mis à mal et que Jammet faisait partie d'un groupe de trappeurs qui venaient de fonder une compagnie rivale ! D'autres personnages apparaissent cherchant le trappeur défunt. Certains sont connus dans la région comme Thomas Sturrock qui n'a pas laissé une bonne impression à certains habitants du village. Enquêtant sur une affaire de disparition d'enfants, les soeurs Seton, il n'a pu résoudre cette énigme. Mme Ross s'inquiète de la disparition de Francis. Un autre trappeur, un métis du nom de William Parker, est lui aussi à la recherche d'un mystérieux objet que détenait Jammet.
Francis, presque mourant, a été recueilli par une communauté religieuse norvégienne, et, petit à petit, tout le monde va se retrouver dans cet endroit. Mais le mystère reste entier. En effet, Francis avoue à Donald Moody qu'il a vu l'assassin et qu'il s'est lancé à sa poursuite. Mais il l'a perdu dans l'immensité glacée! Mais cet assassin, qui est-il ? Francis ne peut en donner une description précise. Et surtout, quel est le motif réel de cet assassinat?
Il y a beaucoup de personnages dans ce roman. Certains chapitres ont pour narratrice Mme Ross. Ayant eu des problèmes psychiatriques dans sa jeunesse, et ayant perdu une petite fille en bas âge, elle a reporté son affection sur Francis. Pour lui, elle est capable de tout, même de partir avec un homme qu'elle ne connaît pas, affronter la nature hostile. C'est une femme particulièrement attachante. Son mari, Angus, et son fils adoptif, Francis, forment une famille pour le moins étrange. En effet, Angus semble être d'un stoïcisme absolu. Francis, lui par contre, malgré qu'il répugne à tuer un animal quelconque, est capable de colères violentes.
Donald Moody est dépêché par la compagnie de la baie d'Hudson pour enquêter sur ce crime. C'est un nouvel arrivant au Canada dont il ne connait pas toutes les règles de vie. Un problème de coeur lui brouille un peu l'esprit. En effet il n'est pas insensible au charme de la belle Susannah. Il est aidé par Jacob, un Indien qui lui est très attaché, et il en a bien besoin, car leur périple n'est pas de tout repos. Ils ne sont pas seuls sur la piste de Francis. Thomas Sturrock et William Parker, un trappeur métis, sont également à sa recherche. Quelles sont les motivations profondes de tout ce beau monde? Les Knox et leurs deux filles, Maria et Susannah, sont des habitants de ce petit village, qui participent également au déroulement de l'intrigue. Les soeurs Seton, qui ont mystérieusement disparu il y a plusieurs années, faisaient partie de leur famille. Cette disparition n'a toujours pas été élucidée.
Un roman un peu long et touffu, mais qui se lit malgré tout très bien. L'écriture est agréable et facile, les descriptions des paysages canadiens et des conditions de vie sont très réalistes. Une réussite pour un premier roman qui vaut plus pour son cadre que pour son intrigue. Une oeuvre très forte qui je pense plaira à beaucoup de monde.
Extraits :
- Il ne s'agit ni d'un incident ni d'un suicide. On l'a scalpé.
- C'est là une réaction plutôt banale dans un pays aussi vaste et aussi faiblement peuplé.
- Il a 17 ans, maintenant. Son accent irlandais a disparu, mais d'une certaine manière il est toujours aussi étranger qu'autrefois.
- Assez vite, Donald a compris qu'entrer dans la compagnie équivalait à être expédié dans un camp de travaux forcés, la paperasse en plus.
- Dans ma petite chambre, les mots que je n'ai pas prononcés m'oppressent : Francis est parti ; un homme est mort. Bien entendu, il ne peut pas y avoir de lien.
- Les discussions abstraites, l'ennui et les déclarations fleuries, chargées d'émotion, la mettent mal à l'aise.
- Knox sent monter en lui une pointe d'antipathie. Il commence à trouver ce stoïcisme énervant, pour ne pas dire répugnant.
- On ne peut pas apprivoiser un animal sauvage parce qu'il se rappellera toujours d'où il vient et voudra y revenir.
- Le ciel est d'un bleu métallique luisant ; il n'y a pas un souffle de vent, et aucun bruit d'aucune sorte. Le silence est écrasant.
-Bien qu'il fût intelligent et capable de s'exprimer, il était pris entre deux mondes et ne savait pas bien où se situer.
-A présent, le bruit court que d'autres hommes se préparent à partir. À la recherche de ceux qui sont partis à la recherche de Francis.
Éditions : Belfond (2008).
Titre original: The Tenderness of Wolves.
Voir la chronique de Cuné.