img238

En Bretagne ici et là.
40 lieux, 40 auteurs.
Collectif.
Note : 5 / 5.
Histoires d'Armor et d'Argoat!
Quarante auteurs parlant de quarante lieux de Bretagne. L'idée était originale et voilà le résultat. Il est à noter que dans ce livre, certains textes sont en français, en breton (normal) , en gallo (c'est déjà plus original) et un texte est en anglais! Certains grands-bretons aiment bien l'autre Bretagne, la nôtre! Je présente mes excuses, je ne pourrai pas parler de tout le monde, ou alors il faudrait que je fasse plusieurs chroniques, pourquoi pas d'ailleurs!
La Bretagne, non les Bretagnes, ces « pays » unis par le sentiment d'être une entité dans beaucoup de différences.
De qui parler? Des auteurs ou des lieux, je ne connais pas tous les auteurs, ni tous les lieux d'ailleurs! Faire un commentaire sur les écrivains que je connais? Donner une chance aux autres? Faire deux chroniques? Encore une fois laissez vos guides touristiques dans la boîte à gants, laissez vos yeux courir sur ce livre!
Des personnages, ici il y en a peu, mais des lieux, là oui! Quand j'ai ouvert ce livre, j'ai cherché Paimpol, Kerity, Ploubazlannec et je n'ai pas trouvé! Mais j'ai découvert d'autres lieux, qui certainement, méritent d'être cités.
Dans les personnages évoqués, Hervé Bellec nous parle de Léo Ferré, et du fait que la plus belle fille du Centre Bretagne ne peut donner que ce qu'elle a! Mais ne pas connaître Ferré quand celui-ci est dans la voiture de Glenmor! Cela mérite-t-il d'être jeté dans le fossé? Roger Gicquel évoque Xavier Grall et aussi Pierre-Jaskez Hélias. Gérard Alle, lui, le chanteur Erik Marchand, il parle aussi, mais n'y voyez aucun rapport, des établissements Rivallan-Quidu? Vous ne connaissez pas? Un petit indice, vous trouverez cette boutique à Guéméné sur Scorff.
La Bretagne intérieure ( Kreiz-Breizh) est très présente dans ce livre, par l'intermédiaire de Marie-Josée Christien dans « La tranché de Glomel ». Jean Kergrist navigue sur « Les canaux bretons ». Jean Failler, lui, remonte l'Odet. Olivier Cousin chemine « Le long de l'Aber-Wrac'h ». La visite se poursuit au fil de l'eau, Roger Gicquel ne regarde plus la télévision, mais « La Rance à ma fenêtre ». Pierre Tanguy nous invite à lire le « Journal du canal », Alain Le Saux se souvient de son enfance dans « L'eau qui reste », Gilles Baudry, assiste à la rencontre de la rivière et de la mer à Landévennec.
Mais la mer n'est jamais bien loin, les îles non plus. Marc Le Gros et « L'île d' enfance », Charles le Quintrec, qui est décédé depuis, et son texte « Vu du Golfe », l'estuaire de la Loire ou la baie d'Audierne sont également à l'honneur.
Un petit mot des écrivains des environs de Lorient, Guenane nous raconte dans un poème très iodé « L'île chauve ».
- "Certaines calvities
se distinguent et s'apprécient ".
Mon voisin, Patrick Argenté, nous parle du ressentiment qu'il éprouve pour Dinan, sa ville natale. Alain Jégou dans « Fort Bloqué, for ever » en deux pages nous fait passer du 5 mai 1953 au 9 avril 2000, la mer, elle, est toujours là. Irène Frain nous parle de Port Louis et de l'époque où elle « faisait le museau ». Jacques Thomassaint, lui, jette l'ancre (noire) dans « La petite mer, de la côte rouge à l'océan », moitié prose, moitié poésie.
Quelques textes sont très beaux et émouvants, celui de Martial Caroff « Chaos », lieu dont parlait également André Célarié dans son roman « Le secret d'une vie ». Porspoder est « Mon pays au bout du monde » comme le dit si bien René Cloitre, très beau chant d'amour pour le village natal.
Angèle Jacq en deux poèmes bilingues nous amène à Brennilis :
-  Au pied du provocateur, assaillant la porte de l'enfer
La haute muraille du nucléaire :
Aujourd'hui ossature de Lucifer!
Une oeuvre originale, très agréable, un voyage dans la Bretagne intérieure de chaque écrivain. L'unité ici n'est que de lieux, pas d'écriture, ni de style, prose et poésie font bon ménage.
Ce livre se termine par quelques pages de présentation des auteurs, qui est très utile et un index des lieux.
Le mot de la fin, car il faut une fin, sera pour Alain Emery :
« Que voulez vous, je suis d'Erquy.....C'est dans ma viande ».
Extraits :
- Personne ne m'y attend, sauf ce visage d'enfant qui n'est plus moi et qui me regarde insolemment. Je lui filerais bien des taloches pour qu'il aille se cacher derrière le créneau. Et je ne serais plus, enfin, de nulle part.
Patrick Argenté.
- Comme si Dieu avait oublié de ranger ses calots après une partie endiablée avec Lucifer.
Martial Caroff.
- « Quand j'étais gamin »....Et si tout le secret de mon amour pour mon village natal résidait en ces quelques mots.
René Cloitre.
- Le secteur n'a pas connu son Angela Duval, ni son Grall, ni son Hélias.
Olivier Cousin.
- Retentit
la chanson des trois lanternes
et la Paimpolaise de l'autre con.
Gilles Durieux.
- Seulement la mer résiste et subsiste dans son immuable et incontrôlable splendeur.
Alain Jégou.
- Et puis l'arrivée sur l'Erdre, notre Nil breton.
Jean Kergrist.
Éditions : Keltia Graphic. (2008)