img158

La disparue de Guingamp.
Yann VENNER.
Note : 4 / 5 .
En Avant Foot !
Troisième opus des aventures de Fanch Buagalez* et d'Eugéne Cabioch dit la Brebis.
Donc on prend les mêmes et on recommence, avec comme but le football (facile celle-là) et l'industrie de la cochonnaille (qui rime avec canaille?). Les deux réunis (du moins dans ce roman) ne sentent forcément l'eau de rose.
Balle au centre, début du match. A une époque à la télé les « Shadocks pompaient », ici Fanch et la Brebis ramaient, ramaient. Tomber en panne d'essence avec le bateau, ce n'est pas le genre de la maison, quand en plus la voiture de Fanch est vandalisée et le jardin de la Brebis est transformé en garrigue asséchée dans les Côtes d'Armor, ce n'est pas l'effet du hasard. Fanch, malgré qu'il file le parfait amour avec Gwendoline, s'en inquiète et prévient son ami Le Tellier à Saint Brieuc.
Pendant ce temps, Stereden, valeureux gendarme, reçoit une lettre lui annonçant sa promotion, missive qui le met dans tous ses états (de service bien entendu). Sa joie est de courte durée, arrivant chez lui il apprend que sa fille Rébecca a fugué (vu son âge, c'est ce qu'on appelle en musique une fugue mineure). Celle-ci croyant au père Noël, malgré ce mois de juillet caniculaire, est partie rejoindre Victor, footballeur africain, grande vedette de l'En-Avant de Guingamp (on parle de changer le nom du club pour «En Reculant de Guingamp», mais c'est un secret pour l'instant). Les joueurs et la ville se préparent pour le début du championnat « En Avant-Olympique de Marseille »L'arrivée de Rebecca, à moitié ivre pendant le repas des joueurs, n'est pas du meilleur effet. Victor part avec elle pour tenter de la calmer. On retrouvera le footballeur assommé, mais Rébecca semble s'être volatilisée. Son père recevra son scalp et une demande de rançon beaucoup trop forte pour sa situation!
S'ensuivent plusieurs récits, l'enquête sur l'enlèvement et sur les divers méfaits perpétrés à Trelouzic. Et l'on découvre les motivations profondes de la personne responsable de cet enlèvement. On assiste également à la préparation du match, puis au match dont le résultat est de .....but pour.....
On ne peut pas réellement parler de personnages tant ceux-ci sont caricaturaux par exemple, Félix Stereden, gendarme alcoolique bête et fasciste, Madame Marie-Thérèse (non je ne la ferais pas celle-là) aime bien téter l'Ambassadeur (l'apéritif, pas le diplomate), leur fille Rebecca (de malheur) frise (elle passe son CAP de coiffure) le degré zéro de l'intelligence humaine.
Même le footballeur n’y n'échappe pas, il est intelligent et lettré, le Président du Club est débonnaire et joyeux luron, chose qui n'a plus cours dans la football-business! Directeur des charcuteries « La belle Rosalie », il est le parfait exemple de l'autodidacte malin, mais peu instruit.
L'ami Yann a mis un peu la pédale (le vélo étant le deuxième sport breton après le football) douce sur les calembours. Et à mon avis, ce n'est que mieux, même si moi, en ce moment, je me retiens. Une enquête qui ne démarre vraiment que pendant la seconde partie du livre. Une lecture agréable pour une histoire qui est loin de l'être (agréable). Mais c'est un roman policier, avec son cortège de morts et de violence.
Extraits :
- Le zénith est partout. Nul endroit pour se mettre à l'abri! Pas même l'ombre d'un espoir.
- ... à Guingamp, véritable tour de Babel du football breton.
- Il est vrai que le monde du sport est avant tout le monde de la finance, et le jeu en vaut la chandelle! Qu'il faut brûler par les deux bouts ; surtout pour les publicitaires.
- Quant au vrai jeu, le football il existe bien réellement, mais c'est un autre univers-un univers si terre à terre.
- Le lit et la table, voilà la bonne hauteur! Car le ciel est trop haut, et la terre trop basse!
- Et si c'est la télé qui le dit, foi de gendarme, Téléfoute ne saurait mentir!
- Son cerveau fait de la béchamel. Une drôle de sauce.
- Le peuple a trouvé sa nouvelle Jeanne, son guide spirituel qui lave plus blanc que blanc.
- On déjeune en silence, chacun dans sa solitude intérieure. Difficile de partager l'indicible.
- Il n'est pas question de mélanger la celte altitude et l'arrogance d'une sardine qui aurait bouché à elle seule le port de Marseille.
- Il y a aussi une nette diminution du contenu de xénobiotiques dans les mèches colorées.
Pas étonnant que beaucoup de sportifs se décoloraient les cheveux.
Éditions : L'Ecir (2007).
*Voir les résumés des épisodes précédents, ici et!