Joyeux Noël, Frost!
R.D.WINGFIELD.
Note : 4 / 5.
Frost, ce n'est pas un cadeau!
Je ne sais si certains d'entre vous ont eu l'occasion de regarder les nombreux épisodes de cette série télévisée britannique, mais je n'avais pas encore lu des romans ayant servi de scénarios. Les traductions françaises de cet auteur né en 1928 et décédé en 2007 sont relativement rares, alors que la série télévisée comporte de nombreux épisodes.
Suite à un coup de téléphone, deux policiers arrivent au domicile d'un vieil homme, celui-ci hébété parle de légitime défense pour se justifier. Par terre un homme baigne dans son sang, cet homme, c'est l'inspecteur Jack Frost. Que s'est-il réellement passé? Pour cela il faut remonter quatre jours en arrière, le dimanche précédent, un peu avant les fêtes de Noël.
Ce soir là, Clive Barnard arrive à Denton, ville nouvelle située à une centaine de kilomètres de Londres. La voiture qui l'amène au commissariat fait un détour pour prendre le témoignage d'une femme dont la fille Tracey Uphill âgée de huit ans a disparu en rentrant du catéchisme. La mère, Joan, jeune et très belle prostituée, était au travail, et son client étant en retard, elle n'a pu se rendre à la sortie du presbytère!Il est aidé dans son enquête par Clive, jeune policier sortant de l'école et qui plus est n'est autre que le neveu du chef de la police du comté! L'apprentissage pour ce jeune homme ne sera pas de tout repos. Ni l'enquête non plus d'ailleurs. La première piste est le mystérieux client du dimanche, l'homme arrivé en retard. Il est venu en train, donc il est peut-être possible de retrouver sa trace, mais par contre personne ne l'a vu repartir, et la gare ferme à 18 heures! Qu'a t-il fait à Denton entre 16h30 et au mieux 18h30, départ d'un autre train? Avec son billet, on remonte la piste de la gare de départ. Il reconnaît être le client de Madame Uphill, et dit également avoir vu la fillette dans la rue. Elle suivait une mystérieuse femme en manteau de fourrure blanche! Mais il ment pour d'autres détails. Quelques temps auparavant, une autre fillette avait signalé le comportement suspect d'un homme, le même? Parmi les délinquants fichés, un seul n'a pas d'alibi pour le moment de la disparition. Audrey, la copine émancipée qui dit l'avoir vu ce soir là, mais avoir tout fait pour la semer, car elle était avec un copain! Et cet homme au dessus de tous soupçons, photographe amateur, mais parfois mateur! Des nus de Madame Uphill et d'Audrey font partie de sa collection privée. Une voyante un peu sorcière, permet de trouver une main enfouie dans la terre, puis le corps qui va avec cette main, mais le cadavre date des années 195o et sa mort n'est pas naturelle! Barnard sera mis à rude épreuve par un Frost toujours sur la brèche, et imprévisible. Les pistes se multiplient, la neige tombe rendant les recherches de plus en plus difficiles, l'espoir de retrouver la fillette vivante s'estompe.
Pour les personnages, à tout seigneur tout honneur, Jack Frost, mais je laisse ses collègues de travail parler de lui :
- Encore cet espèce d'enfoiré ; rien que des emmerdes depuis le début.
- Un inspecteur principal? Cette épave?
- Il est vrai que le chef de la police avait de la sympathie pour Frost, mais cela ne signifiait pas qu'il devait travailler avec lui, qu'il devait tolérer ses écarts de conduite, l'impardonnable désordre qui régnait dans son bureau, les haillons qu'il portait sur lui, son mépris pour le travail administratif et sa négligence....
- Oh, non pas le clodo avec son imperméable tout dégueu!
- Et où était passé ce crétin incompétent de Frost?
J'ajouterais sa mauvaise foi à toute épreuve, une avarice légendaire, et un appétit féroce pour tout ce qu'il y a de plus ignoble dans l'absence de gastronomie anglaise! Et en prime, un refus de toute hiérarchie qui n'aide pas son avancement! Pour arranger le tout, il a certains démêlés avec un syndicat qui a porté plainte contre lui et quelques soucis avec un jeune agent endetté!
Le commissaire principal Mullett, comme Clive Barnard, sont des hommes de pouvoirs et d'ambitions, leur but ultime est leur carrière respective. Le contraste entre ces personnages est saisissant et malgré tous ses défauts, on fini pas avoir de l'affection pour Frost, qui envers et contre tout, est profondément humain.
L'intrigue semble somme toute relativement banale : la disparition d'une petite fille avec une demande de rançon. Nous savons rapidement que Tracey est morte. L' 'intérêt de ce livre est l'opposition entre un homme et un système. Le système est représenté par Mullett, arriviste et carriériste à tous crins, il déteste Frost et ce qu'il représente, un flic à l'ancienne, un homme de terrain, intègre dont l'intuition est la meilleure méthode.L'auteur attache aussi une grande importance à nous décrire la vie d'un commissariat dans une ville en pleine mutation sociale, avec la perte des valeurs traditionnelles anglaises. Un bon roman policier à l'ancienne, plein de fausses pistes, avec un humour noir, très noir. Un détail, ce livre dépasse les 350 pages!                  Extraits :
- Il y avait quelque chez lui qui la mettait vaguement mal à l'aise...qui lui faisait peur.
- Denton avait été choisie pour devenir une « ville nouvelle ». On l'avait agrandie, modernisée, redessinée et finalement détruite.
- Le superintendant Mullett est connard coincé, pompeux et ignorant, répondit Simms.
- Elle était tout simplement superbe- l'incarnation parfaite de l'innocence dans ses plus beaux rêves érotiques.
- L'argent de son salon a été gagné dans son lit.
- L'ambitieux Barnard serra la main de l'ambitieux Mullett, chacun appréciant visiblement cette rencontre.
- Regarde ces photos. Dis-moi quelle partie de son corps la désigne comme mineure.
- Elle avait basculé dans la partie ingrate de ses trente ans.
- Frost n'aimait pas les gars de la médecine légale.
- Personnellement je pense que le chien a abattu son maître avant de se suicider, mais je suis prêt à envisager d'autres hypothèses.
Éditions : Éditions de l'Aube.
Titre original: Frost at Christmas (1984)