Blogo

L'hôtel hanté.
William Wilkie COLLINS.
Un thé anglais à Venise!
Note : 2,5 /5.
Normalement, dans le cadre du « Blogoclub » j'aurais dû lire « La dame en blanc ».
Je ne suis pas un admirateur des auteurs de romans policiers de l'époque, ayant fait plusieurs tentatives en particulier F.W.Croft. Et puis, honnêtement un roman de plus de 540 pages, c'était trop pour moi. Alors je me suis souvenu que j'avais ce livre dans ma bibliothèque! Faute de grives, on mangera des merles!
Suite à ce que nous nommerons pudiquement un problème technique, la première page du roman brille par son absence! Cela commence bien! Un livre hanté! Le sous-titre de ce roman est « Un mystère de la Venise moderne ». Petit rappel : cette histoire a été écrite en 1879, donc le modernisme de cette année-là est passé de mode.
Le docteur Wybrow fait la connaissance d'une mystérieuse cliente qui lui parle de son prochain mariage. Elle avoue que son futur époux a rompu ses fiançailles avec une autre. Cette patiente l'intrigue tellement qu'il la fait suivre par son domestique qui lui apprend qu'elle est la comtesse Norana. Il obtient de plus amples renseignements à son club, le futur marié est Lord Montbarry, aristocrate plus très fortuné dont les terres en Irlande sont hypothéquées, mais qui possède une assurance vie de 10000 livres, une fortune pour l'époque! La comtesse ressemble fort à une aventurière parcourant l'Europe avec le baron Rivar, son frère dont la ressemblance ne saute pas aux yeux.Après un mariage plutôt quelconque et dans ce qu'on pourrait appeler    « la plus stricte intimité », le couple part en Écosse, puis à Venise, avec un voiturier et une femme de chambre. Le voiturier disparaît, mais sa veuve reçoit 1000 livres, la femme de chambre quitte les jeunes époux, et Lord Montbarry meurt d'une bronchite!Entre temps nous avons suivi Agnes Lockwood, seule et triste, c'est une amie intime d'Emily, la veuve du voiturier, qu'est devenu ce dernier? Les compagnies d'assurances aussi se posent des questions, le défunt n'avait pas de problèmes de santé connus, surtout pour l'emporter si vite ?
Une commission d'enquête des assurances se déplace et interroge ce qui reste des habitants de la maison , la Comtesse et le Baron !!!!!
Docteur Wybrow est l'homme qui rencontre le premier la comtesse et sert de fil conducteur à l'intrigue.La comtesse Narona et son frère, le baron Rivar, par quel subterfuge ont-ils berné le Lord, qui a rompu ses fiançailles? Quel est réellement le lien qui les unit, frère et soeur? Ils semblent avoir sillonné les capitales européennes avec des fortunes diverses, mais pour certaines ils ont dû les quitter précipitamment. Des tas de rumeurs, fondées ou non courent sur leur compte. Herbert John Westwick, Lord Montbarry, par quel miracle cet homme s'est-il laissé convaincre de tout quitter, pour mourir à Venise d'une bronchite aussi soudaine que bienvenue pour certaines personnes de son entourage! Et le voiturier Ferrarri? Il a disparu sans laisser de traces à part une lettre qui contenait une somme d'argent considérable pour ses gages? Henry Westwick, son jeune frère, n'aimait pas la comtesse et ne s'était pas déplacé pour leur mariage, lui et sa soeur ont-ils encore un droit de regard sur les biens familiaux?
Agnes Lockwood, la fiancée délaissée, vit modestement, femme simple, elle s'est résignée, mais le malheur des unes fait le bonheur des autres.
Écriture et formules désuettes, (le fiancé parjure par exemple), et une histoire mêlant roman policier et fantastique.
Un livre qui ne me réconcilie pas avec l'écriture de l'époque, car évidement une tendre idylle se nouera entre la belle et tendre Agnes, femme d'une grande bonté et d'une discrète beauté et.......
Bref tous les clichés du genre sont là, avec déjà une tentative d'escroquerie à l'assurance! Mais l'intrigue est très machiavélique.
Une oeuvre anecdotique, qui ne m'incite pas à découvrir cet auteur, tout cela a beaucoup vieilli, mais il fallait s'en douter!
Extraits :
- C'était la femme à qui j'avais volé son fiancé, la femme qui avait écrit la lettre magnifique.
- Votre confession restera secrète, je vous l'affirme.
- Cette femme avait-elle donc apporté chez lui une épidémie de mauvais sentiments, et y avait-il déjà succombé?
- Jamais mariage ne fut moins intéressant et moins romantique que celui-là.
- L'alternative est bien simple : « Déshonneur et ruine, ou mort du milord et argent de l'assurance »?
- La moindre imprudence peut tout compromettre. Les bureaux d'assurances peuvent avoir des soupçons et refuser de payer.
- Alors il n'y a pas d'explication au mystère de l'Hôtel hanté?
Demandez-vous s'il y a une explication au mystère de votre vie et de votre mort. Adieu!
Éditions : Terre de Brume/ Terres fantastiques (1999)
Titre original: The Haunted Hotel.
Quelques liens chez Sylire.