L'amour est un carburant propre.
Virginie JOUANNET-ROUSSEL
Partir pour le meilleur...ou pour le pire.
Note : 4 / 5.
Recueil de neuf nouvelles d'une jeune auteur qui m'était absolument inconnue, avant qu'une amie ne m'en parle à la médiathèque. L'amour est-il vraiment un carburant propre, vaste question? Mais sauf exception, il n'est pas trop polluant, sauf pour la vie de certaines personnes!
L'auteur nous raconte comment certaines vies basculent, volontairement ou par le plus grand des hasards.
« Assomption » C'est un dimanche comme les autres chez Monsieur et Madame Dubois. Lui, n'a aucune honte quand il croise ses voisins que tout le monde sache qu'il bat sa femme! Elle, passe pour une allumeuse, c'est un motif, si tant et plus qu'il faille un motif. Et en plus le dimanche, c'est le jour du « Saigneur », le vin de messe est remplacé par la bière dès le petit déjeuner ! Il y a loin entre l'élévation au ciel et la descente aux enfers! « Hécate » est une très belle histoire, deux solitudes, un homme, une femme. Elle est partie de chez elle, en robe et talons hauts, lui, a quitté son domicile et n'attend rien dans sa voiture à l'arrêt. Ils se croisent, « Ai-je l'air d'une pute » pense-t'elle? « Est-ce une prostituée » se demande t-il? Les deux voix vont se succéder pour nous raconter cette nuit pleine de peur, de tendresse et aussi d'amour et de sexe. Il n'est pas vain, parfois, de chercher la lune! Même si elle ne sera jamais de miel. « Le grain de sable », c'est ce qui, malgré toutes les improbabilités, se produit! A ou A? Amour ou Argent? Laissons un espoir au genre humain! « Miss Caba » est une histoire envoûtante comme le personnage principal de cette courte histoire. Une femme rentre chez elle, elle vient de laisser son fiancé, officier dans la marine qui part pour une longue mission. Pour ne pas voyager seule, elle prend une autre femme en stop. Les premiers kilomètres sont plutôt tendus entre la conductrice et cette paysanne peu loquace, qui vient de tout quitter! Miss Caba ou Reine de Saba? « Le secret des mères », c'est en résumé la vie d'une femme entre une naissance et le départ en avance de son mari pour un séminaire.
« Juste avant l'amour » est un moment de découverte, mais après l'amour aussi peut révéler des surprises pour le moins étranges! Et l'amant de passage devenir autre chose que prévu, un être plus complexe, un homme tout simplement.
Une galerie de femmes très attachantes, dans leur fragilité devant la vie pas très rose qu'elles semblent subir, mais pour toutes, il reste une lueur de volonté et beaucoup de courage pour enfin vivre comme elles le souhaitent. Des femmes, donc évidement des hommes, mais qui ne sont là que pour créer le problème, bref des êtres humains. Sinon où serait l'amour, propre ou pas? Le coup de foudre se transforme hélas pour certaines en grêle de coups, une rencontre fortuite peut amener un grand, mais court bonheur, la voix, début d'un rêve ou d'une belle aventure? Une autre histoire de voix, Fanny est dans sa cuisine, elle lave et récure, se souvient de sa jeunesse, de son premier amour. Mais pour elle dans une bouteille en plastique, Aladin, son bon génie veille, alors, Madame vous faites quoi? Rester ou partir? Un jour la vie de Catherine se résuma en une équation : combien y a t-il de chaussettes dépareillées dans le panier à linge et une question : Paul la trompe ou pas? La solution, c'est simple comme un coup de fil (d'Ecosse pour les chaussettes!).
La nouvelle qui donne son titre au recueil, le clôt! Une femme prend un train au hasard, fuite du temps, d'elle même, désir de changer de vie? Dans un hôtel, elle est la seule cliente, l'homme à l'accueil l'intrigue, puis l'énerve, son humour la met au supplice, mais....! Une belle histoire d'un homme avec son chat, et d'une cliente qui se voudrait proie consentante! Un des plus beaux récits du livre.
J'aime beaucoup l'écriture de cette dame, ces récits doux-amers, comme la vie, parfois agréables, mais brefs, parfois tragiques et routiniers. A part la fuite, que reste t-il? On peut fuir après un constat d'échec flagrant comme certains mariages ratés, on peut aussi partir pour justement ne pas laisser la routine s'installer.
Une découverte qui je pense ne restera pas sans suite.
Extraits:
- La peur est un puits qui avala tout.
- Je suis une créature en quête de lune, pour m'y jucher.
- Pourtant je suis devenue incollable au sujet du sexe. Un décalage pareil, c'est à mourir de rire....
- Je crois que j'ai dû l'aimer une heure en dix ans.
- Excusez-moi. C'est ma manière. Je ne suis pas de la ville. Le silence ne me pèse pas.
- Deux caleçons presque neufs. Des caleçons que l'on peut montrer à des filles curieuses. Des caleçons spécial pouffiasses de séminaires.
- Elle aurait aimé qu'il se taise pour accomplir le rituel de l'étreinte.
- J'aurais pu me résigner. J'aurais pu être débile. Une imbécile heureuse.
- Moi, la province me fait penser aux années soixante et aux tabliers des écoliers.
- Mon corps continue de me trahir. Cela remonte à loin, à l'adolescence, ce sentiment d'être livrée malgré moi.
Éditions : Les 400 coups Nouvelles.
Blog de l'auteur, ici